« Ity no ràko amin’ny fanekena izay alatsaka hamonjy ny maro » (anareo) (Mar 14 :24)

Amin'ny fiafaran'ny fotoan'ny Paska sy alohan'ny hanombohan'ny "fotoana mahazatra", ny litorjia dia manome antsika fety lehibe telo hankalazana ny Andriamanitsika : Pentekôty na fetin’ny Fanahy Masina, ny Trinité izay  manambara ny harenan’Andriamanitra, ary ny fetin’ny tena sy ny ràn’i Kristy, izay manasongadina ilay Andriamanitra tonga nofo, ilay Andriamanitra amintsika, araka ny teniny manao hoe : « Indro Izaho momba anareo mandrakariva mandra-pahatongan’ny fiafaran’ny fotoana » (Mat 28 :20).

 

 

Ny fetin’ny Fanasan’ny Tompo, izay nantsoina fahiny hoe : ny fetin’Andriamanitra, dia fankalazana ny fanekem-pihavanana eo amin’Andriamanitra sy amintsika. Taona vitsy lasa izay, nankalazaina tamin’ny alalaln’ny filaharan’ny mpivavaka (procession) namakivaky ny làlana  tao an-tanàna sy  ny tanàna kely io fanekem-pihavanana io. Tiana atao mibaribary ny fanambarana ny finoana. Ankehitriny kosa dia ankalazaintsika amin’ny fomba tsotra sy ao anaty kokoa  izany. Nandritra ny taon-jato fito dia manamafy ny fisian’ny Tompo eo amintsika ny fetin’Andriamanitra na ny Fanasan’ny Tompo.

 

Ny tantaran’ny Baiboly dia tantaran’Andriamanitra izay mikatsaka ny hanao fanekem-pihavanana amin’ny vahoakany : tamin’i Noa, taorian’ny safo-drano, tamin’i Abrahama sakaizany ary tamin’i Mosesy, ilay mpanafaka. Taty aoriana dia nitory fanekem-pihavanana vaovao manokana tamin’ny tsirairay amintsika ny mpaminany, fanekem-pihavanana izay tanteraka tao amin’i Jesoa Kristy, Ilay Andriamanitra amintsika (n a miaraka amintsika).

 

Raha nankalaza ny Paska i Kristy, dia tsy nanana olona tonga lafatra nanodidina Azy Izy. Teo i Petera, i Jodasy, i Jaona ary ireo apostoly hafa. Fantatry ny Tompo ny fahalemen’izy ireo. Efa zatra niara-nisakafo tamin’ny mpamory hetra sy ny mpanota Izy, nifanerasera tamin’ireo mpivaro-tena, ny mpamory hetra, ny olon-tsotra izay natoky Azy Izy. Na dia tao anatin’ny rivotra manetriketrika (atmosphère solennelle) tao amin’ilay efitrano ambony aza, na dia tao faribolana voafetra aza ny apostoly 12, dia afaka mandre izao fanontaniana izao : « Nahoana Izy no miara-mihinana amin’ny mpanota ? » Ny Fanasan’ny Tompo dia fahatsiarovana ireo sakafon’i Kristy niarahany tamin’ny namany,  dia ireo izay niankina taminy sy izay nahita ny famonjena azy ireo tao Aminy.

 

Manome antsika tantaran’ny fanorenana ny Fanasan’ny Tompo ny Testamenta Vaovao : ny fitantaran’i Marka, Lioka, Matio ary Paoly. Jaona kosa dia nanolo ny fanorenana ny Fanasan’ny Tompo tamin’ny fanasan-tongotra ny mpianatra. Miombon-kevitra amin’ny zavatra tena ilaina ireo fitantarana efatra ireo, kanefa manolotra antsika fomba fiteny somary samy hafa notononin’i Jesosy. Zava-dehibe ny manantitrantitra io zava-misy io, mba hanafahana antsika amin’ny fomba fisainana « ara-pomba » loatra ny sakramenta, toy ny hoe mifamatotra amin’ny teny voafaritra Andriamanitra, toy ireny fomba fiteny majika ireny.

 

Mazava fa tsy misy amin’ireo fitantarana efatra ireo mitantara izay rehetra  nataon’i Jesosy nandritra ilay sakafo farany nataony. Raha ny marina, tsy fantatra ny teny marina nolazain’i Jesosy ny harivan’ny Alakamisy masina. Eo anatrehan’ny teksa litorjika izay milaza amintsika ny fomba nankalazan’ny Fiangonana Kristiana voalohany ny fahatsiarovana io sakafo farany ny Tompo io isika. Ny Fiangonana voalohany dia nanana fanahiana bebe kokoa ny fiainana ny Fanasan’ny Tompo noho ny fitantaràna an-tsimpiriany momba ilay sakafo farany. Ny hiaina ny F.T no nahamaika azy fa tsy ny fitantaràna.

 

Ny Tompo dia Andriamanitry ny fahalemem-panahy, ny famindrampo ary ny fampihavanana. Ny harivan’ny Alakamisy Masina, ankoatry ny fiazarana ny mofo sy ny divay tamin’ny mpianatra, dia nanomboka nanompo azy ireo Izy, nanasa ny tongotr’izy ireo. Nangataka Izy ny mba hahatsiarovana izany fihetsika fisakaizana izany : « Ataovy izao ho fahatsiarovana Ahy… ataovy tahaka ny nanaovako azy taminareo »… Izany dia tsy mikasika ny fahatsiarovana voatahiry, tsy mihetsika, fa kosa fahatsiarovana mavitrika sy misokatra , izay manasa antsika hanao zava-baovao, mba handraisantsika andraikitra eo anivon’ny tontolo misy antsika mba hahatonga azy ho tsaratsara kokoa.

 

Amin’ny alalan’ny fandraisana ny fanasan’ny Tompo, Kristy dia manipika singa maromaro manandan-danja ho an’ny fiainantsika ao amin’ny fiangonana : Voalohany dia mampatsiahy antsika izy fa ny fankahalana sy ny fizarazarana dia mety hanimba ny firahalahiana eo amin’ny samy mpandray ny Fanasan’ny Tompo. Izany no antony nitenenany tao amin’ny Filazantsara hoe : « Raha mitondra ny fanatitrao ho eo amin’ny alitara ianao , ary eo no mahatsiaro fa ny rahalahinao manana alahelo aminao, dia avelao eo anoloan’ny alitara ny fanatitrao, ka mandehana aloha ataovy izay hihavananao amin’ny rahalahinao , ary rehefa miverina dia vao atero ny fanatitrao »

 

Ireo mariky ny fankalazana ny Fandraisana ny fanasan’ny Tompo dia tandindon'ny firaisana ao anatin’ny fahasamihafana, ny  mofo zaraina ho an’ny rehetra. Miara tafavory  isika: tanora sy antitra, avy amin'ny antoko politika samihafa, avy amin'ny sokajy samihafa. Misy amintsika ireo mpandala ny fomban-drazana sy ireo manaraka ny fivoarana, misy ireo  masim-pitondrantena sy ireo ao anatin’ny fahotana, misy ireo manambady sy ireo toka-tena. Fa isika rehetra dia mpirahalahy sy mpirahavavy ao amin'i Kristy izay manangona antsika manodidina Azy mba hifampizara  ny mofon'ny fiainana.

Ny fandraisana ny fanasan’ny Tompo dia manana fifandraisana mandrakariva amin’ny fiainantsika andavanandro. Any amin’ny faran’ny fanompoam-pivavahana, ny mpitandrina dia mandefa antsika hiverina any amin’ny fianakaviantsika, ny tranontsika, ny tontolo misy antsika : « Mandehana ao amin'ny fiadanan'i Kristy. »

Nandritra ny taonjato maro, ireo kristiana an-tapitrisany, izay nifandray amin'ny tenin'ny Tompo sy  nizara ny tenany ary ny rany, dia nahazo hery vaovao, tamin'ny alalan'ny sakramenta izay ankalazaintsika androany.

Enga anie ity andro hankalazana ny Tena sy ny Ran'i Kristy ity, mba hahatonga antsika hahalala bebe kokoa ilay Andriamanitra izay tia antsika ary mandray  antsika ho zanany. Enga anie hampisy heviny ny fiainantsika izany ary hampitombo ny finoana sy ny fanantenana ary ny fitiavana ao anatintsika tsirairay avy.

 

Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, répandu pour plusieurs (vous) (Mc 14 :24)

 À la fin du cycle pascal et avant de reprendre le «temps ordinaire», la liturgie nous propose trois grandes fêtes qui célèbrent notre Dieu : la Pentecôte ou fête de l’Esprit Saint, la Trinité qui révèle toute la richesse de Dieu, et la fête du Corps et du Sang du Christ, qui met l’accent sur le Dieu incarné, le Dieu-avec-nous : «Voici que je suis avec vous jusqu’à la fin des temps» (Mt 28, 20).

La fête de la Sainte Cène, que l’on appelait autrefois la Fête-Dieu, est la célébration de l’alliance entre Dieu et nous. Il y a quelques années, cette alliance a été célébrée par une procession à travers les rues de villes et villages. On voulait affirmer la foi au grand jour. Aujourd’hui, nous célébrons de façon plus simple et plus intérieure. Depuis plus de sept siècles, la Fête-Dieu souligne la présence du Seigneur parmi nous.

L’histoire de la Bible est l’histoire de Dieu qui cherche à faire une alliance avec son peuple : avec Noé, après le déluge, avec Abraham son ami et avec Moïse, le libérateur. Plus tard, les prophètes annoncent une nouvelle alliance personnelle avec chacune et chacun de nous, alliance qui se réalisera en Jésus-Christ, le Dieu-avec-nous.

Lorsque le Christ a célébré la Pâque, il n’avait pas autour de lui des gens parfaits. Il y avait là Pierre, Judas, Jean et les autres apôtres. Le Seigneur connaissait leurs faiblesses. Il était habitué à manger avec les publicains et des pécheurs, il fréquentait les prostituées, les collecteurs d’impôts, les gens simples qui avaient confiance en lui. Même dans l’atmosphère solennelle de la chambre haute, même dans le cercle restreint des douze apôtres, on peut entendre la question : «Pourquoi mange-t-il avec des pécheurs?» La Sainte Cène est le souvenir de ces repas du Christ avec ses amis, avec celles et ceux qui comptaient sur lui et qui trouvaient en lui leur salut.

Le Nouveau Testament nous offre quatre récits de l’institution de la Sainte Cène : les récits de Marc, de Luc, de Matthieu et de Paul. Jean remplace l’institution de la Sainte Cène par le lavement des pieds. Les quatre récits sont d’accord sur l’essentiel, mais ils nous présentent des formules un peu différentes prononcées par Jésus. Il est important de souligner ce fait, pour nous délivrer d’une conception trop «rituelle» des sacrements, comme si Dieu était lié à des mots précis, comme c’est le cas dans les formules magiques.

Il est évident qu’aucun des quatre récits ne raconte tout ce que Jésus a fait au cours de son dernier repas. En fait, on ne connait pas les paroles exactes prononcées par Jésus le soir du jeudi saint. Nous sommes en présence de textes liturgiques qui nous rapportent comment les premières communautés chrétiennes célébraient la mémoire, le souvenir de ce dernier repas du Seigneur. L’Église primitive a eu davantage le souci de vivre la Sainte Cène que de faire un compte rendu détaillé de la dernière Cène.

Le Seigneur est un Dieu de tendresse, de miséricorde et de réconciliation. Le soir du jeudi saint, en plus de partager avec ses disciples le pain et le vin, il s’est mis à leur service, il leur a lavé les pieds. Il a demandé de se souvenir de ce geste d’amitié : «Faites ceci en mémoire de moi... faites comme moi j’ai fait pour vous»... Il ne s’agit pas d’une mémoire conservatrice, paralysante, mais d’une mémoire dynamique et ouverte, qui nous invite à faire des choses nouvelles, à nous impliquer dans notre monde pour le rendre meilleur.

À travers la sainte Cène, le Christ souligne certains éléments importants pour notre vie en Église : d’abord il nous rappelle que la haine et la division peuvent détruire la fraternité de nos rencontres eucharistiques. C’est pourquoi il nous dit dans l’évangile : «si, lorsque tu viens présenter ton offrande à l’autel, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse-là ton offrande, va d’abord te réconcilier avec ton frère, puis viens présenter ton offrande.»

Les symboles de cette fête de la Sainte Cène sont des symboles d’unité dans la diversité, de pain partagé entre tous. Nous nous retrouvons réunis : jeunes et vieux, de différents partis politiques, de différentes classes sociales. Il y a parmi nous des traditionalistes et des innovateurs, des saints et des pécheurs, des gens mariés et des célibataires. Mais tous, nous sommes frères et sœurs dans le Christ qui nous réuni autour de lui pour partager le pain de vie.

La Sainte Cène a toujours un lien direct avec notre vie quotidienne. À la fin du culte, le célébrant nous renvoie à nos familles, à nos maisons, à notre milieu de vie : «Allez dans la paix du Christ.»

À travers les siècles, des millions de chrétiens, au contact de la parole du Seigneur et au partage de son corps et de son sang, ont reçu une force nouvelle dans le sacrement que nous célébrons aujourd’hui.

Que cette fête du Corps et du Sang du Christ, cette fête de la Sainte Cène nous fasse mieux connaître le Dieu qui nous aime et nous considère comme ses propres enfants. Qu’elle redonne un sens à notre vie et augmente en chacun de nous la foi, l’espérance et la charité.