NY OLANA AMIN’NY FISIAN’NY RATSY (Mat 13:24-43)


Iza no tsy mifanehatra amin’ny fisian’ny ratsy? Feno ny ratsy izao tontolo izao, eny hatrany am-piangonana aza! Kanefa sarotra ny manaiky ny antony mahatonga  izany, satria isika mila tontolo tsaratsara kokoa, mila fiangonana tsy misy pentimpentina na fiketronana. Manana fianiavana mandrakariva isika hitady ny tena fototry ny ratsy. Kanefa tsarovy mandrakariva, ry Havana, fa araka ny perikopa eto ambany masontsika dia tsy avy amin’Andriamanitra velively no niavian’ny ratsy: “ Tompoko, tsy voa tsara va no nafafinao tany an-tanimbarinao? Koa avy aiza kosa ny tsimparifary? Dia hoy izy taminy: “fahavalo no nahavita izany”! Izany hoe tsy avy amin’Andriamanitra mihitsy izany ny ratsy! Marina ny tenin’ilay philosophe frantsay Jean Jacques Rousseau raha niteny izy hoe: “teraka tsar any olona fa ny fiaraha-monina no nanimba azy”. Noho izany, na eto, ambonin’ny tany, na ao am-piangonana, eny na dia ao am-pontsika aza dia mifanidran-dàlana, miara-maniry ao ny vary sy ny tsimparifary. Tsy haintsika ny manavaka ny voa tsara sy ny ahi-dratsy! Sa tokony hatao ihany?


Mampitandrina Jesosy ny amin’ireo te-hanala ny ahi-dratsy: “koa tianao va ny handehananay hanongotra azy”? Fa hoy izy: “tsia, fandrao raha manongotra ny tsimparifary ianareo dia hongotanareo miaraka aminy koa ny vary”. Eken’ny Tompo ny mbola hifangaroan’ny tsara sy ny ratsy ao am-piangonana. Ary tonga hatrany amin’ny fanafintohinana aza Izy noho ny fiandaniany amin’ny mpanota. Mankahala ota ny Tompo fa tia ny mpanota Izy. Mbola tsy niresaka ny fisian’ny Fiangonana “pure” zato isan-jato ny Tompo, ry Havana! Fa manana faharetana toa ny Rainy ihany Izy. Fantany fa matsilo sy maranitra ny fon’ny olombelona. Ka ny asa tsara asehony dia manafina toetra manodoka nefa feno avonavona. Ary ny kilema miseho ety ivelany koa anefa mety manafina  ny tena kalitao ananany. Tokony hanana faharetana ny amin’ny mety ho fiovan’ireny ratsy ireny isika. Tsy nahazo alalana hitsara na hanala izay heverintsika ho tsy mendrika isika. Na izany aza dia tokony ho mailo ny amin’ireo miseho ho tsara sy ireo tsy laitra dohika isika. Tsy iza ireo fa ireo sarotiny sy mpifikitra amin’ny fitsipika, mba entiny manadio tena, ka manova ny tanimbary ho tany fiadiana, ka manongotra ny vary sy tsimparifary miaraka, fa tsy hainy intsony ny manavaka azy!

Tsy toetran’ny Tompo izany. Ny Azy sy ny fombany dia ny fandehanana tsikelikely. Sady maharitra Izy no malina. Tia ny fon’ny olona tsirairay, izay anjakan’ny adin’ny voa tsara sy ny tsimparifary Izy. Ny fon’izao tontolo izao izay rembin’ny tolona sy ny ny fisaraham-bazana, izao tontolo izao izay andalovan’ny fahararin’ny toy izay hiteraka, ary mbola marary hatrany, no nandevenana ny (nambolena) zanak’Andriamanitra, torotoro toy ny voa, kanefa lasa fantatra eran’izao tontolo izao ny vokatr’izany. Fantatr’Andriamanitra ny fifangariana misy eo amin’ny hakelezan’ io voa milevina (nambolena) sy ny halehiben’ny fijinjana farany, ny fahatsoran’ny masirasira na “levure” sy ny vongan’ny koba nasiana azy!

Maika ny hahitany Fanjakan’Andriamanitra ho tonga amin’ny tena fahamasahana Andriamanitra. Kanefa noho ny famindrampony eo anatrehan’izao tontolo izao voalemin’ny fahotana dia mahatonga Azy  hanana faharetana. Mahery Izy, hoy ny bokin’ny fahendrena, fa mitsara arak any indrafo. Mitantana amin’ny fitahitahiana Izy.

Ny tsiparifary dia dia tsy misaraka amin’ny tanimbary na misy mandrakariva ao amin’ny fontsika. Tsy maintsy mianatra miaina miaraka aminy, na amintsika samy isika na amin’ny manodidna antsika, izany anefa tsy hanariana ny fo ho lasan’ny ratsy tateraka. Satria ilay voa kely dia kely (voatsinapy kely amin’ny voa rehetra) dia mbola ho tonga hazo lehibe, ary ny “levure” indray mitsongo dia hampibontsina ny koban’izao tontolo izao.

Angataho ny fahasoavana mba hahitana ny fitsimohan’ny fiainana mandrakizay izay miafina ao am-pon’izao tontolo izao. Tsy ny zavatra miseho ankehitriny no mikaonty. Manofisa ny hahita hazo lehibe izay efa hitan’I Jesosy tamin’ny nitsanganany tamin’ny maty. Aza mijanona ho voatsinapy foana fa mieritrereta ilay vorona mipetraka eo amin’ny rantsany! Ary amin’ny faharetana sy amin’ny fanetren-tena dia afafazo ny voanao, hamakivaky ny ririnina izy. Ary ny fifalianao dia hipoaka tahaka ny masoandrom-pahavaratra!

Toriteny alahady 23 Jolay 2017
Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA


 

LE PROBLEME DU MAL (Matthieu 13, 24-43)


Qui ne se heurte au problème du mal ? Le mal est dans le monde et jusque dans l’Eglise. Pourtant, il est difficile de l’admettre. Nous voudrions un monde meilleur ou une Eglise sans taches ni rides. Assez volontiers, nous nous mettrions à la recherche de coupables. Mais souvenez-vous, selon notre péricope d’aujourd’hui, sous nos yeux, nous avons vu que le mal ne vient point de Dieu : « Le serviteur du maître de la maison vinrent lui dire : Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ? Il leur répondit : C’est un ennemi qui a fait cela » ! Cela veut dire que le mal ne vient pas de Dieu. Le philosophe Jean Jacques Rousseau a raison en disant : « L’homme né bon, mais c’est la société qui le corrompt ».   Pourtant, sur la terre, dans l’Eglise comme dans notre propre cœur, ivraie et blé poussent côte à côte. Nous sommes bien incapables de démêler les mauvaises herbes du bon grain. Faut-il le faire d’ailleurs ?

Jésus met en garde contre la précipitation de ceux qui voudraient s’y attaquer. Il accepte dans son Eglise le mélange des bons et des mauvais. Il va jusqu’à provoquer le scandale en donnant ses préférences aux pécheurs. Il n’a jamais parlé d’une communauté de purs. Il est patient comme son Père. Il sait que le cœur de l’homme est subtil. Les actes les meilleurs peuvent cacher une forme insidieuse d’orgueil. Et des défauts extérieurs peuvent occulter injustement de réelles qualités. Que nous sommes impatients de la conversion… des autres ! Nous ne sommes pas mandatés pour opérer un tri et exclure ceux qui, à nos yeux, ne sont pas dignes. Il faut se méfier des purs et durs. Ils ne sont que des puritains qui, sous prétexte de purification, transformeraient le champ de blé en champ de bataille, arrachant à la fois le froment et le chiendent, incapables qu’ils sont de les distinguer.

Telle n’est pas la manière de Jésus. Il est, lui, pour la méthode des petits pas. Il est patient et prudent. Il aime le cœur de chaque homme, où le bon grain et l’ivraie se livrent à une lutte sans merci. Au cœur du monde en proie à ses luttes et à ses déchirements, monde qui passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore, le Fils de Dieu a été enfoui, broyé comme le grain. Dieu sait le contraste entre la petitesse de ce grain enfoui et l’ampleur de la moisson finale, entre la modestie du levain et la masse de pâte qu’elle soulève.

Dieu a hâte de voir le Royaume parvenu à sa pleine maturité. Mais sa délicatesse à l’égard du monde fragilisé par le péché le rend radicalement patient. Il est puissant, nous dit le livre de la Sagesse, mais juge « avec indulgence ». Il gouverne « avec beaucoup de ménagement ».

Oui, l’ivraie  fait partie du champ de blé et du champ de nos cœurs. Il faut apprendre à vivre avec elle, en nous et autour de nous, et ne pas perdre cœur. Car la graine minuscule deviendra arbre, et la pincée de levure  gonflera la pâte du monde.

Oui, demandons la grâce de voir les germes d’éternité qui sont cachés au cœur du monde. Ce ne sont pas les apparences actuelles qui comptent. Rêvons du grand arbre que Jésus voit déjà dans ses yeux de ressuscité. N’en reste pas à ton minuscule grain de moutarde… pense aux oiseaux qui chanteront dans l’arbre ! Et, patiemment, humblement, jette ton unique grain. Il traversera les hivers. Et ta joie éclatera comme un soleil d’été !


Prédication dimanche 23 juillet 2017
Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA