« Iza no lehibe indrindra ? » Marka 9 : 30-37

Mbola manohy ny fanomanana ny mpianatra amin’ny ho fisehoan-javatra mahatsiravina izay miandry azy Jesosy. Raha tsy mahazo izay tian’i Jesosy hambara aminy ny apostoly, dia tsy hoe Jesosy no tsy mahay manazava. Fa ny mpianatra no tsy vonona hanaiky teny toy izany. Tena tsy tia hihaino an’I Jesosy izy ireo rehefa entiny amin’ny làlana sarotra. Ambaran’I Marka eto, fa natahotra ny hanontany an’I Jesosy ny apostoly. Matahotra izy ireo fa tsy maintsy ho tanteraka marina tokoa ny tenin’I Jesosy, matahotra ny hahita ny tompony mijaly, ambanina sy alaina baràka, ary farany ho vonoina; azo antoka fa matahotra ihany koa ho voasaringotra manaraka an’I Jesosy eo amin’ny lalan’ny hazofijaliana. Mbola zaza vao amin’ny lalana izay nosokafan’I Jesosy teo anoloany ireto apostoly ireto. Ho avy ny andro izay mbola hanoloran’ireto lehilahy ireto ny fiainany mba hiarovany ny anaran’I Jesosy. Fa mbola tsy tonga amin’izay isika. Teny an-dàlana ho any Kaperanaomy, dia tian’ny mpianatra kokoa ny nihady hevitra, lohahevitra araka izay takatry ny fahalalany. Ohatra amin’ireny ny hoe, iza no lehibe indrindra amin’izy samy izy. Mbola eo am-panaovana tomban’ezaka ny tombontsoa mety ho azony amin’ny firotsahany vao haingana hiaraka amin’ity mpaminany lehibe vaovao, ka nekeny ho arahina ity, ny apostoly.

Azon’ireo evanjelistra natao ny tsy nitatitra tamintsika an-tsipiriany ity hevitra tena mitory fahambaniana ho an’ny apostoly ity. Kanefa nataon’izy ireo izany, mba hitarihany ny fiheverantsika amin’ny fahasarotana sedraintsika mandrakariva eo amin’ny fiainantsika ara-panahy, izay tsy fointsika homena manontolo an’Andriamanitra, fa misy ampahany izay fehezintsika ihany fa tsy Andriamanitra velively no tompony. Miseho ao amintsika foana izany isaky ny mitady mialoha izay hampa-metimety ny tombontsoantsika isika. Ary matetika koa isika no voan’ny fakam-panahy te-hahalala raha lehibe na ambony noho ny hafa. Atao ny kajikajy, atao ny refirefy, atao ny tomban’ezaka. Jereo ange, mora amintsika ny mitsara ny hafa araka izay ananany, ny fiarany, ny fomba fitafiny, ny kojakojan-tokan-tranony …, Jereo ihany koa, fa mora amintsika ny manao fampitahana antsika amin’ny hafa, amin’ny fomba tsy voahevitra, mba ahazoantsika antoka, ny fandokafana antsika…Isaky ny mitsara olona amin’ny lafiny tsy fahombiazany isika (nous la jugeons négativement), mi-critique azy isika, mametraka azy amin’ny toeran’ny ho tsaraina isika dia tsarovy fa mihevi-tena ho ambony no izy isika amin’izay fotoana izay. Amin’izay fotoana izay dia mitsiriritra ny toerana ambony, ny toerana voalohany isika. Maro ny ohatra azo raisina amin’izany eo amin’ny fiainantsika an-davan’andro.

 

Ry Havana, te-hanala antsika amin’izany fahazaran-dratsy izany Jesosy. Satria izany fihetsika izany dia avy amin’ny tsy filaminana, avy amin’ny fifandirana,avy amin’ny ady aza, araka’izay lazain’I Jakoba tao amin’ny vakiteny faharoa (“avy aiza ny ady, ary avy aiza ny fifandirana eo aminareo? Tsy izao va no ihaviany, dia ny filanareo izay miady ao anatin’ny momba ny tenanareo?...) Ary raha mijanona mihidy ao anatin’ny fihodinkodinan’ny fampitahana isika, vetivety dia hihanaka ny poizin’ny fialonana raha mahatsiaro ho ambanin’ny refy, na ny avonavona raha mahatsapa ho any amin’ny fara-tampony.

 

Dia inona no nataon’I Jesosy? Nandray zazakely Izy, dia napetrany teo alohan’ireo olon-dehibe, ireo olona ambony, ary nataony ohatra. Ny zaza dia tsy afaka na oviana na oviana handray ny toeran-drainy na ny toeran-dreniny. Fantany ny maha-zaza azy ka tsy afaka hifaninana amin’ny tontolon’ny olon-dehibe izy. Matoky ny ray aman-dreniny izay manodidina azy izy.Tsy misalalasa amin’ny fitiavana azy izy. Ary rehefa izy (ny zaza) kosa no tia dia amin’ny fony manontolo, tsy misy kajikajy, tsy misy fepetra. Te-hampiseho amintsika Jesosy, fa ao anatintsika tsirairay avy ao dia misy zazakely rendremana. Misy mandrakariva ampahany ao amintsika ao vonona ny hino tanteraka fa Andriamanitra dia toy ny Raintsika ary tia antsika tsy misy fepetra izy. Ny fanontaniana dia hoe iza no tena miteny mafy ao anatintsika ao: ny zazakely sa ny olon-dehibe diso fanantenana.

 

Mbola hiaraka hanao ny “Rainay izay any an-danitra” isika rehefa avy eo. Hiezaka isika eo ampanaovana izany, mba hangina, hifantoka tsara, hanakipy ny masontsika, hanondrika ny lohantsika, hivavaka amin’ny fontsika manontolo ary hamoha ilay zaza matory izay any anatintsika any mba hamela azy hiteny malalaka hiantso hoe Rainay amin’ny maha-zanaka azy.. Arakaraka ny handrosontsika amin’ny lalana maha “zanak’Andriamanitra” antsika, no hahafahantsika manakaiky ny fon’ny Ray.

Izany no zava-miafin’ny Fanjakana izay tian’I Jesosy hampidirana antsika. Amena!


 

« Qui est le plus grand ? » Marc 9, 30-37

Jésus continue de préparer ses disciples aux terribles évènements qui l’attendent. Si les apôtres ne comprennent pas ce que Jésus veut leur dire, ce n’est pas parce que Jésus ne sait pas se faire comprendre. C’est plutôt parce que les disciples ne sont pas prêts à accepter de telles paroles. Ils ne veulent pas vraiment écouter Jésus quand celui-ci veut les emmener sur des chemins trop exigeants. Marc dit bien que les apôtres avaient peur d’interroger Jésus. Ils avaient peur en fait que les paroles de Jésus s’accomplissent vraiment, peur de voir leur maître souffrir, être humilié, et finalement mourir, peur sans doute aussi d’être entraînés à la suite de Jésus sur ce chemin de la croix. Car les apôtres sont encore bien novices sur ce chemin qu’ouvre devant eux Jésus. Un jour viendra où ces hommes donneront leur vie pour défendre le nom de Jésus. Mais nous n’en sommes pas encore là. Sur cette route qui conduit à Capharnaüm, les disciples préfèrent discuter de sujets plus à leur portée, savoir par exemple qui d’entre eux est le plus grand ! Les apôtres en sont encore à évaluer les avantages qu’ils pourraient retirer de leur adhésion récente à ce nouveau grand prophète qu’ils ont accepté de suivre.

Les évangélistes auraient bien pu s’abstenir de nous rapporter ce genre de détail bien humiliant pour les apôtres. Mais s’ils l’ont fait, c’est qu’ils veulent attirer notre attention sur une difficulté que nous rencontrons tous constamment dans notre vie spirituelle, celle de ne pas arriver à nous donner totalement à Dieu, de toujours vouloir conserver une partie de nous-même comme « sous contrôle » où Dieu n’est pas le maître. Cette réalité se révèle en nous à chaque fois que nous cherchons d’abord à privilégier notre intérêt, notre profit, notre avantage. Nous sommes, nous aussi, souvent tentés de savoir si on est plus grand que son voisin. On calcule, on mesure, on évalue. Regardons comment nous jugeons facilement les autres sur ce qu’ils possèdent, sur leur voiture, leur façon de s’habiller, l’équipement de leur maison, … Regardons comment nous nous comparons facilement aux autres, parfois sans nous en rendre compte, comme pour nous rassurer, nous flatter…Chaque fois aussi que nous jugeons négativement une personne, que nous la critiquons, nous nous plaçons en position de juge, nous nous estimons au-dessus d’elle. Et là encore, nous convoitons la première place. Les exemples sont si nombreux et si habituels dans notre vie de tous les jours, que nous n’y prenons plus garde.

Et pourtant, Jésus veut nous libérer de ces mauvaises habitudes. Car cette attitude est à l’origine de bien des désordres, des conflits, des guerres mêmes, comme nous le dit saint Jacques dans la deuxième lecture. Et quand on se laisse enfermer dans cette spirale de la comparaison, bien vite, viennent s’infiltrer les poisons de la jalousie quand on constate qu’on est en bas de l’échelle, ou de l’orgueil quand on se croit au sommet.

Alors que fait Jésus ? Il prend un petit enfant, le place au milieu des grands, des adultes, et le montre en exemple. Un petit enfant ne se prend pas la place de son papa ou de sa maman. Il sait qu’il n’est encore qu’un enfant. Il ne se place donc pas dans un rapport de concurrence avec le monde des adultes. Il fait au contraire confiance à ses parents qui l’entourent. Il ne met pas en doute qu’on l’aime. Et quand il aime en retour, c’est de tout son cœur, sans calcul, sans demi-mesure. Jésus veut nous montrer qu’il y a au fond de chacun de nous, un petit enfant qui sommeille. Il y a toujours une partie de nous qui est prête à croire vraiment que Dieu est  comme un Père pour nous, et qu’Il nous aime infiniment. La question est donc de savoir qui parle le plus fort au fond de nous ? Le petit enfant ou l’adulte désabusé ?

Tout à l’heure, nous allons redire ensemble la prière du « notre Père ». Nous essayerons de faire monter cette prière du plus profond de nous-même, en laissant s’exprimer librement ce cœur d’enfant qui est en nous. Plus nous serons « enfants de Dieu », plus nous accéderons à son Cœur de Père.

Voilà le secret du Royaume dans lequel Jésus veut nous faire entrer. Amen.