NY FANDAVAN’I PETERA VOALOHANY AN’i JESOA


Ity tantara ity dia tohin’ny fanekem-pinoan’I Petera izay vao rentsika tamin’ny heriny: “Ianao no Kristy Zanak’Andriamanitra velona”. Nahazoany rariny tamin’I Jesoa izany valin-teniny izany ka nilazan’I Jesoa azy hoe: “Sambatra ianao ry Simona Bar-jona; fa tsy nofo aman-drà no naneho anao izany (i.h: tsy araka ny fisainanao samirery), fa ny Raiko izay any an-danitra”. Tahaka ny hasambarana rehetra, ny hoe “sambatra ianao”  dia maneno toy ny milaza fankasitrahana, nefa koa milaza fampaherezana. Ary izany tokoa, fa tsy maintsy ampaherezina fatratra I Petera mba hijanona ho mahatoky amin’ny fanekem-pinoana voalohany iny. Satria mbola betsaka ny zavatra tsy fantany, ary Jesoa dia tsy mitsahatra mananatra azy.

Satria, vao avy nanaiky ny fahafantaran’I Petera ny maha-Mesia Azy Jesoa (na dia ny Ray any an-danitra aza no naneho izany tamin’I Petera) dia nanolotra ny programany tamin’ny mpianany Izy, izay tsy misy ifandraisany amin’ilay filazana maha-Mesia Azy: “Hatramin’izay no vao natoron’I Jesoa ny mpianany fa tsy maintsy hankany Jerosalema Izy, ka hampijalian’ny loholona sy ny lohan’ny mpisorona ary ny mpanora-dalàna, dia hovonoina…,”. Mivadika ny tany aman-danitra: mpanjaka tsy manam-piadiana na tombontsoa manokana, ary ny tena loza dia mpanjaka ampahoriana sady manaiky izany fampijaliana izany. Nambarany fa hampijaliana dia hovonoina!


Inona tsara hoe? Nidrikina, nitroatra avy hatrany Petera raha nandre izany! Satria tahaka ireo olona naira-niaina taminy, dia niandry Mesia-mpanjaka, mandresy, be voninahitra, mahery, ary afaka mandroaka ireo mpanjanaka romana hiala an’I Jerosalema izy. Noho izany, izay nambaran’I Jesoa dia tsy azo ekena, ilay Andriamanitra manana ny hery rehetra ve dia hamela hanao zavatra toy izany? Izany no mahatonga ny lohateny hoe: “Ny fandavan’I Petera voalohany an’I Jesoa”, fandavana voalohany ny hanaraka an’ilay Mesia ao anaty ny fahoriana

Notoherin’I Jesoa ho toy ny tena fakam-panahy ho Azy izany fandavan’I Petera tampotampoka izany ka niteny azy mahery Izy hoe:  “mankanesa ato ivohoko, ry Satana; fahatafintohinana amiko ianao, satria tsy misaina izay an’Andriamanitra, fa izay an’olona”. Mijery araka ny maha-olombelona isika, ara-araka ny fahitantsika ny zava-misy. Fa tsy maintsy mamela ny Fanahy Masina hanova antsika isika, ary tena mampitsimbadika mihitsy ny fijerintsika zavatra, raha tiantsika ny hijanona ho mahatoky amin’ny plan’Andriamanitra. Hitantsika fa raha namaim-panahy Jesosy (Mat 4:1-11), dia tsy indray mandeha fotsiny Izy no nifanetra tamin’izany fakam-panahy izany fa nandritra ny asa fanompoany, matetika Izy no nifanetra tamin’ny toe-javatra mahalavo.

Toy izay nambaran’I Paoly amin’ny vakiteny faharona (Rom 12:1,2) amin’ity Alahady ity dia tokony hamela ny Fanahin’Andriamanitra hanova ny fomba fijerintsika isika: “Ary aza manaraka ny fanaon’izao tontolo izao; fa miovà amin’ny fanavaozana ny saina, hamantaranaeo ny sitrapon’Andriamanitra, dia izay tsara sady ankasitrahana no marina” (Rom 12:2).

Amin’izany matetika dia sendra zavatra tsy ampoizina isika eo; satria ny fomba fiasan’Andriamanitra dia samy hafa amin’ny fomba fiherintsika. Tokony tsy hiala eo ambany maso sy ao am-pontsika ilay andininy malaza haintsika loatra ao amin’Isaia 55: 8-9 manao hoe: “Fa ny fihevitro tsy fihevitrareo, ary ny làlanareo kosa tsy mba làlako, hoy Jehovah. Fa tahaka ny hahavon’ny lanitra noho ny tany no hahavon’ny làlako noho ny làlanareo sy ny fihevitro noho ny fihevitrareo”. “Raha mahatakatra an’Andriamanitra aho dia tsy Andriamanitra izany” (si je comprenais Dieu, ce ne serait pas Dieu), hoy St Augustin. Tsy maintsy manaiky ny tsy ampoizina isika: efa sendran’izany ireo apotsoly sy ny jiosy tamin’ny fotoan’androny, ary Petera no voalohany. Tamin’ireo fisehoan-javatra tsy dia fahita firy dia naminavina Mesia mahery, mandresy izy ireo, kanefa ny mifandaka tamin’izany vinavina tsara izany no hita teo amin’I Jesosy.

Fantatsika fa ny fikasan’Andriamanitra, dia tsy misy afa-tsy ny famonjena izao tontolo izao, izany hoe: ny hahatonga ny olombelona hiaina ny fahateraham-baovao, dia ny hiainany amin’ny fahalemem-panahy sy ny famindrampo, araka ny toetran’Andriamanitra rahateo. Noho izany, ny famonjena ny olona, izany hoe ny fiovantsika (notre conversion) tanteraka sy tsy miovaova amin’ny fitiavana sy ny famelan-keloka, ny firahalahiana sy ny fiadanana, ny fizarana sy ny fahamarinana dia tsy vita ho azy amin’izao: aiza ny fahalalahantsika?

Ny famonjena ny olona noho izany dia tsy maintsy mandalo amin’ny fanovàna miadana;  ahoana moa ny fanovana ny olona raha tsy atoro azy akory ny làlana hizorany ho amin’izany? Jesoa dia tsy maintsy nanaraka hatramin’ny farany ny làlan’ny halemem-panahy, làlan’ny fahatsaram-panahy, ny famelan-keloka, raha mba te hahomby amin’ny fanarahana izany làlana izany ihany koa isika. Izany no nahatonga an’I Jesoa, teo am-panazavana ny fijaliany sy ny fahafatesany tamin’ireo mpianatra tao Emaosy, niteny azy ireo hoe tsy tokony ho niaritra izany ve? Tsy maintsy !

Ny drafitry (plan) ny famonjen’Andriamanitra noho izany dia tsy mifanaraka amin’ny maha- Mesia mpandresy : mba ahatonga ny olona “amin’ny fahalalana ny marina” (1 Tim2,4) dia tokony hahita Ilay Andriamanitry ny fahalemem-panahy sy ny famelan-keloka, Ilay Andriamanitry ny famindrampo sy ny fangorahana izy  : tsy ho tanteraka ao anatin’ny asan’ny fahefana izany, fa tamin’ny fanomezana avo indrindran’ny fiainan’ny Zanaka : Azontsika kokoa noho izany ity tenin’I Jesoa ity hoe :”tsy misy manana fitiavana noho izao, dia  ny manolotra ny ainy hamonjy ny sakaizany.”(Jao 15,13). Izany porofom-pitiavana faratapony izany ihany no afaka mitarika antsika hindrana ny lalam-pitiavana.



Toriteny alahady 3 septambra 2017
Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA

 



« Le premier reniement de Pierre »


Ce récit fait suite à la mémorable profession de foi de Pierre que nous avons entendue dimanche dernier : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » ; cette affirmation lui a valu cette réponse de Jésus : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela (sous-entendu tu ne l’as pas deviné tout seul), mais mon Père qui est aux cieux. » Comme toute béatitude, celle-ci, « Heureux es-tu » sonne comme un compliment (et quel compliment !) mais aussi comme un encouragement. Et effectivement, il faudra beaucoup de courage à Pierre pour rester fidèle à cette première profession de foi. Car il n’en connaît pas encore toute la portée, Jésus n’a pas fini de le surprendre.

En effet, celui-ci vient d’accepter au moins implicitement la reconnaissance par Pierre de son titre de Messie (« C’est mon Père qui t’a révélé cela ») et aussitôt après il présente son programme qui ne cadre nullement avec l’idée qu’on se faisait communément du Messie : « A partir de ce moment, Jésus le Christ commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup… » C’était le monde à l’envers : un roi sans armes ni privilèges… Pire, un roi maltraité et apparemment consentant… Il parle de souffrir beaucoup et d’être même mis à mort !

Quelle idée ! Pierre a quelque raison de s’insurger. Comme beaucoup de ses contemporains, il attendait un Messie-roi, triomphant, glorieux, puissant, et chassant une bonne fois de Jérusalem l’occupant romain. Alors ce qu’annonce Jésus est inacceptable, le Dieu tout-puissant ne peut pas laisser faire des choses pareilles ! On pourrait presque intituler ce texte : « Le premier reniement de Pierre », premier refus de suivre le Messie dans la souffrance.

Jésus affronte ce refus spontané de Pierre comme une véritable tentation pour lui-même et il le lui dit avec véhémence : « Retire-toi derrière moi, Satan ! Tu es pour moi occasion de chute 1, car tes vues ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. » Que nos vues soient spontanément « humaines », quoi de plus naturel ! Mais il nous faut laisser l’Esprit les transformer, parfois les bouleverser complètement, si nous voulons rester fidèles au plan de Dieu. Au passage, nous voyons que Jésus n’a pas affronté des tentations seulement une fois pour toutes au début de son ministère (Mt 4, 1-11), mais plusieurs fois au cours de sa mission, il a rencontré des « occasions de chute ».

Comme dit Paul dans la deuxième lecture de ce dimanche (Rom 12 :1-2), il nous faut accepter de laisser l’Esprit de Dieu transformer complètement nos façons de voir : « Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour savoir reconnaître quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait. »

Et là nous risquons d’avoir des surprises ; car les manières de Dieu sont toutes différentes de nos propres manières de voir. Il ne faut jamais perdre de vue la fameuse phrase d’Isaïe (c’est Dieu qui parle) : « Vos pensées ne sont pas mes pensées et mes chemins ne sont pas vos chemins, oracle du SEIGNEUR. C’est que les cieux sont hauts par rapport à la terre : ainsi mes chemins sont hauts par rapport à vos chemins, et mes pensées par rapport à vos pensées. » (Is 55, 8-9). « Si je comprenais Dieu, ce ne serait pas Dieu » disait saint Augustin. Il nous faut donc accepter d’être surpris : les apôtres et tous les Juifs de leur temps l’ont été, Pierre le premier. A de rares exceptions près, ils avaient prévu un Messie puissant, triomphant ; or Jésus est aux antipodes de ces belles prévisions.

Le dessein de Dieu, nous le savons, ce n’est rien d’autre que le salut du monde, c’est-à-dire la naissance de l’humanité nouvelle, celle qui ne vivra que de tendresse et de pitié, à l’image de Dieu lui-même. Or, le salut des hommes, c’est-à-dire notre conversion totale et définitive à l’amour et au pardon, à la fraternité et à la paix, au partage et à la justice, ne peut pas se faire par un coup de baguette magique : où serait notre liberté ?
Le salut des hommes passe donc inévitablement par une lente transformation des hommes ; et comment transformer les hommes sans leur en montrer le chemin ? Alors, il fallait bien que Jésus emprunte jusqu’au bout le chemin de douceur, de bonté, de pardon, si l’on veut avoir quelques chances que nous l’empruntions à notre tour. C’est pour cela que Jésus, expliquant sa passion et sa mort aux disciples d’Emmaüs, leur dit « il fallait », au sens de « il fallait malheureusement ».

Le plan de salut de Dieu ne s’accommode donc pas d’un Messie triomphant : pour que les hommes « parviennent à la connaissance de la vérité » (1 Tm 2, 4), il faut qu’ils découvrent le Dieu de tendresse et de pardon, de miséricorde et de pitié : cela ne se pourra pas dans des actes de puissance mais dans le don suprême de la vie du Fils : on comprend mieux alors cette phrase de Jésus : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. » (Jn 15, 13). Seule cette suprême preuve d’amour peut nous amener à emprunter à notre tour le chemin de l’amour.


Prédication dimanche 3 septembre 2017
Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA