ILAY MOANA-MARENINA (Mar 7 :31-37)

Rehefa avy any Tyro sy Sidona (Liban ankehitriny) Jesoa dia nankany Dekapolisy, izany hoe, tany amin’ny sisin-tanin’ny jentilisa amoron’ny ranomasin’i Galilia (Jordanie ankehitriny) ; nifanena tamin’ireo olona izay mbola tsy nandre mihitsy ny momba an’Andriamanitra Jesoa ; nandeha tany Izy satria tsy mbola notoriana tany ny tenin’Andriamanitra.

Ary tamin’izay indrindra no nisy nitondra teo amin’IJesoa olona iray moana-marenina, ka niangavy fatratra Azy mba hametra-tànana aminy. Fantatr’i Jesoa tsara anefa fa ny lalàn’iMosesy dia mandrara ny fifandraisana amin’ny jentilisa. Kanefa tsy misy lalàna mahatazona Azy hitazan-davitra fotsiny ny olona mijaly, marary na manana kilema na jentilisa io na tsia.

Nanomboka noraisin’i Jesoa ho eo Aminy ilay moana-marenina ary nentiny niataka nanalavitra ny vahoaka. Mba ho tafiditra sy re tsara ao am-po lalin’ny olona ny tenin’Andriamanitra dia tsy maintsy mitady toerana mangina sy fieritreretana (recueillement) : « Raha mivavaka ianao dia midira ao amin’ny efitrano mangingina… » (Mt 6 :6). Izany no mahatonga ireny relijiozy (moines) sasany ireny mitoka-monina.

Nifanohitra tamin’izay nangatahina taminy, tsy nametra-tànana tamin’ilay moana-marenina Jesosy, ry Havana. Fa noraisiny tamin’ny tànany izy. Ary ireo faritra misy ny marary no nokasihin’ny Tompo. Nosokiriny tamin’ny rantsan-tànany ny sofin’ilay marary, ary nasiany rora ny lelany. Ny fihetsika nataon’I Jesoa dia mampatsiahy ilay mpanefy vilany tany voalaza ao amin’Isaia izay nanamboatra ny tanimanga tamin’ny tànany. (cf. Aa nanoratra ny vato fisaka tamin’ny tànany = nosoratan’I Jesoa hipetraka ao an-tsofiny ny tenin’Andriamanitra).  Nataon’I Jesoa tao an-tsofin’ilay moana–marenina ny rantsan-tànany mba hahatonga ilay moana-marenina handre indray ilay Teny mpamoron’Andriamanitra Ray; ary tamin’ilay fanasiany rora ny lelany, ny rora dia maneho ny asan’ny Fanahy Masina, satria maina ny lelantsika ka lasa maina mbamin’ny vavaka ataontsika, ary azontsika atao koa ny mametraka ny tenin’I Kristy hipetraka ao am-bavantsika. Izany hoe: tian’I Jesosy homena azy ny fitsokan’ny fiainana (souffle de la vie); izany hoe tian’I Jesoa hovahàna ny lelany mba ahafahany midera an’Andriamanitra sy milaza ireo zavatra tsara nataony.

Avy eo dia niandrandra Jesosy. Izany hoe, nasehon’i Jesoa indray ny fihavian’ny hery izay nanaovany ny asa sy ny fiafaran’ny tena fanasitranana izay omeny ny olombelona : tonga avy any amin’ny Ray Izy mba hanokatra làlana ho antsika ho any Aminy.

Noho izany dia niloatra avy amin’ny vavan’I Jesoa ny sento lalina. Sento mampiseho amintsika hoe manao ahoana ny fahatsapany ny mety hahazo Azy mba hamonjena antsika. Nandritra ny fiainany teo amin’ny vahoaka (Durant sa vie publique) dia namaha ny fatoran’izay nifatotra Jesoa (Isa 58 :6) ary nandray ny rojon’ireny ho Azy, manangana ny reraka sy mavesatra entana Izy ka mandray ny jiogan’ireny ho Azy, hampahiratiny mason’ny jamba fa ny Azy kosa nakombony teo amin’ny hazofijaliana.

Ary farany, tonga ny fotoam-panasitranana, ny fotoam-panafahana.Tanteraka ny fanasitranana tamin’ny fahefan’ny tenin’ny Tompo izay manafaka antsika amin’ny ratsy rehetra: “Efata, izany hoe: maladia (misokafa ianao)”

Ary dia hoy Marka: “dia nalady ny sofiny, sady voavaha ny fatoran’ny lelany, ka dia nahateny tsara izy” (and 35) Fa ny tena marina dia nisokatra ho an’ny tenin’Andriamanitra sy ny fiainan’Andriamanitra ity olona ity, fanafahana amin’ny fahotana sy ny fahafatesana. Tanteraka eto ny tenin’Isaia tamin’ny vakiteny voalohany hoe: “Dia hampahiratina ny mason’ny jamba, ary hampaladiana ny sofin’ny marenina ary hiboiboika ny lelan’ny moana” (Isa 35:5-6).

Mampanontany tena antsika ity fahasitranan’ilay moana marenina ity momba ny faharenintsika, momba ny fahasarotana lalovantsika raha miteny. Eo amin’ny tontolo manodidina antsika dia betsaka ireo olona manan-tsofina fa tsy mandre, mana-maso fa tsy mahita, manam-bava fa tsy miteny.

Ity endriky ny tsy fandrenesana ity dia tena loza satria ny fo mihitsy no mandà tsy te-handre, mandà ny hihaino ny fahamarinana. Ny tsy fandrenesan’ny fo dia mandrahona antsika mandrakariva isaky ny manadino ny tenin’Andriamanitra isika, na tsy te-hifandray amin’Andriamanitra na amin’ny namantsika isika. Lasa moana-marenina ara-panahy isika, raha mandao tanteraka ny fiainam-pivavahana, izany hoe: raha vao mitsahatra tsy mihaino ny Tenin’Andriamanitra izay alefany ho antsika isika na manary ny fahazarana miresaka am-pitiavana Aminy.

Ny tena moana-marenina ara-panahy dia ireo izay mitsahatra amin’ny finoanaan’Andriamanitra, ka lasa mino ny sampin’izao tontolo izao.Ao amin’ny Salamo faha-135 dia mampitandrina mazava antsika nyTompo momba ny loza aterak’ity tsy fandrenesana ity: “ny sampin’ny jentilisa dia volafotsy sy volamena, asan’ny tànan’olona, manam-bava fa tsy miteny; mana-maso izy fa tsy mahita, manan-tsofina izy fa tsy mandre, ary tsy misy fofon’aina eo ambavany. Ho tahaka azy izay manao azy, sy izay rehetra matoky azy”(and 15-18).

Noho izany, mba handrenesan’ny sofintsika tsara, ary mba hanononan’ny lelantsika ireo zava-mahagagan’Andriamanitra, dia asaina isika hanatona an’I Kristy ao amin’ny fanasan’ny Tompo tahaka ilay moana-marenina izay nanatona an’I Jesoa voalazan’ny Filazantsara. Avelao Jesoa handray ny fanahintsika, sy ny fontsika ho eo am-pelatànany, ary henoy Izy miteny amintsika hoe “maladia”, izany hoe omeo Ahy ny fonao hametrahako ny fitiavako. Amena.

 


 

Homélie « Le sourd-muet »  (Marc 7, 31-37)

Revenant de Tyr et de Sidon (le Liban actuel), Jésus se rend en Décapole, c’est-à-dire sur la rive païenne du lac de Galilée (qui correspond à l’actuelle Jordanie), Jésus va à la rencontre de ceux qui n’ont jamais entendu parler de Dieu ; Il se rend là où la Parole de Dieu n’a pas été annoncée.

C’est alors qu’on amène à Jésus un sourd-muet, et qu’on le prie de poser sa main sur lui. Jésus sait que la Loi de Moïse interdit formellement tout contact avec les païens. Mais aucune loi, fusse-t-elle celle de son peuple, ne peut le tenir à distance de l’homme souffrant, malade, ou handicapé.

Jésus commence par prendre le sourd-muet avec lui, et le conduit à l’écart, loin de la foule. Pour que la Parole de Dieu puisse se faire entendre au plus profond du cœur de l’homme, il faut rechercher un lieu de silence et de recueillement. Les moines l’ont bien compris.

Contrairement à ce qu’on lui a demandé de faire, Jésus n’impose pas les mains sur le sourd-muet. Il le prend dans ses mains. Il touche physiquement les parties du corps atteintes par la maladie. Il met ses doigts dans les oreilles du malade, et de la salive sur sa langue. Le geste que fait Jésus rappelle celui du potier qui façonne l’argile entre ses mains. Le Christ pose ses doigts dans les oreilles du malade pour qu’il puisse à nouveau entendre la Parole créatrice de Dieu le Père ; et en mettant de la salive sur sa langue, la salive représentant le souffle condensé, c’est-à-dire l’Esprit-Saint, il veut lui redonner le souffle de la Vie, il veut lui délier sa langue pour qu’il puisse à nouveau louer Dieu, et proclamer ses merveilles.

Puis Jésus lève les yeux au ciel. Jésus révèle ainsi à la fois l’origine de la puissance qu’il met en œuvre et la vraie finalité de la guérison qu’il offre à notre humanité : il est venu d’auprès du Père, pour nous ouvrir le chemin qui reconduit à lui.

Alors s’échappe de la bouche de Jésus un profond soupir. Ce soupir nous montre combien il est conscient de ce qu’il va lui en coûter de nous sauver. Durant toute sa vie publique, Jésus va « délier les enchaînés » (Is 58 :6) en prenant sur lui leur chaînes ; il va « redresser les accablés » en prenant leur joug sur ses épaules ; il va « ouvrir les yeux des aveugles » en fermant les siens sur la Croix.

Enfin, vient le moment de la guérison, de la libération. Cette guérison s’accomplit en raison de la seule autorité de la Parole du Seigneur qui nous délivre de tout mal : « Effata ! Ouvre-toi ».

Alors, nous dit l’Evangéliste, les oreilles du pauvre homme s’ouvrirent, sa langue se délia, et il parlait correctement. Mais plus profondément, cet homme vient de s’ouvrir à la Parole de Dieu, à la Vie divine ; c’est l’ouverture du tombeau au matin de Pâques, la libération du péché et de la mort.

Ce récit de la guérison du sourd-muet nous interroge sur nos propres surdités, nos propres difficultés de langage. Dans le monde qui nous entoure, il y a tant de gens bien portants qui ont des oreilles, mais qui n’entendent pas ; des yeux, mais qui ne voient pas ; une bouche, mais qui ne parlent pas.

Cette forme de surdité est la plus grave, car c’est celle du cœur qui refuse d’entendre, qui refuse d’écouter la Vérité. La surdité du cœur nous menace à chaque fois que nous  mettons volontairement la Parole de Dieu de côté, que nous ne voulons plus communier ni avec Dieu, ni avec les autres. Nous pouvons devenir spirituellement des sourds-muets, si nous abandonnons complètement notre vie de prière, c’est-à-dire si nous cessons d’écouter la Parole que Dieu nous adresse, et que nous perdons l’habitude de venir lui parler dans l’intimité de notre cœur.

Les véritables sourds-muets spirituels sont ceux qui ont cessé de croire en Dieu, et qui ont mis leur foi dans les idoles de ce monde. Dans le Psaume 134, le Seigneur nous met en garde clairement contre ce danger de surdité : « Les idoles des nations : or et argent, ouvrage des mains humaines. Elles ont une bouche, et ne parlent pas, des yeux et ne voient pas. Leurs oreilles n’entendent pas, et dans leur bouche, pas le moindre souffle. Qu’ils deviennent comme elles, tous ceux qui les font, ceux qui mettent leur foi en elles. »

Alors pour faire que nos oreilles entendent mieux, et que notre langue proclame les merveilles de Dieu, approchons-nous du Christ comme le sourd-muet s’est approché de lui dans l’Evangile. Laissons Jésus prendre notre âme, notre cœur entre ses mains, et écoutons-le nous dire : « ouvre-toi », c’est-à-dire « donne-moi ton cœur que je puisse y déposer mon Amour ». Amen.