« Ity no Zanako malalako, Izy no henoy”! (Mar 9 : 7)

 

Eto amin’ity teksa fiovan-tarehy ity no itantran’I Marka amintsika fa nitondra an’I Petera, Jakoba ary Jaona manokana Jesosy hihataka ho any an-tendrombohitra avo. Ary dia niova tarehy teo imason’izy ireo Izy.

Andro vitsivitsy talohan’izao dia efa nambarany tamin’ny mpianany fa handeha hiakatra any Jerosalema Izy ka holavin’ny loholona sy ny lohan’ny mpisorona mbamin’ny mpanora-dalàna, ka hijaly mafy ary hovonoina. Androany anefa, amin’ny alalan’ny fifandraisany amin’ny Rainy, izany lalan’ny fahoriana sy ny fahamaizinana izany dia mihamazava, miha-mamirapiratra. Izany hoe: tsy maintsy mandalo amin’ny fahoriana vao tonga amin’ny famirapiratana. Tsy ny fahafatesana no tompon’ny teny farany fa ny fandresena mamirapiratra amin’ny alalan’ny fitsanganana amin’ny maty. Mahery noho ny fahafatesana ny fitiavana.  Koa amin’I Jesoa ny fahoriana sy ny fahafatesany dia lalan’ny fahafahana izay mitarika ho amin’ny fitsanganana amin’ny maty.

Tao amin’ny T.T dia voalaza fa tao aorian’ny fihaonan’I Mosesy tamin’Andriamanitra dia lasa namirapiratra be ny tarehiny ka tokony ho nisarona voaly izy mba tsy hanimba ny mason’ireo mpiray tanindrazana aminy. Ankehitriny dia miseho eo amin’ny tarehin’I Jesosy ny voninahitr’Andriamanitra. Amin’ny fotoana hahatazanana lavitra ny fahoriana sy ny fahafatesana tsy maintsy hisy, dia efa fanehoana mialoha sahady ny fitsanganana amin’ny maty izao fiovan-tarehy izao. Taorian’ny fiovan-tarehy, dia nanana herimpo nidina avy any an-tendrombohitra, ary ho any Jerosalema hiatrika ireo mpifanandrina aminy ny Jesosy.

Ny zava-dehibe voalazan’ny teksa amin’ity alahady ity, ry Havana, dia tsy ny  fahagagana nahita ny fiovana ivelany teo amin’I Jesosy, fa ny fanambaran’Andriamanitra Ray hoe: Ity no Zanako malalako, Izy no henoy. Ankehitriny, tsy misy feo henoina afa-tsy ny an’I Jesoa Kristy. 

Henoy ny tenin’I Jesoa mba hanovana ny tarehintsika koa, mba hanatsaràna antsika. Izany no tanjon’ny karemy, manova ho tsara. Miha-olom-baovao hatrany noho ny fifandraisantsika amin’I Tompo.

Ny fiovan-tarehy dia niseho sy miverina imbetsaka ao amin’ny filazantsara: nanova ireo maratran’ny fiainana I Jesoa, ireo nailikin’ny fiaraha-monina, ireo mpanota sy tsy tàn-dalàna. Tamin’ny alalan’ny fifampikasohana tamin’I Jesoa, niverina nahita tsiron’ny fiainany indray ireny olona ireny. Ohatra ny tantaran’ireo boka izay noroahina ho any ivelan’ny tanàna, ilay vehivavy Samaritana izany miaraka amin’ny vady faha-6, Zakaiosy mpamory hetra, Maria Magdalena izay ratsy fitondran-tena tamin’ny fivarotan-tena tao an-tranon’I Simona fariseo, ilay vehivavy azo nijangajanga tokony ho notoraham-bato, ry Petera izay miseho ho tsy nahalala an’I Jesoa ka nandà Azy in-3, ilay jiolahy nira-nohomboana taminy…

Ary nandritra taonjato nifandimby, olona an’arivony no nifandray tamin’I Kristy ka mianatra manome ny hevitry ny antom-pisiany vaovao indray. Izany dia ny  fahateram-baovao tena izy, fiovan-tarehy na fihatsaràna marina tokoa.

Afaka miaina ny fiovan-tarehy na fiovana tsotra izao koa isika; fiovana izay manampy antsika hahitantsika indray ny tsiron’ny fiainana, hahombiazan’ ny fivahiniantsika eto an-tany, na dia eo aza ireo aretina mahazo, ny fahalementsika, ny tsy fahombiazana…

Ny fiovan-tarehy na ny fiovana dia fanasàna tsy maintsy hirosoana. Mamoaka antsika tao anaty filentehana ary misakana antsika tsy ho tamana amin'izay misy antsika. Petera izao dia te-hijanona teo an-tendrombohitra (andeha isika hanao tranolay telo), fa Jesoa Kristy kosa nitaona azy hidina. Toa an'i Abrahama, dia mamporisika antsika Andriamanitra hiala amin'ny fahazarana mampiadana fa hiroso hatrany: “Izaho no Jehovah izay namoaka anao tany Oran'i Kaldeana” (Gen 15:7).

Noho ny finoana dia ialantsika ny hipetrahantsika eo amin'ny lasantsika fotsiny, na ny honenantsika eo amin'izay mampiadana ankehitriny. Ny finoana dia miady amin'ny fiziriziriana (immobilisme), izany hoe tsy te-hiala amin'ny efa mahazatra, sy ny fitokozihirana (stagnation). Ny finoana dia zotran'ny fahafahana izay manosika antsika mandrakariva hiroso.

Ny mpianatra dia nihevitra ho zava-dehibe ny toritenin' ny Tompo ka manaiky Azy hametram-panontaniana amin'izy ireo. Olon'ny fihainoana rahateo ny Tompo. Ny tenin'ny Tompo dia mamela antsika hahita zotra sy fijery vaovao. “Izaho no làlana sy fahamarinana ary fiainana”. Izy “no fanilon'ny tongotro” (Sal 119:105).

Hatreto dia nohenoina I Mosesy izay mpiresaka amin'Andriamanitra tao Sinay, mpitondra ny lalàna, namirapiratry ny fahazavana. Nohenoina  ihany koa  ireo mpaminany ary isan'izany Elia no solontenan'izy ireo ato amin'ny filazantsara androany. Fa ankehitriny kosa, dia tsy misy afa-tsy feo tokana sisa henoina dia ny feon'i Jesoa Kristy. “Ity ny Zanako malalako. Izy no henoy”.

 

Toriteny alahady 25 febroary 2018

Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA


Celui-ci est mon fils bien-aimé, écoutez-le ! (Mc 9 :7)

 

Dans le texte de la transfiguration, Marc nous a raconté que Jésus conduisit Pierre, Jacques et Jean seuls à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux.

 Quelques jours plus tôt, il avait révélé à ses disciples qu’il montait à Jérusalem pour y être rejeté par les autorités civiles et religieuses et être condamné à souffrir et à mourir. Aujourd’hui, en contact avec son Père, son chemin de ténèbres et de souffrances s’illumine et prend tout son sens. L’amour sera plus fort que la mort. Ce sera pour lui un chemin de libération, un «exode», qui le conduira à la résurrection.

La tradition disait qu’après sa rencontre avec Dieu sur la montagne, le visage de Moïse était resté si brillant qu’il devait porter un voile pour ne pas aveugler ses compatriotes. La gloire de Dieu se manifeste aujourd’hui sur le visage de Jésus. Au moment où la perspective de la souffrance et de la mort se confirme, nous avons ici une anticipation de la résurrection. Suite à la transfiguration, Jésus aura le courage de descendre dans la plaine, de se rendre à Jérusalem et de faire face à ses adversaires.

Ce qui est le plus important dans le texte de ce dimanche n’est pas le miracle du changement extérieur de Jésus mais bien la révélation de Dieu le Père : «Celui-ci est mon fils bien-aimé, écoutez-le.» Aujourd’hui, on n’écoute aucune voix que celle de Jésus-Christ.

Écouter les paroles de Jésus afin d’être transfigurés nous aussi, c’est là le but du carême. Être renouvelés grâce au contact que nous avons avec le Seigneur.

La transfiguration se produit à maintes reprises dans l’évangile : le Christ transfigure les blessés de la vie, les rejetés de la société, les pécheurs et les transgresseurs. Au contact avec le Seigneur, ces gens reprennent goût à la vie. C’est l’histoire du lépreux chassé hors de la ville, de la Samaritaine qui vit avec son sixième mari, de Zachée le publicain, de Marie Madeleine «la pécheresse», de la prostituée dans la maison de Simon le pharisien, de la femme adultère condamnée à être lapidée, de Pierre qui avait affirmé ne pas connaître Jésus, du voleur sur la croix, etc.

Et, à travers les siècles, des milliers de personnes, entrant en contact avec le Christ, apprendront à donner un sens nouveau à leur existence. Il s’agit de véritables renaissances, de vraies transfigurations.

Nous pouvons nous aussi vivre une transfiguration, une transformation, un changement qui nous aidera à reprendre goût à la vie, à mieux réussir notre pèlerinage sur la terre, et ce malgré nos maladies, nos faiblesses, nos échecs et nos défaites.

La transfiguration est une invitation à aller de l’avant. Elle nous sort de l’enlisement et nous empêche de nous installer définitivement. Pierre aurait bien voulu rester sur la montagne («Dressons trois tentes») mais le Christ l’invite à descendre dans la plaine. Comme pour Abraham, Dieu nous incite à quitter notre routine confortable et à nous mettre en marche: «Je suis le Seigneur qui t’ai fait sortir d’Ur en Chaldée». (Genèse 15, 7)

Grâce à la foi nous évitons de nous replier sur notre passé ou de nous installer trop confortablement dans le présent. La foi combat l’immobilisme et la stagnation. C’est un itinéraire de liberté, qui nous pousse toujours vers l’avant.

Le disciple prend au sérieux le message du Seigneur et se laisse questionner par lui. C’est une personne d’écoute. La parole du Seigneur nous permet de  trouver une direction et une perspective nouvelles. «Je suis le chemin, la vérité et la vie». Il est «une lampe pour mes pas». (Psaume 119, 105).

Jusque-là, on écoutait Moïse, interlocuteur de Dieu au Sinaï, porteur de la Loi, nimbé de lumière (Exode 34, 29). On écoutait aussi les prophètes, dont Elie est le représentant dans l’évangile d’aujourd’hui. Maintenant, il n’y a plus qu’une seule voix à écouter, la voix du Christ. «Celui-ci est mon fils bien-aimé. Écoutez-le.»

 

Prédication dimanche 25 février 2018

Pasteur Roger RAFANOMEZANTSOA