Koa iza amin’izy mirahalahy moa no nanao ny sitrapon’ny Rainy ? (Mat 21 : 28 – 32)

(Ratsy ny mampanantena nefa tsy manao : ny toky fitaka fa ny atao no hita)
Mampatsiahy antsika, amin’ny perikopa androany, Kristy fa ny zava-dehibe eo amin’ny fiainana dia ny asa fa tsy ny teny tsara lahatra – Asa fa tsy kabary, hoy ny fitenintsika. Ny nataon’ny tsirairay no itsarana azy fa tsy ny fikasana tsara. Ilay zanaka izay niafara tamin’ny fanekena handeha hiasa any an-tanim-boaloboka no nanao ny sitrapon’ny rainy. Paoly dia miteny ao amin’ny Rom 2:13 fa “tsy ny mpandre ny  teny (lalàna) no marina eo anatrehan’Andriamanitra fa izay miaina izany teny (lalàna) izany”.


Anankiray amin’ny fanakianana loza indrindra mahazo ny olona dia ny hoe “be resaka fotsiny, fa tsy misy asa vitany na dia kely aza” (grand parleur, petit faiseur). Milaza izany amintsika amin’ny fomba fiteny hafa ihany koa ny Filazantsara dia ny hoe: “Tsy izay rehetra miteny amiko hoe: tompoko, tompoko, no hiditra amin’ny fanjakan’ny lanitra, fa izay manao ny sitrapon’ny Raiko izay any an-danitra” (Mat 7:21). “ Ary izay mandre ny teny nefa tsy mampihatra izany, hoy Jesosy, dia toy ny lehilahy adala izay nanorina ny tranony teo amin’ny fasika…” (Mat 7:26). Ary Jesosy dia nanome tsiny matetika foana ny fariseo satria voalazany fa “miteny ihany izy nefa tsy manatanteraka” (Mat 23:3).

Namaky ny tantaran’ilay lehilahy iray izay taorian’ny accident nà fiara nahazo azy dia voatery tsy maintsy mampiasa irony “chaise roulante” irony izy. Lasa namangy azy ireo voisins-ny sy ny namany, ary rehefa hiainga handao azy dia miteny hoe: “André, mitondra am-bavaka anao izahay”. Dia hoy ny navalin’I André: “ Tsara izany, kanefa izaho koa afaka mivavaka ho ahy. Fa raha tianareo marina ny hanampy ahy, dia sasao ny vilia ao anaty “evier” dia mba ento mivoaka any amin’ny fanariana azy ny sac à ordures”. Mila fanampiana io olona io ary tiany raha ny vavaka sy ny teny mamy ataon’ireo namany mba arahinà-fihetsika mivaingana.

Anankiray amin’ireo atambo eo amin’ny fiainana ara-tsosialy no miseho, rehefa ny teny nomena no tsy mahomby, tsy arahinà-asa, rehefa tsy itokiana intsony izay lazain’ny sasany. Atambo sy loza izany, ry Havana. Fatantsika tsara ny zava-miseho eo amin’ny fiaraha-monina moderna: tsy inoantsika intsony ny kabarin’ny mpanao politika, ny fampanantenan’ny mpanao dokam-barotra, ny fitsaratsaran’ny mpanao gazety sasantsasany. Toa very ny sandan’ny teny nomena, ka ny vokatr’izany, nanjavona tanteraka ny fahatokiana ao amin’ireo masoivohontsika, na ao amin’ireo andrimpanjakana. Eny na dia ao amin’ny fiainam-pianakaviana aza, dia lasa marefo sy vonjy tavan’andro sisa. Tsy maharitra ny fampanantenana sy ny fifanekena.

Mahasarotiny ny maha-kristiana: “na iza na iza no hahavery ny ainy, izany hoe mahafoy ny ainy ho an’ny fianakaviany, ho an’ny namany, ho an’ny hafa no hahazo izany” (Mat 16:25). Ny finoantsika kristiana, ry Havana, dia tsy tokony ho finoana tenenina fotsiny, fa tokony ho finoana hiteraka asa ka hisy fiantraikany eo amin’ny endri-piainantsika; eo amin’ny fianakaviana, eo amin’ny asa, eo amin’ny fialam-boly, eo amin’ny fifandraisana amin’ny hafa. Ny maha-kristiana dia maniraka antsika handray ny andraikitska isan’andro, dia ny “MANAO” fa tsy ny “MITENY”.

Ny texte androany dia mampatsiahy antsika fahamarinana lehibe hafa volazan’ny Tompo: eo amin’ny fiainana, tsy misy ny tsy azo ovaina. Misy mandrakariva ny fotoana hamerenana izay natomboka. Na inona na inona tantarantsika, na inona na inona fandavantsika tany aloha tany, dia azo antoka ny fisian’ny fiovana. Tsy voafatotry ny lasantsika isika rehefa miaraka amin’I Jesoa. Mbola misy ny azo amboarina. Tsy misy tapa-dalan-kaleha amin’izay nataony teo aloha. Mbola misokatra ny ho avy.

Nisy vehivavy iray voaheloka higadra an-taonany maro an-tranomaizina. Nivaron-tena izy na dia efa nahalala aza fa voan’ny Sida. Ny fitiavany mifoka zava-maha-domelina no nanosika azy hivaro-tena. Nanana fanabeazana tonga lafatra sy avy amin’ny fianakaviana nanana ny maha-izy azy izy. Nanenina mafy tamin’ny nanimbany ny fiainany izy ary mitady fitiavana sy fiadanana ary famelan-keloka. Notsoriny fa io fotoana nigadrany io dia nahafahany nivoaka ny herisetra, ny drogue sy ny fanagejan’ny zava-maha-domelina sy ny fiankinana tamin’izany, izay tranomaizina izay ratsy lavitra noho ny fiainany ankehitriny. Voaheloka hitoka-monina izy tao an-tranomaizina, kanefa nahitany ny hatsiatsiaky ny fahatanorany izany.

Amin’Andriamanitra dia tsy misy olona mijanona amin’ny maha-izy azy hatrizay na tsy miova amin’ny fotoana. Toy izany ny lehilahy sy vehivavy feno fivoarana ka na mandroso izy na mihemotra. Tsy tsara noho ny hafa ny mpamory hetra sy ny mpivarotena, kanefa voalaza eto hiditra amin’ny Fanjakan’Andriamanitra izy ireny satria amin’ny fotoana samihafa dia miova famindra sy miova fo, izy ireny.

Ny fanoharana momba ny zanaka roalahy dia antso ho amin’ny fiovana sy ny fihavaozana. Misy mandrakariva ny toerana ho an’ireo mamaly ny antson’ny Tompo ao an-tanimboalobony. Toy izany izay nitranga teo amin’ny fiainan’I Zakaiosy, Maria Magdalena, ilay vehivavy Samaritana, sy ny hafa.

Tsy misy ny tsy azo ovaina. Mbola azo atao tsara ny miova, miainga indray amin’ny tsy misy ary manaraka ireo làlan’Andriamanitra, izany hoe - mba ampiasana ilay tenin’ilay fanoharana ao amin’ny filazantsara - miova hevitra ary mandeha miasa any amin’ny tanimboaloboky ny Tompo.


Toriteny alahady 01 oktobra 2017
Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA

 


 


Lequel des deux fils a fait la volonté du Père (Mat 21 : 31)

 

(Il n’est pas bon de promettre quelque chose sans la réaliser : la promesse est trompeuse, mais c’est l’action qui compte)


Le Christ nous rappelle aujourd’hui que ce qui compte dans la vie, ce ne sont pas les belles paroles mais les actes. On juge quelqu’un sur ce qu’il fait et non pas sur ses bonnes intentions. C’est le fils qui finit par aller travailler dans la vigne qui fait la volonté de son père. S. Paul disait dans sa lettre aux Romains : «Ce ne sont pas les auditeurs de la parole qui sont justes devant Dieu, mais ceux qui mettent cette parole en pratique» (Rom 2, 13)


L’une des accusations les plus graves que l’on puisse porter contre quelqu’un c’est de lui reprocher d’être riche en paroles mais pauvres en actions : «grand parleur, petit faiseur». L’évangile nous dit la même chose en d’autres termes : «Ce ne sont pas ceux qui disent Seigneur, Seigneur qui entreront dans le Royaume des cieux, mais ceux qui font la volonté de mon Père» (Mt, 7, 21). «Celui qui se limite à écouter la parole et ne la met pas en pratique, ajoute Jésus, est comme quelqu’un qui construit sa maison sur le sable...» (Mt 7, 26). Le Christ adresse ce reproche aux pharisiens de tous les temps : «Ils disent mais ne font pas». (Mt 23, 3)


Je relisais dernièrement l’histoire d’un homme qui, suite à un accident d’auto, était obligé de se déplacer en chaise roulante. Ses voisins et ses amis allaient le visiter et en partant, plusieurs disaient : «André, nous allons prier pour toi». Et lui répondait : «C’est bien, mais en fait je peux très bien faire mes propres prières. Si vous voulez vraiment m’aider, lavez la vaisselle qui se trouve dans l’évier et apportez les sacs d’ordures au chemin!» Cet homme avait besoin d’aide et il voulait que les prières et les bonnes paroles de ses amis soient accompagnées des gestes concrets.


L’un des drames de la vie sociale se produit lorsque la parole donnée cesse d’être fiable, de se traduire en actes, lorsqu’on perd confiance dans ce que disent les autres. Nous connaissons bien ce phénomène dans nos sociétés modernes. Nous ne croyons plus aux discours des politiciens, aux promesses de la publicité, aux jugements de certains journalistes. La parole donnée semble avoir perdu sa valeur et, en conséquence, la confiance dans nos représentants, dans nos institutions disparait. Même dans la vie familiale, tout semble fragile et provisoire. Les promesses et les engagements sont de courte durée.


Le christianisme est exigeant : «Celui qui perd sa vie, c’est-à-dire qui la donne par amour pour sa famille, pour ses amis, pour les autres, la sauvera» (Mt 16, 25). Notre foi chrétienne ne doit pas être une foi de paroles seulement, mais une foi active qui influence tous les aspects de notre vie : la famille, le travail, les loisirs, les relations avec les autres… Le christianisme nous renvoie à nos responsabilités quotidiennes. Il s’agit de «faire» et non de «dire».

Le texte d’aujourd’hui nous rappelle une autre vérité importante pour le Seigneur : dans la vie, les jeux ne sont jamais faits. Il est toujours temps de se reprendre. Quelle que soit notre histoire, quels que soient nos refus précédents, un changement est toujours possible. Avec Jésus nous ne sommes jamais enfermés dans notre passé. Nous avons toujours une deuxième chance. Personne n’est figé dans ce qu’il a fait auparavant. L’avenir reste ouvert.


J’ai lu l’histoire d’une femme condamnée à plusieurs années de prison. Elle s’était prostituée, tout en sachant qu’elle avait le sida. C’était son besoin de drogue qui l’avait poussée à la prostitution. Elle avait reçu une excellente éducation et venait d’une bonne famille. Elle regrettait amèrement d’avoir galvaudé sa vie et elle voulait retrouver l’amour, la paix et le pardon. Elle avoua que c’étaient ces années d’incarcération qui lui avaient permis de sortir de la violence, de la drogue et de l’addiction, une prison pire que celle où elle vivait actuellement. Condamnée à la réclusion, elle y avait retrouvé la fraicheur de sa jeunesse.


Pour Dieu, personne n’est étiqueté ou figé dans le temps. Il n’y a que des hommes et des femmes en pleine évolution qui avancent ou qui reculent. Les publicains et les prostituées ne sont pas meilleurs que les autres, mais ils entrent dans le Royaume parce qu’à un certain moment, ils ont changé de direction, ils se sont convertis.


La parabole des deux fils est un appel au changement et au renouveau. Dans la vigne du Seigneur, il y aura toujours de la place pour ceux et celles qui répondent à son invitation. C’est ce qui est arrivé à Zachée, Marie Madeleine, la Samaritaine, et tant d’autres.


Les jeux ne sont jamais faits. Il est toujours possible de changer, de repartir à zéro et de nous engager dans les voies de Dieu, c’est-à-dire - pour utiliser les mots de la parabole de l’évangile - de changer d’opinion et d’aller travailler dans la vigne du Seigneur.


Prédication dimanche 1 Octobre 2017
Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA