Ny iraka na andraikitry ny Kristiana (Marka 10 :35-45)

Isan-taona, ny alahady faha-3 ny volana Oktobra dia nantsoina hoe andron’ny misionera na ny iraka eran-tany, ka ny vakiteny indrindra ny filazantsara dia vonona amin’ny fandinihana na ny fisaintsainana momba ny misiona na ny andraikitry ny kristiana. Vao avy nilaza ny hanamelohana Azy, hanalam-baràka, hikapohana ary hamonoana Azy Jesosy. Kanefa tsy te- handre izany I Jakoba sy Jaona. Nanaraka an’I Jesosy teny an-dàlana ho any Jerosalema izy ireo izay toerana inoany fa handraisany fahefana, satria rehefa maty Jesosy ka mitsangana amin’ny maty, dia voalazany fa hiditra ao amin’ny voninahiny Izy. Ka izay voninahitra izay no tsy afaka tao an-tsain’izy roalahy ireto ka nangatahiny toerana ambony tamin’I Jesosy (an-kavia sy ankavanan’ny Tompo no toerana nangatahin’izy ireo hipetrahana rahatrizay any an-danitra. Voalazan’I Jesosy ao amin’ny Matio 19:28 mantsy fa “rehefa mby amin’ny fanavaozana, ka hipetraka eo amin’ny sezafiandrianan’ny voninahiny Izy Jesosy, ireo Apostoly manaraka Azy dia hipetraka eo amin’ny seza fiandrianana 12 ka hitsara ny firenena Isiraely 12. Izany hoe: ny Apostoly dia ho ministra mikatrakatraka ao amin’ny fanjakan’I Jesosy”. Toeram-pahefana, toeram-piderana sy fahefana no notadiaviny.  Mino izy ireo fa hitondra fahasambarana sy fahefana ho azy ireo izany. Fa fanampin’izany dia nangatahin’izy ireo ho toy ny fanomezana sy fifaliam-po (don et faveur) izany toerana voalohany akaiky ny Tompo izany.

Nisendaotra ireo mpianatra hafa rehefa nahalala ny fandehan-javatra momba ny fangatahan’I Jaona sy Jakoba. Lasa niteraka fizarana teo amin’ny mpianatra izany. Nanapotika ny firaisana ary namboly fizarazarana izany. Namaly an’I Jaona sy Jakoba Jesosy tamin’ny alalan’ny fanontaniana mampikorotan-tsaina: “Hainareo va ny hisotro amin’ny kapoaka izay sotroiko, na ny hatao batisa amin’ny batisa izay nanaovana Ahy batisa? ”Mampatsiahy ny mpianatra ny andraikitry ny atao hoe mpiara-miasa, iraka (missionaire) izany fanontaniana izany. Ny andraikitry ny Apostoly mantsy dia ny manaraka an’I Jesosy amin’ny maha- mpanompo azy ireo, miasa ho an’ny communauté manontolo (fikambanana) fa tsy miasa ho an’ny tenany manokana. Araka ny olona tsirairay, ny karazana andraikitra na adidy dia arakaraky ny haavo na halalin’ny fahasarotana. Tsy mety mihitsy ny mitoetra amin’ny tànana miforitra (mains croisées) variana mijery train mandalo. Ilay kapoaka hosotroina, tsy izay rehetra kapoaka akory, fa izay nosotroin’I Jesosy irery, dia ny fijaliany sy ny fahafatesany. Ka tsy mety ny hanaovana ny tahaka ny nataony ka ho tonga martiora. Ampy ny filatsahana ho mpianany sy manao ny asany.

Ry Havana, tonga Jesosy hanompo ny hafa. Ny teboka fototra ny fiainan’ny mpanompo dia ny fanetren-tena lalina izay manosika ny olona handray ny andraikitry ny mpanompo an-tsitrapo. Na inona na inona satan’ny olona iray eo amin’ny fiaraha-monina (statut social), na mpanjaka (roi) izy na mpiasa tsotra(valet), andevo na olona afaka, manankarena na mahantra, matanjaka na osa, dia antsoin’Andriamanitra daholo ny kristiana rehetra hiaina ny maha-mpanompon’ny hafa azy. Voamarina eo amin’ny ambaratonga sy ny sehatra rehetra izany, dia eo amin’ny fianakaviana (dada mpanompon’ny Neny, neny mpanompon’ny ankizy, ny ankizy mpanompon’ny RA, sns) sy ny toeram-piasana (ny mpiasa mpanompon’ny patron, ny patron mpanompon’ny mpiasa, etc).

Ny fandrika dia ny fieritreretana hoe “amin’ny alalan’ny baiko sy ny fandaminana ny fanompoana” (commander et organiser, c’est servir), miankina amin’ny fomba fibaikona sy ny lamina ny zavatra rehetra.Tsy mivadika ho fanompoana na asa ny fahefana raha tsy amin’ny alalan’ny fitiavana. Toetra voajanahary eo amin’ny fiaraha-monina misy antsika ny fahazoana toeram-boninahitra, iza no tsy mila izany? Ary izany no fanovana fototra araka ny maha-izy azy naroson’I Jesosy. Mangataka antsika Izy mba hanatontosantsika ny asantsika amin’ny rafi-pisainana (logique) hafa, fa tsy izay efa mahazatra foana; mangataka antsika Izy mba hiasantsika aminà karazana fifandraisana amintsika samy isika. Mangataka antsika Izy mba hanilika izay rehetra fifandraisana miendrika jadona, tian-kano tsy tian-kano, ka mikasa hamirapiratra amin’ny fiankinana amin’ny hafa fotsiny. Fiainana hafa mihitsy no angatahiny amintsika, handinika amin’ny fomba hafa ny fomba hiainantsika; tsy hihazakazaka ho amin’ny fahombiazana sy ny toerana voalohany na ambony (toa an’I Jaona sy Jakoba) fotsiny, fa mandeha am-pitandremana tsy hanafinothina ny hafa, hanokana ny fiainana hiasa amin’ny alalan’ny fitiavana manokana ny hafa.

Ary izany no tokony hitarika antsika hiainantsika ny fiainam-piangonana misy antsika. Fiangonana mitady mandrakariva sy tsy an-kitsahatra ho liana sy hihaino ny hafa fa tsy hitady ny toerana voalohany eto amin’izao tontolo izao.

Ary izany koa no tokony hitarika antsika eo amin’ny fiainantsika. Mba hampihariko eo amin’ny fiainako ve izany? Mitady ny mahasoa ny hafa ve aho? Liana amin’ny olan’ny hafa ve aho amin’ny maha-kristiana ahy? Ampiharintsika eo amin’ny fikambanana misy antsika na eo amin’ny fianakaviantsika ve izany? Afaka mifidy lalana hafa araka izay atoron’ny filazantsara isika: na amin’ny fitenintsika, na amin’ny fihetsitsika, dia afaka miseho ho ny manana maha-izy azy eto ambonin’ity tany ity isika amin’ny alalan’ny fanasiana lanja ny hafa, ny fahavononan-kihaino ny hafa. Mihaino ny hafa, na manisy lanja ireo zava-mahatalanjon’ny fahariana, mihaino ny tena manokana (auto-médiation na fandinihan-tena), ary mihaino an’Andriamanitra. Tsy ny mifaninana no zava-dehibe fa ny finiavana hanampy, tsy ny fahombiazana manokana fa ny fitiavana manokana ny hafa sy Andriamanitra. Ny zava-miafin’ny fahasambarana, mialoha ny zava-drehetra, dia  mifototra amin’ny fanomezan’ny olona ny ainy ao anatin’ny fahalalahan-tànana: “Mahasambatra kokoa ny manome noho ny mandray” (Asa 20:35).

Ny atao hoe “mission” na fanirahana, na ny andraikitra (samy dikany daholo izany) dia ny fanoloran-tena sy ny fiverenana am-pahatokiana ao amin’Ilay miambina ny vahoakany dia Jesoa Kristy. Mandà ny hifehy ny zava-drehetra. Manaiky ny hiverina amin’ny toerana na toe-javatra tsy nofidiantsika. Ny atao hoe lehibe dia tsy ny fanjakazakana amin’ny hafa, fa ny manompo azy. Tsy misy fitiavana lehibe noho izao, tsy misy fahasambarana lehibe noho izao dia ny mahafoy sy manolotra ny ainy ho an’ny hafa.


La mission chrétienne (Marc 10, 35-45)

Comme chaque année, ce dimanche est la journée missionnaire mondiale et la lecture évangélique se prête bien à une réflexion à propos de la mission chrétienne. Jésus vient d'annoncer qu'il va être condamné, humilié, battu et mis à mort. Mais, Jacques et Jean n'ont pas voulu entendre. Ils suivent Jésus en marche vers Jérusalem où ils croient qu'il va prendre le pouvoir. Ils cherchent donc à se placer dans des postes d'autorité, de louange et de pouvoir. Ils croient que cela leur apportera le bonheur et de l'importance. De plus, ils demandent les premières places comme un don, une faveur.

Quand les autres disciples ont eu vent de la demande de Jacques et de Jean, ils  se sont indignés. Il en a résulté une division parmi les disciples. Cela a  brisé l'unité et créé de la division. Jésus répond à Jacques et Jean par une question déconcertante : « Pouvez-vous boire la coupe que moi, je dois boire, ou être baptisés du baptême dont moi, je serai baptisé? » Cette question rappelle aux disciples leur rôle de  collaborateur, de missionnaire. La mission des apôtres est de suivre Jésus dans leur condition de serviteur, de travailler pour l'ensemble de la communauté, et non pour eux-mêmes. D'une personne à l'autre, le type de mission varie tout comme le niveau de difficultés. Impossible de demeurer les bras croisés à regarder passer le train. Cette coupe à boire, ce n'est pas n'importe laquelle. C'est celle-là même où Jésus a bu, c'est-à-dire sa passion et sa mort. Il ne s'agit cependant pas d'aller comme lui jusqu'au martyre. Il suffit de se faire présent et agissant.

Jésus était venu pour servir les autres. Le point fondamental d'une vie de serviteur, c'est une humilité profonde qui pousse une personne à prendre le rôle du serviteur de plein gré.  Peu importe le statut social d'une personne. Qu'il soit roi ou valet. Esclave ou homme libre. Riche ou pauvre. Fort ou faible. Dieu appelle tous les chrétiens à vivre en tant que serviteur les uns des autres. Cela se vérifie à tous les niveaux, en tous domaines. Dans nos familles et sur les lieux de travail.

Le piège est de penser que « commander et organiser, c'est servir » : tout dépend de la manière dont on commande et organise. Le pouvoir ne peut devenir service que par le chemin de l'amour. Dans notre société, il est tout naturel d'essayer d'avoir les places d'honneur. C'est un changement radical de valeurs que Jésus propose. Il nous demande de fonctionner avec une autre logique, avec un autre type de relations entre nous. Il nous demande de bannir de nos relations tout type d'autoritarisme, toute envie de briller aux dépens des autres. Il nous demande de vivre autrement, de comprendre toute notre vie autrement : non pas comme une course à la réussite et aux premières places, mais comme une marche faite d'attentions aux autres, une vie consacrée à exercer le goût des autres.

Cela devrait être ce qui nous guide dans notre vie d'Eglise en communauté. Une communauté qui cherche sans cesse à être attentive aux autres, à  écouter et non pas à se placer aux premières places du monde.

 

Cela devrait être ce qui nous guide dans notre vie. Est-ce que j'applique cela dans ma vie ? Est-ce que nous appliquons cela dans notre communauté, dans notre famille. Nous pouvons  choisir une autre voie, celle que propose l'Evangile. Par vos paroles, nos gestes, notre attitude, nous pouvons montrer que le plus important sur cette terre, c'est d'être attentif. Être attentif aux autres, aux merveilles de la création, être attentif à soi-même, être attentif à Dieu. L'essentiel, ce n'est pas la compétition, mais l'envie d'aider, ce n'est pas la réussite personnelle, mais le goût des autres et de Dieu. Le secret du bonheur se situe d'abord dans le don de sa vie, dans la générosité : « Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir » (Act 20 :35)

La mission, c'est un peu cela aussi et s'abandonner pour s'en remettre avec confiance à celui qui veille sur son peuple. C'est renoncer à vouloir tout contrôler. C'est accepter de se retrouver dans un lieu, ou une position, que nous n'aurions pas choisi. Être grand, ce n'est pas régner sur les autres, mais être à leur service. Il n'y a pas de plus grand amour, il n'y a pas de plus grand bonheur que de donner sa vie pour les autres.