« Tsara izany, ry mpanompo tsara sady mahatoky ; nahatoky tamin’ny kely ianao, dia hotendreko ho mpanapaka ny be ; midira amin’ny fifalian’ny tomponao » ( Mat 25 :21,23)

 

Ny fanoharana momba ny talenta dia mari-panajana ny fahafahan’ny olombelona. Ireo talenta ireo dia maneho ireo toetra manokana noraisintsika sy ireo andraikitra nankinina tamintsika: ny fianakaviantsika, ny mpifanolo-bodorindrina amintsika, ny olona miara-miaina amintsika, ny tontolontsika sy ny manodidina azy.

Matoky antsika sy miantehitra amintsika Andriamanitra. Mangataka antsika Izy ny mba hampiasantsika ireo fanomezam-pahasoavana voaraintsika mba hanatsarana, mba hanasoavana ny tontolo kelintsika. Tiany isika hamorona ary hasainy hiala amin’ny hakamoana, ny fahalainana sy ny fahalemena mba hanao zavatra tsara ho an’ny olona manodidina antsika. Hoy Izy amintsika amin’ity maraina ity: “Indreto ny fanomezako, indreto ny talentako ary ireo ny olona nankiniko taminao. Mandehana ampiasao aminy ireo ary manàna vokatra be.

Ilay apostolin’ny boka antsoina hoe Raoul Follereau dia nanoratra tao amin’ny iray amin’ireo fandraisany note (reflexions): “Nanonofy aho fa nisy lehilahy niatrika ny fitsaràn’Andriamanitra, izao no nambarany: “Hitanao Tompo ô, nankato ny lalànao aho, tsy nanao zavatra tsy marina, tsy nanao ratsy, tsy mankahala fivavahana. Madio ny tànako…”. “Tsy isalasalana, hoy ny valin-tenin’ny Tompo, tsy isalasalana, kanefa ny tànanao, foana, tsy misy na inona na inona! Raha ny marina, tsy nanao na inona na inona ianao, tsy sahy naka risque ianao, tsy nisy vokatra taminao”. Amin’ny fanoharana momba ny talenta, dia mampatsiahy antsika Jesosy fa tsy misy Kristianisma marina tsy misy engagement sy tsy misy risque.

Ilay mpanompo fahatelo dia tsy mba afaka nisitraka ny fahatokiana sy ny fankasitrahana izay tokony ho nataon’ny tompony taminy. Nihidy irery tao izy ary niafara tamin’ny tahotra izany. Voasazy  izy satria, noho ny tahotra hanao ratsy, dia tsy nanao na inona na inona izy, noho ny tahotra ny ho diso/voafitaka dia tsy nahomby izy, dia nijanona ho malemy izy. Naleviny ny talentany ka tsy nahomby ilay fanadinana.

Ny zavatra lehiba faharoa  amin’ity fanoharana ity dia ny fizarana talenta. Tsy maintsy manohitra ny fakam-panahin’ny fampitahana antsika amin’ny hafa isika. Tsy mijery ny talentan’ny hafa fa ny talenta izay nankinin’Andriamanitra tamiko. “Zarazaraina ho samy hafa ny fanomezam-pahasoavana, hoy Paoly: fa ny anankiray nomena teny fahendrena, ary ny anankiray teny fahalalana, ny hafa fahafahana manakaiky olona manirery, ny iray hafa dia manana fitserana am-po ny kilemaina, sns)”…Fa tahaka ny tena iray ihany, nefa maro ny momba ny tena, ary ireo rehetra momba ny tena ireo ireo, na dia maro aza, dia tena iray ihany (I Kor 12:4-12).

Araka ny fahaizako dia nahazo talenta maromaro aho. Tao amin’ny toriteniny momba ny texte androany, no nitantaran’ny mpitandrina iray ny tantaran’ity renim-pianakaviana Afrikana, izay nanome siny telo samy hafa ireo ny zanany telo vavy ka naniraka azy ireo hantsaka ao amin’ny lava-drano iray ao an-tanàna: siny 5 litatra ho an’ilay zanany 16 taona, 3 litatra kosa ho an’ilay 12 taona, ary 1 litatra ho an’ilay kely indrindra 7 taona. Samy nandray anjara tamin’izay hahasambatra ny ankohonana izy telo mirahavavy.

Manasa antsika ny fanoharana mba hampiasa araka izay azo atao, ho tombontsoan’ireo olona manodidina antsika, ireo talenta izay azontsika. Tsy tokony ho tonga any amin’ny fiafaran’ny fiainantsika isika vao hiteny amin’ny Tompo hoe: Ity aho manolotra ny fo izay nomenao ahy, mba tsy hanao fahadisoana dia tsy dia nampiasa azy loatra aho, indro izy averiko aminao tahaka ny nanomezanao azy aho. Ny fahaiza-mamorona/saina mamorona, ny fahaiza-manao, izay nankininao tamiko, dia averiko aminao tahaka ny nanomezanao azy ahy. Mbola toy ny vaovao izy  satria mbola tsy nampiasaina mihitsy. Miankina amin’ny vokatra novokarintsika ny fitsarana: “Izaho no nifidy anareo ka nanendry anareo mba handeha sy hamoa, ary mba haharetan’ny vokatrareo”.

Eo amin’ny fiainana dia mila manana herim-po entina mankahatra na mi-risque isika. Jesosy, ry Havana, dia niady mafy tamin’ny Fariseo izay nanakana ireo fanovana rehetra nentiny ary naniry "hanangana fefy manodidina ny Lalàna sy ny fomban-drazan’ny Isiraely" mba hiarovana an’izany. NY Kristianisma dia tsy fivavaham-bakoka (religion de muse). Notsikerain’ny Tompo ny fombam-pivavahana tsy tia fiovana (conservatrice), ka mandà ny hivoatra, ny hivelatra, ny hitombo ary ny hiova araka ny filàn’ny fotoana.

Amin’ny fiafaran’ny fiainantsika, fanontaniana tsotra no hapetraka amintsika: “Ny tontolo kelintsika izay nankinin’Andriamanitra tamintsika ve nihatsara kokoa, niha-nafana fo, niha-marina sy mifanaraka amin’ny maha-olona, satria isika no teo?” Amin’izay dia hilaza Kristy hoe: “Tsara izany ry mpanompo tsara sady mahatoky. Midira amin’ny fifalian’ny Tomponao”.

 

Toriteny alahady 19 novambra 2017

Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA

 


 

"C'est bien serviteur bon et fidèle. Entre dans la joie de ton Seigneur." (Mt 25 :21,23)

 

 

La parabole des talents est un hommage à la liberté humaine. Ces talents symbolisent les qualités personnelles que nous avons reçues et les responsabilités qui nous ont été confiées : notre famille, nos voisins, les gens avec qui nous vivons, notre monde et son environnement.

Dieu nous fait confiance et s’en remet à nous. Il nous demande d’utiliser les dons reçus pour le bien de notre petit univers. Il nous veut créatifs et nous invite à mettre de côté la paresse, l’inertie et la passivité afin de faire quelque chose de beau et de bon pour les gens autour de nous. Il nous dit ce matin : «voilà mes dons, mes talents et voilà les personnes que je vous ai confiées. Allez et portez beaucoup de fruits».

Raoul Follereau, l’apôtre des lépreux écrivait dans l’une de ses réflexions : «J’ai rêvé qu’un homme se présentait au jugement de Dieu : «Tu vois, Seigneur, j’ai obéi à ta loi, je n’ai rien fait de malhonnête, de mauvais, d’impie. Mes mains sont propres...» - «Sans doute, répondit le Seigneur, sans doute, mais tes mains, elles sont vides! En fait, tu n’as rien fait, tu n’as rien risqué, rien produit». Dans la parabole des talents, Jésus nous rappelle qu’il n’existe pas de vrai christianisme sans engagement et sans risque.

Le troisième serviteur a été incapable d’apprécier la confiance et l’estime que le maître avait à son égard. Il s’est enfermé en lui-même et il a fini par prendre peur. Il est sanctionné parce que, par crainte de faire mal, il n’a rien fait, par crainte de se tromper et de ne pas réussir, il est resté paralysé. Il a enterré son talent et raté l’examen.

Un deuxième élément important de cette parabole est la distribution des talents. Il faut résister à la tentation de nous comparer aux autres. Il ne s’agit pas des talents des autres mais des talents que Dieu m’a confiés. «Il y a diversité de dons, nous dit Paul : à l’un est donnée une parole de sagesse, à un autre une parole de science, à un autre la capacité de se rapprocher des personnes seules, à un autre de l’empathie pour les handicapés, etc.» ... Le corps a plusieurs membres mais il forme un tout et tous les membres sont importants bien qu’ils soient différents (1 Corinthiens 12, 4-12).

Selon mes capacités, j’ai reçu un certain nombre de talents. Dans son homélie sur le texte d’aujourd’hui, un pasteur racontait l’histoire d’une mère de famille africaine, qui donnait à ses trois filles trois cruches différentes pour aller chercher de l’eau au puits du village : une cruche de cinq litres à sa fille de seize ans, une de trois litres à celle de douze ans et une d’un litre à le plus petite de sept ans. Toutes les trois participaient au bien-être de la maisonnée.

La parabole nous invite à utiliser le mieux possible, au bénéfice des gens autour de nous, les talents que nous avons reçus, Il ne faudrait pas arriver à la fin de notre vie et dire au Seigneur : Voilà je te remets le cœur que tu m’as donné, je l’ai très peu utilisé afin de ne pas faire d’erreur. La fantaisie que tu m’as confiée, je te la rends comme tu me l’as donnée. Elle  est presque neuve, elle n’a jamais servi. Le jugement portera sur les fruits que nous aurons produits : «Je vous ai choisis pour que vous produisiez du fruit et que votre fruit demeure».

Dans la vie, il nous faut avoir le courage de prendre des risques. Jésus a été très dur pour les pharisiens qui empêchaient tout changement et qui voulaient «ériger une clôture autour de la Loi et des traditions d’Israël» afin de les protéger. Le christianisme n’est pas une religion de musée. Le Seigneur critique les traditions religieuses conservatrices qui refusent d’évoluer, de se développer, de changer selon les besoins du temps. Il nous faut éviter d’éteindre l’Esprit «qui souffle là où il veut et renouvelle continuellement la face de la terre».

À la fin de notre vie, une simple question nous sera posée : «Est-ce que le petit monde qui nous a été confié par Dieu est plus beau, plus chaleureux, plus juste et plus humain parce que nous avons été là?» Le Christ dira alors : «C’est bien serviteur bon et fidèle. Entre dans la joie de ton Seigneur».

 

Prédication dimanche 19 novembre 2017

Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA