« Nahita ny kintany teny atsinanana izahay ka tonga hiankohoka eo anatrehany” (Mat 2:2)

 

Amin’ity taona litorjika ity, alahady mifanarakaraka, no handrenesantsika ny textes avy ao amin’ny Filazantsaran’I Matio. Tsy ny Vaovao Mahafalin’I Jesoa Kristy ihany no ambarany,  fa manome fampianaram-pinoana ho an’ireo izay maka fotoana hisaintsainana ny asa sorany koa izy. Anio, ny famangian’ny magy avy any Atsinanana dia ahitana singa maromaro ho an’ny fisaintsainatsika Kristiana.

Ny dia nataon’ny Magy nankany amin’ny tranon’ombin’I Betlehema dia isan’ny iray amin’ireo tsongan-dahatsoratra (passages) tena tian’ny Kristiana sy ny mpanakanto nandritra ny taon-jato maro. Tamin’ny taon-jato faha-2 no efa hita teo amin’ny rindrin’ny zohim-pasana (murs des catacombes) ireo mpikatsaka an’Andriamanitrra, izay nanolotra fanomezana ho an’I Jesoa Zaza. Misy ny cathédrales lehibe eto Eoropa natao ho fahatsiarovana azy ireo, toy ny cathédrale n’I Cologne any Allemagne ohatra.

“Jesosy teraka tao Betlehema an’I Jodia, tamin’ny andron’i Heroda mpanjaka…” Tsy  dia miresaka firy ny amin’ny nahaterahan’I Jesoa tahaka an’I Lioka Matio. Kanefa, dia tia hanome ho an’ireo mpamaky  ny “dikany (hevitra)’”ny fahaterahana izy. Manome izany dikany izany ao amin’ny tantaran’ny ny magy izy. Ao amin’ny ivon’ny tantaran’ny Epifania, dia mandroso fihetsika roa, izay itantsika mverimberina amin’ny filazantsarany izy: ny fandavana ary ny fandraisana.

- Amin’ny lafiny iray, ny “fandavan’” ireo mpitondra politika sy mpitondra fivavahana. Teo am-pandrenesana fa misy mpanjaka teraka dia natahotra izy ireo, Miahiahy. Tsy nietsika fa nijanona ao Jerosalema. Hatramin’ny ny niaingan’ireo magy no efa nikendry ny hamono an’I Jesoa izy ireo

 

- Amin’ny lafin’ny hafa, “ny fandraisan’”  ireo olo-kendry avy any Antsinanana. Tsy dia niomana ny amin’izay ahafantarana ny toerana misy  Mesia izy ireo, kanefa izy ireo no mitady Azy, izay niainga nanatanterka izany fitadiavana ny Mesia izaNy ,  lavitry “ny fanahiana”,  ary nahatsapa “fifaliana lehibe”

“Nahita ny kintany izahay…” Ity kintana ity dia mariky ny finoantsika. Ny finoana dia hery iray izay manova tsikelikely ny fiainan’izay mikaroka an’Andriamanitra. Ny finoana dia tarigetra (fahatongalafatra = idéal) iray .. “Ny tarigetrana idéal dia toy ny kintana iray: toa mahatsapa isika hoe lavitra antsika izy, kanefa izy dia mitari-dalana antsika amin’ny làlana izay matetika maizina ary manery antsika hiandrandra makany amin’ny lanitra” ‘Schultze

Tsy mamirapiratra amin’ny toerana rehetra ny kintana. Tsy hita izy tao Jerosalema satria tsy liana ny olona tao ary tsy tsara ny rivotry ny fiaraha-monina .  Eo mandrakariva ny loza ateraky ny “fahaverezan”ny kintana, fahaverezan’ny finoana”. Mametraka lalandava ny finoantsika ho amin’ny loza ny fitsinotsiniavana, ny havizanana, ny tsy firaharahiana, ny fitsiriritana, ny fizahozahoana, ny fieboeboana .

Manantitrantitra  ny “texte” fa ny fisian’ny kintana no nanome fifaliana lehibe an’ireo olo-kendry avy any Atsinanana: “Ary nony nahita ny kintana izy, dia nifaly indrindra”

“Nahita ny kintany teny atsinana izahay ka tonga mba hiankohoka eo anatrehany”. Ireo no teny manandanja indrindra eto amin’ny fitantaran’I Matio. 

“Miankohoka” Ity teny ity izay ampiasaina in3 eto amin’ny ity pejin’ity Filazantsara ity, dia mampiseho fihetsika (toetra) lalim-pakan’ireo izay mitady an’Andriamanitra. Tonga  izy ireo “hitsaoka”. Ary izaho? Mba miankohoka ve  aho indraindray? Manoloana an’iza? Manoloanan’ inona? Mila mianatra manome haja, mitsaoka an’Andriamanitra isika…fa Izy ihany. Ao amin’izany no herintsika: “Andriamanitra iray no hivavahanao sy hotiavinao tanteraka” . Matetika ny olona no mandohalika manoloana andriamanitra maro.

Tsy tonga tamin’ny fahalianana te-hahalala zavatra ireo magy, tsy tonga hitondra fanomezana, fa tonga mba hitsaoka. Sarotra ny mampilefitra, ny manakolikoly ireo olona izay tsy mitsaoka na tsy mivavaka  afa tsy amin’ Andriamanitra irery ihany. Saro-pehezina izy ireo ary tsy mety ampanarahana am-bokony (manipulé-na), tsy azo vidina na  hanaovana  kolikoly. Tsy misy mahaozogozona azy amin’izany finoany izany ny fahefana ,ny vola, ny herisetra. Olon-doza ho an’ny fahefana misy tamin’izany izy ireo. 

Ry Havana, Isaky ny alahady isika, toy ireo magy,dia  tonga mba hitsaoka ny Tompo. Tonga isika mba hanome voninahitra an’Andriamanitra, hisaotra Azy, hihaino ny teniny, hihaona amin’ny fiombonana kristianina … fa tsy tonga mba hanatrika spectacle na concert iray izay mahaliana. 

Rehefa tafiditra mifandray amin’ny Tompo isika, toy ireo magy, dia asaina “hiverina amin’ny làlan-kafa”, izany hoe hisaina amin’ny fomba hafa, hiala amin’ny mahazatra.  Ny fihaonanantsika amin’Andriamanitra dia mitarika antsika hatrany  hahita lalam-baovao, fomba fanao vaovao, amin’izao taona vaovao izao

Toy ireo magy, dia asaina koa isika ankehitriny ho tonga mpikaroka an’Andriamanitra, ho tonga ho mpivahinin’ny mandrakizay, mpanonofy ny tontolo vaovao. Manasa antsika hiainga, hanaraka ny kintana, hizara ny maha isika antsika sy izay ananantsika, hiankohoka sy hitsaoka, hikaroka làlana hafa ity fetin’I Epifania ity.

 

Toriteny alahady 7 janoary 2018

Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA


 

" Nous avons vu son étoile en Orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui" (Mt 2 :2)

 

 

En cette année liturgique, dimanche après dimanche, nous entendrons les textes de l’évangile de Matthieu. Cet évangéliste ne proclame pas seulement la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, il offre aussi une catéchèse exceptionnelle à ceux et celles qui prennent le temps de méditer ses écrits. Aujourd’hui, la visite des mages d’Orient contient de nombreux éléments pour notre réflexion chrétienne.

La randonnée des Mages se rendant à la crèche de Bethléem a été, à travers les siècles, l’un des passages évangéliques les plus aimés par les chrétiens et par les artistes. Ces chercheurs de Dieu, offrant des présents à l’enfant Jésus, se retrouvent déjà au 2e siècle sur les murs des catacombes. De grandes cathédrales d’Europe leur sont dédiées, comme par exemple la Cathédrale de Cologne, en Allemagne.

«Jésus est né à Bethléem, au temps du roi Hérode...» Matthieu, contrairement à Luc, parle très peu de la naissance de Jésus. Par contre, il tient, à donner à ses lecteurs la «signification» de cette naissance. Il nous livre cette signification dans le récit des mages. Au cœur du récit de l’Épiphanie, il propose deux attitudes, que nous retrouverons constamment au cours de son évangile : le refus et l’accueil.

- D’une part, le «refus» des chefs politiques et religieux. Ils ont peur, ils s’inquiètent. Ils ne bougent pas et restent à Jérusalem. Dès le départ des mages, ils cherchent à faire tuer Jésus.

- D’autre part, «l’accueil» de ces sages venus d’Orient. Moins préparés pourtant à reconnaître le Messie, ce sont eux qui le cherchent, qui se mettent en marche, et qui, loin de «s'inquiéter», éprouvent «une grande joie».

 «Nous avons vu son étoile…» Cette étoile est le symbole de notre foi. La foi est une valeur qui transforme petit à petit la vie des chercheurs de Dieu. La foi est un idéal… «Un idéal, ça ressemble à une étoile : on a l’impression qu’elle est hors de notre portée, mais elle nous guide sur la route souvent obscure et nous oblige à regarder vers le ciel.» (Schultze)

L’étoile ne brille pas partout. À Jérusalem, elle disparait car les gens ne sont pas intéressés et l’ambiance n’est pas propice. Le danger de «perdre l’étoile, de perdre la foi» est toujours présent. La superficialité, la fatigue, l’indifférence, l’avidité, la suffisance, la vanité mettent continuellement notre foi en danger.

Le texte souligne que la présence de l’étoile procure aux sages d’Orient une grande joie : «À la vue de l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie.»

 «Nous avons vu son étoile en Orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui». Ce sont les mots les plus importants du récit de Matthieu.

 

«Se prosterner!» Ce verbe, utilisé trois fois dans cette page d’évangile, indique l’attitude profonde de ces chercheurs de Dieu. Ils viennent pour «adorer». Et moi? Est-ce que je me prosterne parfois? Devant qui? Devant quoi? Il nous faut apprendre à rendre hommage, à adorer Dieu… mais lui seul. C’est là notre force : «Un seul Dieu tu adoreras et aimeras parfaitement!» Souvent, les gens s’agenouillent devant tant d’autres dieux!

Les mages sont venus non par curiosité, non pour apporter des présents, mais pour adorer. Il est difficile de faire plier, de corrompre des gens qui n’adorent que Dieu. Ils sont incontrôlables et ne peuvent être manipulés, achetés ou corrompus. Le pouvoir, l’argent, la violence ne peuvent pas les faire «entrer dans le rang». Ce sont des gens dangereux pour le pouvoir en place.

Chaque dimanche, comme les mages, nous venons pour adorer le Seigneur. Nous venons pour rendre hommage à Dieu, pour le remercier, pour écouter sa parole, pour rencontrer la communauté chrétienne... et non pour assister à un spectacle intéressant.

Après être entré en contact avec le Seigneur, comme les mages, nous sommes invités «à retourner par un autre chemin», c’est-à-dire à penser d’une autre façon. Notre rencontre avec Dieu nous mène toujours à la découverte de nouvelles routes, de nouvelles façons de faire, à travers cette nouvelle année.

Comme les mages, nous sommes invités aujourd’hui à devenir des chercheurs de Dieu, des pèlerins de l’éternité, des rêveurs d’un monde nouveau. Cette fête nous invite à nous mettre en route, à suivre l’étoile, à partager ce que nous sommes et ce que nous avons, à nous prosterner et adorer, à chercher un autre chemin.

 

Prédication dimanche 7 janvier 2018

Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA