Ny fariseo sy ny  farisaisma na ny fihatsarambelatsihy ( Mat 23 :1-12)

 

Nandritra ny dimy herinandro izay no namelabelaran’I Matio ny adi-hevitra teo amin’I Jesosy sy ny fariseo: efa novakiantsika teto ny fanoharana momba ireo zanaka roa lahy ( dia ilay nanao “eny” fa tsy nanao na inona na inona sy ilay nanao “tsia” nefa namaly ny antson’ny Tompo). Taorian’izany dia efa rentsika koa ny amin’ireo mpiasa ny tanim-boaloboka mpamono olona, ny amin’ireo nasaina nefa samy nanao fialàna tamin’ny fampakaram-bady, ny resaka fandoavan-ketra ho an’I Kaisara. Ary vao tamin’ny Alahady teo, no nanontaniana an’I Jesosy momba izay lehibe amin’ny didy. Androany dia mandre an’I Jesosy izay mivazavaza amin-kery ny fariseo. Manameloka izay mety antsoina hoe: “fandrim-pahefana”(pièges de l’autorité)  Izy.

Mialoha ny zava-drehetra dia ilaina ny manao izao fanazavana izao: tokony tsy hafangarontsika ny fariseo sy ny farisaisma. Ny fariseo dia lehilahy tena mpivavaka fatratra. Tena niraiki-po tamin’ny lalàn’I Mosesy izy ireo; ka nahatonga azy ireo ho mendri-pankasitrahana izany. Imbetsaka Jesosy no niara-nisakafo tamin’ireo olona manan-kaja ireo. Indray alina aza dia niresaka lavabe tamin’I Nikodemosy Izy. Ny filazantsara koa dia mbola miteny amintsika momba an’I Josefa avy any Arimatia. Taty aoriana, dia nisy an’I Saoly izay tonga Paoly. Nandritra ny taona maro no niadiany mafy tamin’ny kristiana mba hiarovany ny lalàn’I Mosesy. Ary taty aoriana dia tonga vavolombelon’ny finoana izy. Izany rehetra izany dia mampatsiahy antsika fa azo atao foana ny miova fo, miova ho kristiana, ary anisan’izany ny fariseo.

Ny farisaisma kosa dia fomba fisainana, toe-tsaina. Izany dia ny firaiketam-po  amin’ny lalàna, ary amin’ny lalàna ihany hatramin’ny antsipiriany kely indrindra. Ny farisaisman’ ny mpitondra fivavahana dia nitarika azy ireo ho amin’ny zava-poana sy amin’ny fahafaham-po eo anilan’ny tsara sy ny soa amin’ny fitandremana ny lalàna. Saingy ao ambanin’ny saron-tavan’ny fahamarinana ataony no miafina ny fihatsaram-belatsihiny. Io ilay taratasy izay mamono ny fanahy. Zavatra iray no adinon’izy ireo: Andriamanitra dia mahita ny ao am-pon’ny tsirairay.

Tsy ny hafatra nentin’izy ireo no niampangan’I Jesosy azy. Tsy nanome tsiny azy ireo tamin’ny filazana ny lalàna Izy. Nanamarika fotsiny Izy fa tsy mifanaraka amin’ny tenin’izy ireo ny fiainany. Mampianatra ny lalàna izy ireo nefa tsy manatanteraka izany. Miteny izy fa tsy manao. Tena henjana amin’ny hafa izy, “mamehy entana sady mavesatra no sarotra entina izy ka manaingina izany eo amin’ny soroky ny olona, nefa ny tenany tsy mety manetsika izany na dia amin’ny rantsan-tànany anakiray aza”. Tian’izy ireo ny miseho mba ho voamariky ny olona. Ny tanjon’izy ireo dia ny hanintona ny fiheverana sy ny fahalinan’ny hafa ny amin’izy ireo. Te-hodokafana hoe izany ka izy. Raha tokony hitarika ny vahoaka izay nankinina taminy izy ireo, dia tsy nieritreritra afa-tsy ny tenany ihany.

Eto dia misy fampitandremana tena mazava sy tena mafy ho antsika. Izany dia natao ho an’ireo manana andraikitra hitory ny Filazantsara, eveka, pretra, pastera, mpiandry, katekista, ray aman-dreny, mpanabe ara-pinoana… “Miteny izy ireo fa tsy manao”. Indray andro any dia mbola hitamberina amintsika rehetra, na iza na iza,  izany teny izany. Izany no fakam-panahin’ny “fisehoana”, ny hazakazaka ho an’ny laza sy ho an’ ny voninahitra (miteny fotsiny fa tsy manao). Ny avonavontsika dia mety hitarika antsika hanabanty/hanao tsinontsinona, ny hafa izay heverintsika ho mpanota sy tsy mahalala. Raha manao izany isika, dia lavitra an’Ilay tonga hitady sy hamonjy ireo very.

Noho izany dia afaka manontany tena isika: Ahoana no ahafahantsika miaro-tena tsy voan’ny toe-tsaina farisaisma (ny fihatsarambelatsihy) sy ny hialantsika amin’ny tsiron’ny fahefana. Ny valiny, dia hitantsika ao amin’ireo “textes bibliques” androany: ny Salamo dia manasa antsika hanahaka ny zaza izay miraiki-po amin’ny reniny na dia fantany aza fa tsinotsinona ny fisiany raha tsy teo ny rainy; noho izany dia tsy niseho ho manam-pahalalana momba izany izy; ao amin’ny vakiteny faharoa, manasa antsika I Paoly, hanompo ny hafa; tokony hanao izany amin’ny halemem-panahy isika, amin’ny tsy fanavesarana sy tsy fampiasana anaram-boninahitra sy asa. Farany, tao amin’ny vakiteny voalohany, ny mpaminany Malakia dia mampatsiahy antsika fa tsy maintsy manome voninahitra ny Tompon’izao rehetra isika. Raha akapoka iray, dia tokony hanolo-tena amin’ny fanetren-tena sy ny fomba fiasa isika. Izany no mampanalavitra antsika amin’ny mety ho loza mitranga amin’ny fangalaram-pahefan’Andriamanitra sy ny famadihana ireo rahalahintsika.

Mba hahatakarana sy hiainana ity Filazantsara ity dia tsy maintsy mitodika ao amin’I Kristy isika. Manana mpitarika mahatalanjona isika ao Aminy. Nanolotra ny tenany teo amin’ny hazo fijaliana Izy mba ho famonjena izao tontolo izao. Tamin’ny fanasàna ny tongotry ny mpianany ny Alakamisy Masina, no nampianarany antsika hifankatia sy hifanompo. Tamin’ny nanolorany ny Fanasan’ny Tompo sy amin’ny fanehoam-pitiavany nasehony hoan’ny mpanaraka Azy ka hanolorany ny tenany hatramin’ny fahafatesana, no nampiharany ilay didy lehibe hoe: “Izay te-ho lehibe aminareo dia ho mpanompon’izy rehetra”.

Antsoina ho amin’ny tena fiovam-po marina isika. Ny zava-dehibe dia ny fandaozana/ fanariana ny  fiheveran-tena ho ambony fa mifototra kosa amin’ny lalàn’ny fitiavana amin’ny fo feno halemem-panahy sy ny fitiavana manana amby ampy. Fa izay mampitombo marina antsika eo imason’Andriamanitra sy ny rahalahy dia ny fanompoana. Izay maha-zava-dehibe ny fiainana dia ny fananantsika fitiavana an’Andriamanitra sy ny namana. Amena!

 

 

 

Toriteny alahady 5 novambra 2017

Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA

 


Pharisiens et pharisaïsme… (Mt 23 :1-12)

 

Depuis cinq semaines, Matthieu nous décrit la polémique entre Jésus et les pharisiens : nous avons lu la parabole des deux fils (celui qui dit oui mais ne fait rien puis celui qui dit non mais qui répond à l’appel du Seigneur). Puis nous avons entendu la celle des vignerons homicides, celle des invités désinvoltes, la question sur l’impôt à César. Dimanche dernier, Jésus était interrogé sur le grand commandement. Aujourd’hui, nous entendons le Christ  qui invective vigoureusement les pharisiens. Il dénonce ce qu’on pourrait appeler « les pièges de l’autorité. »

Tout d’abord, une précision s’impose : nous ne devons pas confondre pharisiens et pharisaïsme. Les pharisiens étaient des hommes profondément religieux. Ils étaient très attachés à la loi de Moïse ; cela les rendait très estimables. Plusieurs fois, Jésus a mangé à la table de ces dignitaires. Une nuit, il a eu une longue conversation avec Nicodème. L’évangile nous parle aussi de Joseph d’Arimathie. Plus tard, il y a eu Saul qui est devenu le grand Paul. Pendant des années, il a combattu avec acharnement les chrétiens pour défendre la loi de Moïse. Puis il est devenu un grand témoin de la foi. Tout cela nous rappelle que la conversion est toujours possible, y compris pour les pharisiens.

Le pharisaïsme est un état d’esprit, une mentalité. C’est l’attachement à la loi pour la loi jusque dans les moindres détails. C’est aussi le mépris du petit peuple qui ne connaît pas la loi et ne la pratique pas. Le pharisaïsme des chefs religieux les mène à la vanité et à la satisfaction d’être du côté des bons. Mais sous un masque de justice, c’est l’hypocrisie qui se cache. C’est la lettre qui tue l’esprit. Ils n’oublient qu’une chose : Dieu voit ce qu’il y a dans le cœur de chacun.

Ce que Jésus dénonce, ce n’est pas leur message. Il ne leur a jamais reproché de dire la loi. Il leur fait simplement remarquer que leur vie n’est pas en accord avec leurs paroles. Ils enseignent la loi mais ne l’observent pas. Ils disent et ne font pas. Ils sont très exigeants pour les autres, ils leur imposent de lourds fardeaux ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt. Ils aiment paraître pour être remarqués des hommes. Leur but, c’est d’attirer la considération et l’intérêt des autres. Au lieu de guider le peuple qui leur est confié, ils ne pensent qu’à eux-mêmes.

Nous avons là un avertissement très clair et une mise en garde très forte. Elle s’adresse à tous ceux qui ont pour mission d’annoncer l’Evangile, les évêques, les prêtres, les pasteurs, les bergers, les catéchistes, les parents, les éducateurs de la foi… « Ils disent et ne font pas… » Un jour ou l’autre, cette parole du Christ nous interpelle tous, qui que nous soyons. C’est la tentation du « paraître », la course au prestige et aux honneurs. Notre orgueil peut nous amener à mépriser les autres que nous jugeons pécheurs et ignorants. En agissant ainsi, nous sommes loin de Celui qui est venu chercher et sauver ceux qui étaient perdus.

 

Alors, nous pouvons nous poser la question : Comment pouvons-nous nous garder du pharisaïsme et du goût du pouvoir. La réponse, nous la trouvons dans les textes bibliques de ce jour : le psaume nous invite à imiter l’enfant qui se blottit contre sa mère ; il sait qu’il doit tout à son père ; de ce fait, il ne cherche pas à faire le savant ; dans la seconde lecture, Paul nous invite à nous mettre au service des autres ; nous devons le faire avec douceur, sans être à charge et sans tirer profit des titres et fonctions. Enfin, dans la première lecture, le prophète Malachie nous rappelle que nous devons glorifier le Seigneur de l’univers. En un mot, nous devons nous disposer à l’humilité et au service. C’est cela qui nous éloigne du risque d’usurper le pouvoir de Dieu et de trahir nos frères.

Pour comprendre et vivre cet évangile, c’est vers le Christ que nous devons nous tourner. Nous avons en lui un merveilleux guide. Il s’est donné sur la croix pour le salut du monde. En lavant les pieds de ses disciples au soir du Jeudi Saint, il nous apprend à aimer et à nous mettre au service les uns des autres. En offrant la Sainte Cène et en aimant les siens jusqu’à en mourir, il met en pratique son grand commandement : « Que le plus grand soit votre serviteur ! »

C’est à une véritable conversion que nous sommes tous appelés. L’important c’est d’abandonner tout sentiment de supériorité et de nous attacher à la loi d’amour avec un cœur tendre et généreux. Ce qui nous grandit vraiment aux yeux de Dieu et de nos frères, c’est le service. Ce qui fait la valeur d’une vie, c’est l’amour que nous avons pour Dieu et pour le prochain. Amen !

 

Prédication dimanche 5 novembre 2017

Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA