ALOAVY HO AN’I KAISARA, ARY IZAY AN’I KAISARA, ARY HO AN’ANDRAIAMANITRA IZAY AN’ANDRIAMANITRA (Mat 22 :15-21)

 

Any Jerosaleman’i Jodia no miseho ny tantara. Efa nampandoa hetra ny Jiosy ny mpanjana-tany romana hatramin’ny telopolo taona nanjanahany azy. Saro-pady ny firesahana izany ka mahatonga firehetam-po. Ny fariseo dia nitady izay fomba rehetra hanamelohana an’I Jesoa. Noho izany dia naniraka ny mpianany niaraka amin’ireo mpomba an’I Heroda, izany hoe: ireo naman’ny emperora, izy ireo, mba hanontany an’I Jesoa hoe: mety ve ny mandoa hetra ho an’I Kaisara (emperora) sa tsia?

Fandrika ilay fanontaniana. Raha hiteny Jesosy hoe: “mety”, dia midka izany fa mankasitraka ny fisian’ny mpanjanatany romana Izy. Ary dia ho tsaraina toy ny mpamadika, na mpiray tsikombakomba. Raha hiteny kosa Jesosy hoe “tsy mety”, dia mora fotsiny ny hanondroana Azy amin’ny mpitondra romana ho toy ny mpamporisika ny vahoaka hikomy. Na hanao “eny” na hanao “tsia” izany Jesoa dia “coïncé” foana!

Fa Jesosy kosa izay efa nahatakatra ny fandrika novelarin’ireo taminy dia nanome valinteny mampitolagaga. Nanomboka tamin’ny fitenenany ireo ekipan’I Heroda ho mpihatsaravelatsihy, dia nangataka tamin’izy ireo Izy mba hitondra vola “pièce” Aminy; ka nahamaika azy ireo ny hanatanteraka izany. Tsy maintsy fatantsika aloha fa ny vola tamin’izany dia tsy hoe misy ny sarin’I Kaisara fotsiny, fa misy tantara toa manome lanja azy hanana toetra amam-pomba toa an’Andriamanitra. Noho izany ny vola romana dia noraisin’ireo lohandohan’ny mpitondra fivavahana tamin’izany ho toy ny sampy; ary izany no nahatonga ny mpanora-dalàna nametraka ireo mpanakalo vola teo ivelan’ny Tempoly, mba tsy hisy vola romana ho tafiditra tao amin’ny tempoly. Ny tena mpivavaka jiosy dia tsy nihevitra ny hitahiry vola romana tao aminy. Ary ny fampisehoan’ireo niresaka tamin’I Jesoa vola tampoka teo dia manaporofo ny ahiahiny momba ny lalàna ara-pivavahana momba io vola romana io.

Rehefa izany dia nampiseho ny sarin’I Kaisara teo amin’ilay pièce Jesoa. Rehefa mampiasa an’io vola io izany dia fantatra avy hatrany ny hery sy fahefan’ilay hita sary eo , raha tsy izany dia tsy misy sandany ilay vola. Noho izany, raha fantatra ilay fahefana politika, dia fantatra ihany koa ny lalànan’ny fitantanana ny fananana iombonana hahasoa ny fikambanana, na ny fiainam-piaraha-monina izay misy antsika. Hoy Paoly: “Mandoava amin,’izy rehetra izay tokony ho azy avy: vola hetra ho an’izay tokony handoavan-ketra, fadin-tseranana, ho an’izay tokony handoavana fadin-tseranana, tahotra ho an’izay tokony hatahorana, haja ho an’izay tokony hajaina. Aza avela hisy tsy voaloa na amin’iza na amin’iza afa-tsy ny fifankatiavanareo ihany” (Rom 13:7-8). Noho izany dia nasehon’I Jesoa fa tsy misy olana ny tokony handoavana hetra ho an’I Kaisara.

Fa tsy nijanona teo Jesosy, fa notarihiny amin’ny zavatra hafa koa ireo niresaka taminy. Izay no nahatonga ilay valintenin’I Jesoa mahagaga hoe: “Aloavy ho an’I Kaisara izay an’I Kaisara ary ho an’Andriamanitra izay an’Andriamanitra”. Misy izany ny tokony haloa amin’I Kaisara, fa etsy an-daniny izany koa, misy koa izay tokony haloa amin’Andriamanitra. Amin’I Jesoa  dia mifamatotra ireo zavatra roa ireo.

Ny zavatra aloa ho an’I Kaisara, dia azontsika fa ny fandraisantsika anjara amin’ny fiainam-piaraha-monina izay misy antsika. Izay takian’ny fanjakana amintsika. Fa inona kosa ireo tokony haloa amin’Andriamanitra? Fatantsika fa Andriamanitra no Mpamorona izay irehetra misy, Azy ny zava-drehetra. Na ny aintsika sy ny fiainantsika aza dia Azy, satria Izy no nanome antsika izay maha-isika antsika, Izy no antom-pisiantsika. Ary ankehitriny Jesoa dia mangataka amintsika hoe: “aloavy amin’Andriamanitra izay an’Andriamanitra”, tahaka ny hoe naka zavatra izay an’Andriamanitra isika ka asaina mamerina izany.

Hitantsika tsar any valintenin’I Jesoa tamin’ireo nanontany azy raha nampisehon’ny sary teo amin’ilay pièce Izy. Raha sarin’ny emperor no teo amin’ilay vola, dia an’ny emperor izany ilay vola ka tokony haverina amin’ny emperora. Fa mba tadiavo hoe, tamin’ny famoronana nataon’Andriamanitra, iza amin’ireo rehetra noforonina no manana ny sarin’Andriamanitra manokana. Ny valiny, izay azontsika avy hatrany dia ny olona, satria noforoniny hitovy endrika aminy ny olona. Noho izany dia miandry antsika Andriamanitra hamerina Aminy izay Azy, dia tsy inona izany fa ny fahafantarantsika Azy ho mpamorona antsika, ny fahafantarantsika Azy ho raintsika, ny hitondrantsika tena tahaka ny zanaka natsangana, ny hanekentsika Azy… “Aloavy ho an’I Kaisara izay an’I Kaisara ary ho an’Andriamanitra izay an’Andriamanitra” izany dia midika hoe: “mifampitondrà ianareo toy ny mpirahalahy, amin’ny fikarakarana ny tsirairay avy, ary mitondrà tena ihany koa amin’ny maha zanaky ny Ray iombonana any an-danitra, amin’ny fanomezanareo Ahy amin’ny fo manotolo, ny hery manotolo ary ny fanahy manontolo.

Tamin’ny fotoana nanaovana batsia antsika no nandraisantsika ilay fahasoavana di any hiaina amin’y maha-zanak’Andriamanitra. Ary teo amin’ny batisa no nifidianantsika ny ho an’Andriamanitra mandrakizay. Nefa isaky ny manota Aminy isika dia tsy nankato ny sitrapony, tsy nanao ny tsara izay tokony ho nataontsika isika, ka nanjary tsy tsy hitan’Andriamanitra ilay valin-tenim-pitiavana andrasany amintsika. Noho izany dia aloavy ho an’Andriamanitra izay an’Andriamanitra” izany hoe: miverena Aminy indray amin’ny fo manenina noho ny ota, mangataha Aminy famelàna ny fahotantsika, ary mifidiana indray ny hiaina eo akaikiny.

Ho anareo tanora dia tong any fotoana izay handehananareo hanavao ny toky nataon’ny ray ama-dreny teo amin’ny batisa ka hanambaranareo ny finoanareo an’I Kristy velona eo amin’ny katekomena.

Mandehana aloavy amin’Andriamanitra izay Azy, izany hoe manolora tena ho an’Andriamanitra. Atolory ho azy ny tenanareo, amin’ny fahalalana tsaraAzy, tsy amin’ny faneriterena toy ny valim-pitiavana ho an’Ilay efa nanome anareo ny zava-drehetra.. Ary isika rehetra vory eto ankehitriny, andeha isika hanavao indray ny fanekentsika teo amin’ny batisa, ka handoa ho an’Andriamanitra izay Azy” satria Ray iombonatsika Izy. Amena!

 

Toriteny alahady 22 oktobra 2017

Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA

 

 


 

«RENDEZ DONC A CESAR CE QUI EST A CESAR, ET A DIEU CE QUI EST A DIEU» (Matthieu 22, 15-21)

 

Nous sommes à Jérusalem, en Judée. L’envahisseur romain a mis en place un impôt depuis une trentaine d’années seulement. Le sujet est encore tabou et soulève les passions. Les pharisiens, eux, cherchent à trouver une bonne raison pour faire condamner Jésus. Ils envoient leurs disciples accompagnés de partisans d’Hérode, c’est-à-dire des amis de l’empereur, pour interroger Jésus sur ce sujet : « est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à l’empereur ? »

La question est perverse. Si Jésus dit « oui », il montre qu’il est favorable à la présence de l’occupant romain. Il sera jugé comme un traître, un collaborateur. S’il répond « non », il sera facile de le dénoncer aux autorités romaines comme étant quelqu’un qui incite les foules à la rébellion. Qu’il réponde « oui », ou qu’il réponde « non », il est coincé.

Mais Jésus, qui a bien compris le piège qui lui est tendu, va apporter une réponse étonnante. Il commence par traiter les partisans d’Hérode d’hypocrites, tout en leur demandant de lui présenter une pièce de monnaie ; ce qu’ils s’empressent de faire. Il faut savoir que la monnaie de l’époque portait non seulement l’effigie de César, mais une légende qui s’adressait à lui comme à une divinité. L’argent romain était donc considéré par les chefs religieux comme idolâtrique ; les docteurs de la Loi avaient même institué des changeurs dans la cour du temple, pour qu’aucune monnaie romaine ne soit introduite dans le Temple. Aucun juif pieux n’était donc censé posséder une telle monnaie. Le fait que les interlocuteurs de Jésus présentent spontanément cette monnaie prouve leur peu de souci de la Loi religieuse.

Puis, Jésus montre, grâce à l’effigie, que cette pièce a bien été émise par César. Or, quand on utilise une pièce de monnaie, c’est qu’on reconnaît indirectement le pouvoir et l’autorité de celui qui a frappé cette monnaie, sinon la pièce n’aurait aucune valeur. Si donc on reconnaît une autorité politique, on lui reconnaît aussi le droit de gérer le bien commun de la communauté à laquelle nous appartenons. Jésus montre ainsi qu’il n’y a donc rien de scandaleux à payer ses impôts, même à César.

Mais Jésus n’en reste pas là. Il veut conduire ses interlocuteurs sur un autre terrain. D’où la phrase étonnante : « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ». Il y a donc des choses à rendre à César, et en même temps, des choses à rendre à Dieu. Pour Jésus, les deux actions sont visiblement liées, et ont un rapport entre elles.

Les choses à rendre à César, nous l’avons compris, c’est notre juste participation à la vie de la communauté à laquelle nous appartenons. Mais quelles peuvent donc bien être les choses que nous devons rendre à Dieu ? Nous savons bien que Dieu est le Créateur de tout ce qui existe, que tout lui appartient, absolument tout. Mêmes nos vies lui appartiennent, puisque c’est lui qui nous donne d’être, d’exister. Et pourtant Jésus nous demande de « rendre à Dieu ce qui est à Dieu », comme si nous avions pris quelque chose qui appartient à Dieu.

La réponse, nous la trouvons dans le geste de Jésus avec la pièce de monnaie. Si la pièce de monnaie porte l’image de l’empereur, c’est qu’elle appartient à l’empereur, et nous devons donc la rendre à l’empereur. Alors cherchons dans la création, ce qui porte l’image de Dieu d’une manière toute particulière. La réponse, nous l’avons compris, c’est l’homme, puisqu’il a été créé à l’image de Dieu. Dieu attend donc de nous que nous nous rendions à Lui, c’est-à-dire que nous le reconnaissions comme notre Créateur, et notre Père ; que nous nous comportions donc comme ses fils adoptifs, que nous lui soyons soumis…

« Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » veut donc dire « comportez-vous en ce monde en frères, en prenant soin les uns des autres, et comportez-vous en même temps en fils du même Père Céleste, en vous donnant à moi de tout votre cœur, de toutes vos forces, et de tout votre esprit. »

C’est le jour de notre baptême que nous avons reçu la grâce de vivre en enfant de Dieu. C’est par notre baptême que nous avons choisi d’appartenir à Dieu pour toujours. Mais à chaque fois que nous avons péché contre Dieu, que nous avons désobéis à sa volonté, que nous n’avons pas fait le bien que nous aurions dû faire, nous avons d’une certaine manière privé Dieu de cette réponse d’Amour qu’il attendait de nous. « Rendre à Dieu ce qui est à Dieu », c’est donc revenir à Lui avec le cœur contrit, lui demander pardon pour nos péchés, et choisir à nouveau de vivre auprès de Lui.

Dans quelques instants, vous tous ici, les jeunes, vous allez renouveler les promesses de votre baptême et professer votre foi dans le Christ ressuscité,

Vous allez d’une certaine manière rendre à Dieu ce qui Lui appartient, c’est-à-dire vous-mêmes. Vous allez vous donner à Dieu, consciemment, librement, comme une réponse d’Amour à Celui qui vous a tout donné. Et nous tous, ici présents, nous allons renouveler avec vous nos promesses du baptême, nous allons « rendre à Dieu ce qui est à Dieu » parce que nous sommes tous les enfants du même Père. Amen.

 

Prédication dimanche 22 Octobre 2017

Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA