« Mankanesa aty amiko, ianareo rehetra izay miasa fatratra sy mavesatra entana, fa Izaho no hanome anareo fitsaharana” (Mat 11:28).


Averimberin’I Matio evanjelistra matetika fa Jesosy dia olon’ny fiadanana sy ny fangorahana, izay mahatsapa finaritra miaraka amin’ny ankizy madinika, ny mahantra, ary ireo mijaly. Izy no sarin’Andriamanitra Rainy, izay Andriamanitra tsy masiaka, tsy lavitra, tsy miavona fa Andriamanitra feno fitiavana sy halemem-panahy. Izany no lohahevitra ivon’ny texte androany: “ Indro, ny Mpanjakanao (Tomponao) avy ho anao: marina Izy sady mpandresy, malemy fanahy sady mitaingina boriky, dia zana-boriky tanora. Hofoanany ny kalesin’ady sy ny soavaly any Jerosalema; hotapatapahiny ny tsipika fiadiana, ary hiteny fiadanana amin’ny firenena Izy” (Zak 9: 9-10).


Ny mpaminany Isaia dia efa nanoratra ny momba ny Mesia: “Indro ny Mpanompoko, dia Ilay voafidiko sady sitraky ny foko. Napetrako tao aminy ny Fanahiko, hamoaka fitsipika ho an’ny firenena Izy, tsy hiantsoantso Izy, na hanandratra ny feony, na hanao izay handrenesana ny feony eny an-dàlana; tsy hotapahiny ny volotara torotoro, ary tsy hovonoiny ny lahin-jiro manetona…” (Isa 42:1-3).

Ny Tompo dia Andriamanitry ny fahatsarana izay manome mandrakariva ny anjara tsara. Anjarantsika ny mamaky indray ireo textes  izay milaza an’I Maria Magdalena, Zakaiosy, ilay vehivavy Samaritana, ilay jiolahy niara-nohomboana taminy, Petera, ilay zanaka adala, ireo mpiasa tamin’ny ora farany, Paoly avy any Tarsosy sy ireo hafa nandritra ny taon-jato nifandimby.

Andriamanitra malemy fanahy sy tsy miavona am-po  Izy. Izany no fanambarana voalohan’ny Filazantsara androany. Ny faharoa, izay zava-dehibe koa dia ny fanasàn’I Kristy antsika mba hizara ny enta-mavesatrantsika: “Mankanesa aty amiko, ianareo rehetra izay miasa fatratra sy mavesatra entana, fa Izaho no hanome anareo fitsaharana”.

Fantatsika fa ny lalàna jiosy no zioga mavesatra entina. Miisa 613 ny didy sy fitsipika asaina tandremana. Ho an’ny olon-tsotra indrindra ho an’ireo manao asa hafa dia sarotra amin’izy ireo ny hitandrina ireo didy rehetra ireo. Vokatr’izany dia maro amin’izy ireo no voailikilika satria heverina ho “tsy madio” (impurs) sy tsy hahavita hahatandrina ireo fandaminana sarotsarotiny rehetra: ny mpiandry ondry, ny mpitarika ampondra, ny mpivaro-mandeha, ny mpando-koditra, ny mpamory hetra, afa-tsy ireo olona an-jatony voaroaka tao an-tanàna satria mijaly noho ny aretin-koditra.

Tsy misitraka ny zo maha-olom-pirenena izay faran’ny tsotra ireo olona iireo. Tsy afaka manao vavolombelona amin’ny fitsarana, tsy afaka miditra any amin’ny synagoga sy mandray anjara amin’ny fiainan’ny fiaraha-monina ao an-tanana izy ireo.

Tena mitaky ny hitandremana ny lalàna tokoa Jesosy, saingy nolaviny ny fanaovana izany ho enta-mavesatra sy antony mahatonga fanavakavahana sy tsy fahamarinana. Aminy ny lalàna  dia tokony ho fitaovana ho amin’ny fanafahana sy ny fahamarinana: “Fa mora ny ziogako, ary maivana ny entako”.

Petera sy Paoly koa ao amin’ny Asan’ny Apostoly dia nandà ny hitondran’ny tsy jiosy ny fitsipika henjana loatra: “ Koa nahoana ianareo no maka fanahy an’Andriamanitra amin’ny fametrahanareo zioga amin’ny vozon’ny mpianatra, izay tsy zakan’ny razantsika na isika ho entina?” (Asa 15:10) Tahaka an’I Jesosy, Petera ary Paoly dia tsy nanaiky ny hanerena ny olona hitondra izay tsy zakany. Matetika, nandritra ny taonjato maro, adinon’ny Fiangonana io fahendren’ny filazantsara io.

Nampangain’I Jesosy ho nampitondra enta-mavesatra ny olona nefa ny tenany tsy nety nihetsika akory, ny mpisorona, ny fariseo ary ny mpanora-dalàna, izany hoe ny Fiangonana tamin’ny fotoan’androny: “Eo amin’ny fipetrahan’I Mosesy no ipetrahan’ny mpanora-dalàna sy ny Fariseo; koa amin’izany, izay rehetra lazainy dia ataovy ka tandremo; fa aza mba manao arak any asany, satria miteny ihany izy, nefa tsy manao. Eny, mamehy entana sady mavesatra no sarotra entina izy ka manaingina izany eo amin’ny soroky ny olona, nefa ny tenany tsy mety manetsika izany na dia amin’ny rantsan-tànany anakiray aza” ( Mat 23:2-4).

Manao tolo-tànana ny hizarantsika ny entantsika androany Jesosy dia ny: aretina, ny kilema, ny fahanterana, ny fahantràna, ny tsy fahombiazana, ny fanirerena… Lasa maivana ireo raha Kristy no miara-mitondra azy amintsika.

Ny Andriamanitsika dia Andriamanitra “malemy fanahy sy tsy miavona am-po”, Andriamanitra “izay te-hizara ny havesatry ny enta-mavesatrantsika isan’andro”. Tonga Jesosy mba hamerina amin’ny laoniny eo amin’ny fivavahana, ny anjara toeran’ny fanohanany sy fanafahany. Ny vaovao ahafalin’ity Alahady ity dia ny “mankanesa aty amiko ianareo izay miasa fatratra sy mavesatra entana, fa Izaho no hanome anareo fitsaharana”.


Toriteny alahady 9 Jolay 2017
Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA

 


 


« Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos» (Mt 11 :28).


L’évangéliste Matthieu nous dit à plusieurs reprises que Jésus est un homme de paix et de compassion, qui se sent à l’aise avec les petits, les démunis, ceux qui souffrent. Il est l’image de Dieu, son Père, qui n’est pas un Dieu sévère, lointain et froid mais un Dieu plein d’amour et de tendresse. C’est le thème central des textes d’aujourd’hui : «Le Seigneur vient vers toi : il est juste et victorieux, humble et monté sur un âne, un âne tout jeune. Il fera disparaître les chars de guerre, et de Jérusalem les chevaux de combat ; il brisera l’arc de guerre, et il proclamera la paix aux nations.» (Zacharie 9, 9-10)

Déjà, le prophète Isaïe avait écrit au sujet du Messie : «Voici mon serviteur, mon élu en qui je me complais. J’ai mis en lui mon esprit, il présentera aux nations le droit, il ne crie pas, il n’élève pas le ton, il ne fait pas entendre sa voix dans la rue; il ne brise pas le roseau froissé, il n’éteint pas la mèche qui faiblit…» (Is 42, 1-3).

Le Seigneur est un Dieu de bonté qui donne toujours une autre chance. Nous n’avons qu’à relire les textes qui mentionnent Marie Madeleine, Zachée, la Samaritaine, le bon larron, Pierre, l’enfant prodigue, les ouvriers de la dernière heure, Paul de Tarse et tant d’autres à travers les siècles.

Il est «un Dieu doux et humble de cœur»… C’est la première révélation de l’évangile d’aujourd’hui. Une deuxième, tout aussi importante, est l’invitation que le Christ nous fait de partager notre fardeau : «Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos».

Nous savons que les lois juives étaient un joug lourd à porter. Elles comprenaient quelque 613 commandements et régulations. Pour les gens simples et surtout pour ceux qui pratiquaient certains métiers, c’était impossible d’observer toutes ces lois. En conséquence, plusieurs étaient rejetés parce que considérés comme «impurs» et parce qu’incapables d’observer toutes les régulations tatillonnes : les bergers, les conducteurs d’ânes, les vendeurs itinérants, les tanneurs de peaux, les collecteurs d’impôts, sans parler des centaines de personnes expulsées de leur village parce qu’elles souffraient d’une maladie de peau.

Tous ces gens étaient privés de leurs droits civiques les plus élémentaires. Ils ne pouvaient être témoins dans un procès, ne pouvaient entrer dans une synagogue et participer à la vie communautaire du village.

Jésus veut bien observer la loi, mais il refuse d’en faire un lourd fardeau et une cause de discrimination et d’injustice. Pour lui, la loi doit être un élément de libération et de justice : «Mon joug est facile à porter, et mon fardeau léger».

Dans les actes des apôtres, Pierre et Paul refusent eux aussi d’imposer aux non-Juifs des règles trop rigides : «Ce serait leur imposer un joug insupportable que de les obliger à suivre toutes les lois de Moïse. Pourquoi voulez-vous leur imposer un joug que ni nos pères ni nous-mêmes n’avons eu la force de porter?» (Actes 15, 10) Comme Jésus, Pierre et Paul ne veulent pas assujettir les gens à des lois qu’ils ne pourraient supporter. Souvent, à travers les siècles, l’Église a oublié cette sagesse évangélique.

Jésus accusait les prêtres, les pharisiens et les scribes, c’est à dire l’Église de son temps, d’imposer aux gens des fardeaux qu’eux-mêmes refusaient de porter : «Les scribes et les Pharisiens siègent dans la chaire de Moïse : faites donc et observez ce qu’ils vous disent, mais ne vous réglez pas sur leurs actes, car ils disent et ne font pas. Ils lient de pesants fardeaux et les mettent sur les épaules des autres alors qu’eux-mêmes se refusent à les remuer du doigt» (Mt 23, 2-4).


Jésus offre aujourd’hui de partager nos fardeaux : maladies, infirmités, vieillesse, pauvreté, échecs, solitude... Ils sont moins lourds à porter lorsque le Christ les porte avec nous.

Notre Dieu est un Dieu «doux et humble de cœur», un Dieu «qui veut partager le poids de notre fardeau quotidien». Jésus est venu pour redonner à la religion son rôle de soutien et de libération. C’est la bonne nouvelle de ce dimanche : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos ».


Prédication dimanche 9 juillet 2017
Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA