Ianao ve no mpanjakan’ny Jiosy (Jaon 18 :33)

Araka ny efa nambarako tamin’ny Alahady farany teo, dia androany no andro farany amin’ny taona litorjika, ary mankalaza ny fetin’i Kristy Mpanjakan’izao rehetra izao isika. Izany lohateny « Kristy Mpanjaka » izany dia mety hitarika antsika amin’ny fahadisoana raha tsy mitandrina isika. Ny herin’i Kristy mantsy dia tsy amin’ny tanjaka fa amin’ny fitiavana ao aminy. Ilay satroboninahitra tokana mba napetraka teo amin’ny lohany dia satroboninahitra tsilo. Tsy azo ampitahaina amin’ny mpanjakan’ny tany Izy, Izy izay malemy fanahy sy tsy miavona am-po, feno fanetren-tena. Raha manaiky isika fa Jesosy no mpanjakan’izao rehetra, dia manambara fa izao tontolo, dia tarihiny ho amin’ny fahamarinana, ho amin’ny fiadanana, ho amin’ny fitiavana ary ny fahafahana.

Tao amin’ny vakiteny faharoa isika dia nihaino ny taratasy fanambaran’i Jaona na ny Apokalypsy izany. Izany boky izany dia nosoratana fotoana ela tao aorianan’ny nitsanganan’i Kristy tamin’ny maty. Lozabe ho an’ny Kristiana ny emperoran’i Roma tamin’izany fotoana izany. Ao amin’izao tontolo izao mafy loha sy feno fankahalana no hanambaran’i Jaona ny fandresen’ilay atao hoe Fitiavana. « Izaho no Alfa sy Omega » hoy Jesosy amintsika. Ny Alfa dia ny litera voalohany amin’ny alphabet grec, ary ny Oméga kosa ny farany (toy ny a sy z). Kristy no Alfa sy Omégà satria Izy no fiandohana sy fiafaran’ny zava-drehetra. Tamin’ny alàlany no nahariana ny zava-drehetra. Ary amin’ny farany dia hanolotra ny zavatra rehetra eo am-pelatànan’ny Rainy Izy. Izany no fandresena lehiben’ny fitiavana ny herin’ilay ratsy sy ny fankahalana.

Izany no vaovao mahafaly ho an’ny tontolontsika ankehitriny. Mpanjaka maro no manjaka sy maneho ny fahefany eto amin’ity izao tontolo izao ity. Nampitambesatra, nanampatra ny fahefany tamin’ ireo mahantra izy ireo. Saingy indray andro any, hiafara amin’ny fahafoanana, amin’ny tsy fisiany intsony ny jadona. Hiafara amin’ny firodanana ny rindrina. Ny tantaran’izao tontolo izao, singanina manokana ny tamin’ny taon-jato faha-20 dia manome ohatra maro antsika. Tsy ny ratsy sy ny fankahalana ary ny herisetra no tompon’ny teny farany. Ny fanaovana valifaty dia mainka vao manampy ny herisetra ho amin’ny herisetra. Maro no mahatakatra fa tsy amin’ny herin’ny fitaovam-piadiana no ahazoana fandresena ny ratsy fa amin’ny teny sy ny fitiavana. Isika malagasy dia mahatakatra tsara ilay ohabolana hoe : « ny hery tsy mahaleo ny fanahy ».

Mampiseho amintsika indrindra an’i Kristy eo anoloan’ireo mpiampanga Azy ny Filazantsara. Nanapa-kevitra ny hahafatesany ny mpitarika vahoaka satria manelingelina azy. Dia nentina tany amin’i Pilato Izy mba hifarana eo ny aminy. Tsara avokoa ny fiampangana rehetra mba hanafoanana Azy dia ny fahafatesany. Voampanga ho lehilahy mampidi-doza izay manohitra ny fahefan’ny amperoran’i Roma Izy. Nilaza Izy fa mpanjakan’ny Jiosy. Saingy tsy nitaky na nangataka velively izany titre maha-mpanjakan’ny jiosy izany Jesosy. Indray andro dia Izy no nanoro hevitra ny handoavana hetra ho an’i Kaisara. Fa tsy mitady izay hiaro-tena Izy. Aminy ny zavatra voalohany, dia ny iraka izay nankinin’ny Ray taminy dia ny famonjena ny olona rehetra. Ary nahatoky tamin’izany hatramin’ny farany Izy.

Androany, dia mametraka fanontaniana amintsika toy izay napetrany tamin’i Pilato Jesosy : « Hevitrao ihany va no nanaovanao izany (Ianao va no Mpanjakan’ny Jiosy ?), sa nisy hafa nilaza Ahy taminao ? » Milaza ve ianao fa mpanjaka  aho satria renao tany amin’ny Sekoly Alahady raha mbola kely ianao… satria novakianao tamin’ny boky manana ny maha-izy azy… satria renao tao amin’ny fanompoam-pivavahana ? Isika Kristiana, manambara isika fa Kristy no mpanjakantsika, satria efa nampahafantarina antsika Izy ary nianatra ny momba Azy isika, satria mino izany amin’ny fontsika manontolo isika. Tsy mpanjakan’ny tany i Kristy fa « mpanjakan’ny fo ». Izy no tiantsika hatao, apetraka eo anivon’ny fiainantsika.

« Tsy avy amin’izao tontolo izao ny fanjakako » hoy i Kristy amintsika. Afaka mandry fahalemena i Pilato : fa tsy hanohitra an’i Kaisara Jesosy. Tsy manana mpiambina mba hiady ho Azy izy. Ny mpianatra vitsivitsy izay mba nanaraka Azy vaky nandositra. Ny hany tanjony tokana dia ny « hijoro ho vavolombelon’ny fahamarinana ».Nametraka fanontaniana tsara momba io fahamarinana io Pilato, nefa tsy nihaino ny valiny akory. Tsy nahasarika azy akory ny fahamarinana nambaran’i Jesosy. Tiany ny toerana manaram-penitra maha-olombelona misy azy sy ireo fananany hitany maso. Raha tokony nisafidy ny harena tena izy izay mety nanome lanja ny fiainany izy, dia nifikitra tamin’izay tsy misy dikany.

Nirahina eto amin’izao tontolo izao i Kristy mpanjakan’izao rehetra izao mba hijoro ho vavolombelon’ny Fahamarinana, fa tsy ny fahamarinan’ny foto-pinona iray na fandaharam-pianarana, fa ny fanahin’ny F anekem-pihavanana izay atolony ho antsika miaraka amin’Andriamanitra, dia ilay fanekem-pahasoavana, fanekem-pahamasinana, fanekem-pahamarinana , fanekem-pitiavana sy fiadanana. Rehefa mamaky ny Filazantsara isika dia Izy no miteny amintsika, ny feony no rentsika. Aoka hivavaka aminy isika mba hahatonga antsika hihaino ny teniny ary hahatonga izany ho sakafontsika isan’andro. Ny Fanahy Masina anie hitarika ny hanao ny fahamarinana.

Isaky ny mirava amin’ny fanompoam-pivavahana dia alefa amin’izao tontolo izao isika. Eny no hifanenantsika amin’ny toe-javatra isan-karazany, toy ny fifaliana ; fa misy koa ny alahelo, ny fahoriana, ny fitsapana. Kristy, ilay Mpanjakan’izao rehetra izao dia te-hanasa antsika ny mba hananan’ny tsirairay fomba fijery mitovy amin’ny fijeriny, fijery feno ny fitiavany sy ny halemem-panahiny, amin’ireny toe-javatra ireny. Miantehitra amintsika Izy mba hilaza amin’ireo olona iharan’ireo toe-javatra ireo tsy an-kitsahatra fa tsy ny ratsy no tompon’ny teny farany. Ny fitiavana no mandresy. Aoka isika hangataka amin’ny Tompo mba hanomezany antsika tanjaka sy farisihana mba hiasa mavitrika ho an’ny fanjakan’ny famindrampony, ny fahamarinana sy ny fiadanana. Amena !


Es-tu le roi des Juifs ? (Jn. 18 :33)

Comme je l’ai déjà dit dimanche dernier, aujourd’hui est le dernier de l’année liturgique, nous célébrons la fête du Christ Roi de l’univers. Voilà un titre qui risque de nous induire en erreur si nous n’y faisons pas attention. La puissance du Christ n’est pas celle d’un colosse, c’est celle de son amour. La seule couronne posée sur sa tête fut une couronne d’épines. On ne peut pas le comparer aux rois de la terre, lui qui est « doux et humble de cœur. Si nous reconnaissons en Jésus le roi de l’univers, c’est pour affirmer que le monde est conduit par lui jusqu’à son terme de justice, de paix, de tendresse et de liberté.

Nous avons écouté dans la deuxième lecture un texte de l’apocalypse de Jean. Ce livre a été écrit bien après la résurrection du Christ. L’empereur de Rome était cruel pour les chrétiens. Dans ce monde dur et hostile, Jean annonce le triomphe de celui qui est l’Amour. « Je suis l’alpha et l’oméga » nous dit Jésus. Alpha c’est la première lettre de l’alphabet grec et oméga la dernière (comme a et z). Le Christ est l’alpha et l’oméga parce qu’il est le commencement et la fin de tout. C’est par lui que tout a été créé. Et à la fin, il remettra tout entre les mains de son Père. Ce sera désormais la grande victoire de l’amour sur les forces du mal et de la haine.

Voilà une bonne nouvelle pour notre monde d’aujourd’hui. De nombreux rois y règnent en maîtres. Ils font peser leur pouvoir sur les plus faibles. Mais un jour, les dictatures finissent par disparaître. Les murs finissent par tomber. L’histoire du monde, en particulier celle du vingtième siècle nous en donne de nombreux exemples. Le mal, la haine, la violence n’auront pas le dernier mot. La vengeance ne fait qu’ajouter de la violence à la violence. Beaucoup l’ont compris : Ce n’est pas par la force des armes qu’on peut obtenir la victoire contre le mal mais par celle des paroles et de l’amour. Nous, malgaches, nous comprenons bien le proverbe de « la force ne peut résister à l’esprit ».

L’évangile nous montre précisément le Christ face à ses accusateurs. Les chefs du peuple ont décidé sa mort car il les dérange. On le conduit donc à Pilate pour en finir avec lui. Pour se débarrasser de lui, toutes les accusations sont bonnes. On lui reproche d’être un homme dangereux qui s’oppose à l’autorité de l’empereur de Rome. Il se prétend Roi des juifs. Mais Jésus n’a jamais revendiqué ce titre. Un jour, il a même conseillé de payer l’impôt à César. Mais il ne cherche pas à se défendre. Pour lui ce qui est premier, c’est la mission que son Père lui a confiée, c’est le salut de tous les hommes. Et il veut y être fidèle jusqu’au bout.

Aujourd’hui, Jésus nous pose la même question qu’à Pilate : « Dis-tu cela de toi-même ou bien parce que d’autres te l’ont dit ? » Dis-tu que je suis roi parce que tu l’as entendu à l’école du dimanche quand tu étais petit… parce que tu l’as lu dans des livres sérieux… parce que tu l’as entendu au culte ? Nous chrétiens, nous affirmons que le Christ est notre roi parce que nous l’avons découvert et appris, parce que nous croyons personnellement au plus profond de nous-mêmes. Le Christ n’est pas un roi terrestre mais « le roi des cœurs ». C’est lui que nous voulons mettre au centre de notre vie.

« Ma royauté ne vient pas de ce monde » nous dit encore le Christ. Pilate peut être tranquille : Jésus ne va pas s’opposer à César. Il n’a pas de gardes qui se battront pour lui. Les quelques disciples qui le suivaient se sont enfuis. Son seul but c’est de « rendre témoignage à la vérité ». A ce sujet, Pilate pose la bonne question mais il n’a pas écouté la réponse. La vérité que Jésus lui propose ne l’intéresse pas. Il préfère sa situation humaine bien confortable et les biens qu’il peut toucher. Au lieu de choisir le seul vrai trésor qui aurait pu donner un sens à sa vie, il a préféré la pacotille.

Le Christ roi de l’univers a donc été envoyé dans le monde pour rendre témoignage à la Vérité, non pas la vérité d’une doctrine ou d’un programme mais l’esprit de l’Alliance qu’il nous propose avec Dieu, une alliance de grâce, de sainteté, de justice, d’amour et de paix. Quand nous lisons l’évangile, c’est lui qui nous parle, c’est sa voix que nous entendons. Prions-le qu’il nous rende attentifs à sa parole et qu’elle devienne tous les jours notre nourriture. Qu’il nous donne de faire la vérité sous l’impulsion de son Esprit Saint.

A la fin de chaque culte, nous sommes envoyés dans le monde. Nous y rencontrerons toutes sortes de situations, des joies mais aussi des peines, des souffrances, des épreuves. Le Christ roi de l’univers voudrait nous inviter à porter sur chacun le même regard que lui, un regard rempli de son amour et de sa tendresse. Il compte sur nous pour leur dire inlassablement que le mal n’aura pas le dernier mot. C’est l’amour qui triomphera. Demandons au Seigneur qu’il nous donne force et courage pour travailler activement à son règne de miséricorde, de vérité et de paix. Amen !