NY DIDY LEHIBE INDRINDRA (Mar 12 :28-34)

Araka ny lovantsofin’ireo raby, ny lalàn’i Mosesy dia mirakitra didin’Andriamanitra miisa 613 ka ny 365 dia didy mandrara na ny tsy azo atao, ary ny 248 kosa milaza ny tsy maintsy atao. Ny iray amin’ireo fitsipiky ny fanazavan-kevitra dia nanana fironana hametraka ny didy rehetra ho mitovy : « Fa ny didy heverina maivana dia ho lehibe ihany koa ho anao »

Afaka niainga tamin’ny fikasana tsara izany, ary maneho ny fitiavan’Andriamanitra mahatoky; saingy   mety hivadika ho fandalàn-dalàna sarototsarotiny (légalisme pointilleux), ary indraindray dia tonga hatrany amin’ny fanovàna ny fomba fisainana mihitsy. Noho izany, misy amin’ireo raby nametraka amin’ ny toerana mitovy ny fandrarana ny fisamborana  vorona sy ny fampianarana ny amin’ny fankatoavana ny ray sy reny.

Tamin’ny andron’i Jesoa, nisy tamin’ireo nanampahaizana tamin’ny finoany niezaka nametraka ambaratonga  tamin’ireo izay tsy maintsy atao ao amin’ny lalàna ; izay no anton’ny fanontanian’ity manam-pahaizana ity an’i Jesoa : «  Inona no didy lehibe indrindra ? »

Tam-boalohany i Jesoa dia namaly tamin’ny fanambarana ny Det 6,5,  teny tsara izay hain’ny olona rehetra, satria, efa hatrany amin’ny andron’i Jesoa, ny Jiosy rehetra dia tokony mamerimberina izany teny izany farafaratsiny indroa isan-andro. Izany ihany koa no vakitentsika voalohany androany : «  Henoy ry Israely, ny Tompo Andriamanitsika dia Iray. Tiava ny Tompo Andriamanitrao amin’ny fonao rehetra, ny fanahinao rehetra, ny sainao rehetra, ary ny herinao rehetra ».

Tsy tokony ho terena eto, ny  fanavahana ny amin’ny fo, fanahy sy ny saina. Ho antsika, tandrefana moderna, ny fo dia ilaina indrindra amin’ny fitiavana ; ho an’ny hebreo, ny fo dia manana ny anjarany ihany koa amin’ny fampiasana ny saina : Andriamanitra dia manome fo mba hahatakarana (Det 29,3). Ho an’ny Jiosy tamin’ny fotoanan’i Jesoa, ny fo dia sady fieritreretana no fitadidiana, sady tsindrimandry no hery ara-moraly. Ao  amin’ny fo no ipoiran’ny fitiavana, fa ao amin’ny fo ihany koa no hiovan’ny fomba fijery sy ny hevitra ho fanam-pahan-kevitra sy teti-kasa. Ary indrindra, ao amin’ny fo no miori-paka ny toe-pinoana sy ny tsy fivadihana amin’Andriamanitra. Ny fo, ara-baiboly, noho izany dia ny maha izy azy ny olona ary toerana manan-danja hivelaran’ny finoana.

Noho izany : « Tiava ny Tompo Andriamanitrao amin’ny fonao manontolo » dia mitovy amin’ny hoe : « Ny aminao manontolo dia hietsika ho amin’ny fitiavana ny Tomponao ; ianao dia hanantona an’Andriamanitra miaraka amin’izay tsara indrindra amin’ny maha ianao anao »

Fa i Jesoa dia nanampy avy hatrany, eo ampitanisana amin’ity ny Levitikosy(19,18) : «  Tiava ny namanao tahaka ny tenanao ». Izay no didy faharoa, tsy afa-misaraka amin’ilay voalohany saingy miavaka mandrakariva. Satria ny fitiavana ny hafa dia tsy afaka manolo ny fitiavana an’Andriamanitra, ary koa ny namana dia tsy manolo an’Andriamanitra.

Fa ireo didy roa ireo dia mitovy, satria ny fitiavana ny namana, toy ny fitiavana an’Andriamanitra, dia tokony manetsika ny maha olona sy ny heriny rehetra.  Tsy afaka ny hanantona marina an’Andriamanitra isika, raha tsy manomboka mitia izay tian’Andriamanitra ; ary arakaraky ny anakaikezantsika an’Andriamanitra, no anakaikezantsika ireo zanak’Andriamanitra. « Ny fiantràna, dia manerana ny tany  hoy i Thérèse de Lisieux, ary masina isika arakaraky ampiarantsika azy »

« Ary hoy ilay mpanora-dalàna taminy : marina izany tompoko, tsara ny nilazanao fa iray ihany Andriamanitra, ary tsy misy hafa-tsy Izy : ary ny ho tia Azy amin’ny fo rehetra sy ny saina rehetra sy ny hery rehetra, ary ho tia ny namana tahaka ny tena, dia mihoatra lavitra noho ny fanatitra ho dorana sy ny fanatitra hafa rehetra izany. » Ary raha hitan’i Jesoa fa namaly tam-pahendrena izy, dia hoy izy taminy : « tsy lavitra ny fanjakan’Andriamanitra ianao ».

« Tsy lavitra ianao » : izany dia sady mampahery no manakivy. Izany dia midika hoe : « Efa an-dalàna ianao ; fa mbola tsy tonga ». « Tsy lavitra ianao » : amintsika tsirairay no itenenan’i Jesoa satria vory isika mba hiaino ny Teniny.

Tsy lavitra ianao satria mitady ny marina, satria te ahita izany eo anilako.

Tsy lavitra ianao, satria te hanisy dikany ny fiainanao, ny asanao, ny fijalianao, ny fanoloran-tenanao ; satria ianao dia te aka bahana manoloana ny fisafotofotoan’ny fiainanao ; satria te hiala amin’ny fahazarana, amin’ny laingan’ny fifandraisana ety ivelany, amin’izay maneritery ny fiainana, toy ny didy 613 amin’ny lalàna izay nataonao.

Tsy lavitra ianao, raha hitanao ny maha-zava-dehibe ny fiantràna, raha tsapanao fa tokony haniry ho an’ny rahalahinao izay tianao ho anao ianao : fiainana feno fifaliana, fahalalana, fahombiazana, ny fankasitrahan’ny hafa, ary ny fisakaizan’Andriamanitra .


 

LE PLUS GRAND COMMANDEMENT (Mc 12 :28-34)

Selon la tradition des rabbins, la Loi de Moïse comprenait 613 commandements de Dieu : 365 défenses et 248 obligations. L’une des règles d’interprétation avait tendance à situer tous les commandements sur le même plan : « Que le commandement léger te soit aussi cher que le commandement grave ! »

 Cela pouvait partir d’une bonne intention, et exprimer un amour de Dieu très attentif ; mais cela pouvait tout aussi bien virer au légalisme pointilleux, et parfois aboutir à une déformation des consciences. Ainsi certains rabbins mettaient-ils sur une même ligne la défense de dénicher des oiseaux et le précepte d’honorer son père et sa mère.

 Au temps de Jésus quelques hommes clairvoyants dans leur foi essayaient d’établir une hiérarchie parmi ces multiples obligations de la Loi ; d’où la question de ce spécialiste à Jésus :« Quel commandement est le premier de tous ? »

 Jésus répond d’abord en citant Dt 6,5, un beau texte que tous avaient en mémoire, puisque, déjà au temps de Jésus, tous les hommes juifs devaient le réciter au moins deux fois par jour. C’est le texte même de notre première lecture d’aujourd’hui : « Écoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est le seul. Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ton énergie ».

 Il ne faudrait pas ici forcer la distinction entre cœur, âme, et pensée. Pour nous, occidentaux modernes, le cœur sert surtout à aimer ; pour un hébreu, le cœur a sa part aussi dans l’activité intellectuelle : Dieu donne un cœur pour comprendre (Dt 29,3). Pour les juifs du temps de Jésus, le cœur est à la fois conscience et mémoire, intuition et force morale. Dans le cœur résonnent toutes les affections ; mais c’est aussi dans le cœur que les impressions et les idées se changent en décisions et en projets . Et surtout c’est dans le cœur que s’enracinent l’attitude croyante et la fidélité à Dieu. Le cœur, au sens biblique, c’est donc le tout de l’homme intérieur, et le lieu privilégié du risque de la foi.

 Ainsi :« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur » signifie :« Toute ta personne sera mobilisée pour l’amour de ton Dieu ; tu dois tendre vers Dieu avec le meilleur de toi-même ».

 Mais Jésus ajoute aussitôt, en citant cette fois le Lévitique (19,18) :« Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». C’est le second commandement, toujours inséparable du premier et pourtant toujours distinct. Car l’amour pour autrui ne peut pas remplacer l’amour pour Dieu, pas plus que le prochain ne peut remplacer Dieu.

 Mais les deux commandements sont semblables, parce que l’amour du prochain, comme l’amour pour Dieu, doit mobiliser toute la personne et toutes ses forces. On ne peut vraiment s’approcher de Dieu, sans commencer à aimer tout ce que Dieu aime ; et plus on est près de Dieu, plus on se rend proche des autres fils de Dieu. « La charité, c’est tout sur la terre, disait Thérèse de Lisieux, et l’on est sainte dans la mesure où on la pratique ».

 « Maître, répond le scribe à Jésus, tu as parfaitement dit que Dieu est l’Unique, et qu’il n’y en a pas d’autre que lui ; l’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence et de toute sa force, et aimer le prochain comme soi-même, vaut mieux que tous les holocaustes et tous les sacrifices (d’animaux) ». Et Jésus, voyant qu’il avait répondu avec sagacité, lui dit :« Tu n’es pas loin du Règne de Dieu ».

 « Tu n’es pas loin : c’est à la fois encourageant et décevant. Cela veut dire : « Tu y viens ; mais tu n’y es pas encore ». « Tu n’es pas loin »  : c’est à chacun de nous que Jésus s’adresse, puisque nous sommes réunis pour entendre sa parole ».

Tu n’es pas loin, puisque tu cherches la vérité, puisque tu veux la trouver auprès de moi.

Tu n’es pas loin, puisque tu veux donner un sens à ta vie, à ton travail, à tes souffrances, à ton dévouement ; puisque tu veux prendre du recul par rapport au tourbillon de ta vie ; puisque tu veux échapper à l’engrenage de la routine, au mensonge des relations superficielles, à tout ce qui rapetisse ta vie, comme les 613 commandements de la loi que tu t’es faite.

Tu n’es pas loin, si tu as entrevu l’importance de la charité, si tu as compris qu’il faut vouloir concrètement pour ton frère ce que tu veux pour toi : une vie joyeuse, donnée, efficace, la reconnaissance par les autres, et l’amitié de Dieu.