NY FANEKEM-PINOAN’I PETERA (Mar 8:27-35)

Azo zaraina telo miavaka tsara ity teksa androany ity, ry Havana,

1 – Ilay fanambarana lehibe tao Kaisaria-Filipo (and 27-30)

Teo anoloan’ny tsy fahatakaran’ny mpianatra ny zava-panahy sy ny fitarozak’izany, dia tonga teto ny fotoana tokony hifanandrinan’I Jesosy tamin’izy ireo momba izay fahitan’izy ireo ny tena maha Izy Azy. Efa im-betsaka Izy no naneho ny fahefany sy ny maha-Andriamanitra Azy taminy, kanefa dia hevitra mihazohazo hatrany no nasetrin’izy ireo, manao hoe: “Iza moa ity?” (4:41). Ankehitriny, any amin’izao faritra amin’ny toerana lavitra nitokanan-dry zareo izao, dia nanontany azy ireo Jesosy hoe: “Ataon’ny olona ho Iza moa Aho?” (8:27). Dia namaly ny mpianatra, saingy ireo fiheverana nahazatra ny olona tamin’ny fotoan’andro ihany no naveriny: JaonaMpanao-batisa,..Elia…anankiray amin’ny mpaminany (8:28).

Ny hevitr’izy ireo momba Azy anefa no tian’I Jesosy ho fantatra, fa tsy izay nambaran’olon-kafa. Ka izay no nanontaniany azy mivantana hoe: Fa ianareo kosa manao Ahy ho iza? Nifanitsy amin’ny tena izy ny valintenin’I Petera – Ianao no Kristy, izay midika hoe ny Mesia (amin’ny hebreo) na Ilay Voahosotra. Ny fanekena fa Jesosy no Kristy dia tena fototra hanorenana ilay fifandraisana manokana izay manova ny tena ho tonga kristiana. Lalina dia lalina ny lesona eto: tsy ampy hahatrarana ny tanjona ny fijerin’ny sarambabem-bahoaka momba an’I Jesosy. Ny zava-dehibe dia ny hamalian’ny olona tsirairay mihitsy ilay fanontanian’I Jesosy manokana tamin’ny mpianatra manao hoe: “Fa ianareo kosa manao Aho ho iza”?”Mbola mitoetra mandrak’androany io fanontanian’I Jesosy io, sady miantefa mivantana amin’isam-batan’olona: ataonao ho iza moa Jesosy?

Rehefa nisolo-tena ny mpianatra nitondra ny valin-teny tena izy Petera “Ianao no Kristy”, dia noraràn’I Jesosy izy ireo mba tsy hilazalaza ny momba Azy, satria tsy mbola fotoana mety hampahafantarana an’izany tamin’izay.

2 – Ny nilazan’I Jesoa voalohany ny hijaliany (and 31-33)

Tsy fantatsika marina izay fotoana nanombohan’I Jesosy nampianatra ny amin’ny hahafatesany, fa mety ho taoriana kelin’ilay fanambarana tao Kaisaria-Filipo. Mariho ilay teny hoe nampianatra. Io no toa milaza fa hatreo dia nataony foto-pampianarana mihitsy ny amin’ny iraka hosahaniny. Fijaliana, fandavana, fahafatesana ary fitsanganana indray no fonosin’io iraka io.

Nataony miharihary tsara io fampianarana io, fa tsy miafinafina toy ny hatramin’izay, indrindra tahaka ireny fanoharana ireny. Nasehony mazava fa tsy maintsy hijaly…dia hovonoiny ny Mesia, araka ny planin’Andriamanitra ho an’ny fiainany. Mafy loatra ho an’I Petera mpiridriatra lava  io anefa izany! Aiza no dia hirefarefa toy izany ny fiainan’I Mesia? Fitsipahana ny planin’Andriamanitra io Petera niteny mafy Azy io. Tsy mahagaga raha notondroin’I Jesosy ho avy amin’I Satana izao fihetsik’I Petera izao. Tafiditra tao amin’ny velam-pandriky ny fahavalo I Petera, na dia fiahiany marina ny amin’ny Tompony aza no tao an-tsainy. Toa tsy fantatr’I Petera akory fa ny ady atao, saingy tsy ady amin’ny nofo aman-dra.

Izany hoe: fantatr’I Petera tsara izany fa Jesosy no Ilay Mesia nandrasana fatratra. Kanefa rehefa nanambara taminy ny momba an’I Kalvary izay miandry Azy Jesosy, dia nandà ny hihaino Azy Petera, ary tsy vitan’ny nandà fa somary nanome tsiny (niteny mafy Azy). Isika koa, ry Havana, dia matetika no manana fihetsika mitovy amin’I Petera: Iza amintsika no tsy mahalala fa Jesosy no Ilay Mesia, Ilay Kristy, satria izay no maha-kristiana antsika. Kanefa tahaka an’I Petera dia sarotra amintsika ny hanaiky, fa ilay eritreretintsika ho loharanom- pitiavana, ilay loharanon’ny famindrampo no hiaritra fahoriana mafy ary ho vonoina amin’ny fomba mahatsiravina mba hamonjena antsika. Ary miafina ao amin’io fihetsintsika io ny fahasarotana lalovan’ny tsirairay amin’ny fanarahana an’I Kristy amin’ny làlan’ny Zoma Masina izay anasany antsika hatao. Tsy te-hijaly isika. Iza moa no hitady fahoriana? Naturel izany fihetsika izany. Isika rehetra dia samy mitady fomba iainantsika ny finoana amin’ny fanaovana izay mety rehetra isika kanefa manao izay tsy handalovana amin’ny làlan’ny hazo fijaliana.

3 – Toetra ilaina raha te-ho mpianatra tokoa (and 34-35)

Taoriana kelin’ny nanambarany voalohany fa antomotra ny hijaliany, dia nosoritin’I Jesosy ny fepetra takiana amin’izay te-ho isan’ny fanjakana ka ho mpanara-dia ny Mesia tokoa. Angamba tsy maintsy nanao izany Izy, satria maro no nanomboka nanaraka Azy fa nanantena hahazo harena. Nambarany tamin’ireo vahoaka mbamin’ny mpianany fa ilaina ny mandà ny tena, izany hoe manolotra ny sitrapo amam-piainan’ny tena  ho amin’ny fikasan’Andriamanitra, ary manao izay sitrak’Andriamanitra. Tokony hitondra ny hazo fijaliany koa ny tsirairay, izany hoe vonona hijaly ho an’I Mesia. Ity tena ity no mibahana ny fanaova-mpianatra marina sady misakana ny fanahafana an’I Jesosy, rehefa tsy azo idovirana ny fijaliana

Ao anivon’ny lamina ataon’Andriamanitra ihany no misy heviny ny fanazavan’I Jesosy momba ireo zavatra takiana ireo. Ny famonjena ny ain’ny tena (na fandavana tsy ho faty ny amin’ny tena) dia tsy maintsy miafara amin’ny fahafatesam-panahy; ny fahafoizany ny ain’ny tena kosa (fandavana ny tena na fanolorana ny fiainana aman-tsitrapo ho an’Andriamanitra), noho ny amin’I Kristy sy ny Filazantsara, dia tsy maintsy mitondra any amin’ny fahavelomana ara-panahy. Ka inona no safidinao, ry Havana, ho velona ara-nofo ve dia ho faty ara-panahy, sa ho faty ara-nofo dia ho velona ara-panahy (=fahateraham-baovao).


Pierre déclare que Jésus est le Christ (Mar 8:27-35)

Chers amis, notre texte de ce jour, peut être divisé en trois parties bien distinctes.

 

 

  • La grande révélation à Césarée de Philippe (27-30)

 

 

Devant leurs ignorances, Jésus interroge ses disciples sur les opinions qui ont cours à son sujet. Il leur a déjà posé cette question à plusieurs reprises.
Il leur a démontré plusieurs fois, son pouvoir divin et sa divinité, mais ces derniers étaient confus et se demandaient « qui était-il ? » (4:41).  Puis, Jésus s'en alla avec eux dans un endroit éloigné où ils s’isolèrent, et sur le chemin, il les interrogea, en leur demandant : « Qui disent les hommes que je suis ? » (8:27). Ils lui répondirent, en disant cependant des réponses variées dont on avait  l’habitude d’entendre à cette époque: Jean le Baptiste; Élie ; Un des prophètes (8:28). 

Pour Jésus, c’étaient surtout leurs opinions qui comptaient le plus et non celui des hommes. C’est pour cette raison qu’il leur a posé la question : « Mais pour vous, qui suis-je ? » Et Pierre répondant lui dit : toi, tu es le Christ, ce qui signifie Messie (en hébreux) ou l’élu. Accepter que Jésus soit le Christ est une base très fondamentale pour devenir Chrétien. La leçon qu’il faut retenir ici, c’est que  le point de vue des hommes concernant Jésus, ne nous permet pas d’atteindre l’objectif. Le plus important, c’est de répondre à la question que Jésus a faite à ses disciples : « Pour vous, qui suis-je ? » Cette question demeure jusqu’à ce jour et s’adresse à tous : Qui est Jésus pour vous?

Lorsque Pierre a pris la parole pour répondre à Jésus : « Tu es le Christ », il leur ordonna expressément de ne rien dire à personne à son sujet.





 

  • Jésus annonce une première fois sa mort et sa résurrection  (31-33)

 

Nous ne savons pas exactement quand Jésus a commencé à enseigner sa mort, peut-être après la révélation à Césarée de Philippe. Il faut bien souligner le mot « enseigner », car cela semble indiquer qu'il a fait une déclaration sur sa mission. La mission est remplie de souffrance, de rejet, de mort et de résurrection.

Jésus a tenu à ce que cet enseignement soit très clair, pas aussi secret qu’autrefois, notamment les différentes paraboles. Il a clairement montré qu'il y aurait de la souffrance... Le Messie sera tué, selon le plan de Dieu pour sa vie. C'était tellement dur pour Pierre qui était tout le temps impulsif. Comment cela se fait-il que la vie du Messie soit aussi tragique ? Pierre a contesté le plan de Dieu dans ces propos. Il n'est pas surprenant que Jésus a jugé que la réaction de Pierre soit l’œuvre de Satan. Pierre a été pris sous l’emprise de l’ennemie, même si dans sa tête, il s’inquiétait pour son maître. Ce dernier ne semble même pas connaître cette guerre, une guerre qui n’est pas contre le sang et la chair.


Ce qui est sûr : c’est que Pierre savait bien que Jésus était le Messie tant attendu. 
Mais quand Jésus lui a parlé du Calvaire qui l'attendait, Pierre a refusé de l’écouter, et non seulement, il a contesté ses dires, mais il l’a aussi blâmé. Nous aussi, chers amis, avons souvent la même attitude que Pierre: qui de nous ne sait pas que Jésus est le Messie, le Christ, parce que c'est ce qui fait de nous des chrétiens. Mais comme Pierre, il est difficile pour nous d’accepter, que celui que nous considérons comme source d’amour, source de la miséricorde, subira une grande tribulation et sera tué horrifié pour nous sauver. Dans ce comportement, nous cachons nos difficultés à suivre le Christ le Vendredi Saint dans lequel il nous invite. Nous ne voulons pas souffrir. Qui voudrait souffrir ? Notre attitude est tout à fait naturelle. Nous cherchons tous des moyens de vivre par la foi en faisant ce qui est juste, mais nous ne voulons pas traverser le chemin de la croix.






 

  • Qualités à avoir pour devenir disciple (34-35)

 

Peu de temps après avoir annoncé que le jour de sa mort est proche, Jésus a décrit les qualités à avoir,  pour ceux qui voulaient faire partie du royaume et pour être un des ses disciples. Peut-être qu'il a dû le faire, car beaucoup ont commencé à le suivre, espérant obtenir de la richesse. Ayant appelé la foule avec ses disciples, il leur dit : Si quelqu'un veut venir à ma suite, qu'il fasse la volonté de mon père, qu’il renonce à lui-même, et qu'il prenne sa croix, et me suive. C'est ce corps qui est un obstacle pour devenir un vrai disciple et empêche la ressemblance a Jésus, quand la souffrance est inévitable.

Ce n'est que dans l’ordre qui a été établi par Dieu, que se trouve l'explication de ces exigences énoncés par Jésus. Celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à cause de lui et de l'Évangile la sauvera. Alors, quel est votre choix, Chers Amis, vivre dans la chair, et mourir spirituellement ou mourir physiquement et vivre spirituellement (= nouvelle naissance).