Ny fiavian’ny Zanak’olona sy ny antso ho amin’ny fiambenana (Lio 21 :33-36)

Miditra amin’ny fotoanan’ny Advento isika anio. Ny Advento dia fahatongavana, ny fahatongavan’i Jesosy. Ity vanim-potoana ity dia manomana antsika hiaina tsara ny Krismasy. Amin’io andro io tokoa mantsy dia hankalaza am-pifaliana ny fahaterahana sy ny fiavian’i Kristy mpamonjy isika. Saingy ny textes amin’ity Alahady ity dia mitarika antsika lavitra kokoa. Io Jesosy izay hankalazaintsika io ny fahaterahany dia io ihany koa ilay hiverina/ho avy. Amin’izay andro izay dia hitondra ny tantaran’ny olona ho amin’ny farany Izy. Ho zava- mahafinaritra/mahafaly izany. Ny vakiteny amin’ity Alahady ity dia antso ho amin’ny fanantenana. Ny Andriamanitsika dia Andriamanitra mahatoky amin’ny « fampanantenany fahasambarana ».

Mampiray antsika ao amin’izao tontolo izao vakivakian’ny tebiteby ity vaovao mahafaly ity. Miresaka amin’ny vahoaka izay miaritra ny tsy fahombiazana sy ny fahoriana ny mpaminany Jeremia. Manambara aminy ho avy mahafinaritra izy. Ny Andriamanitsika dia Andriamanitra mpamonjy sy mpanafaka. Izy izay nahita ny fahorian’ny vahoakany, ary tsy ny fahoriana hita na tsapa ihany fa ny fahoriana ara-pitondrantena ihany koa (n’est pas seulement la misère matérielle mais aussi la misère morale). Manasa ny mpanota mba hahita ny làlana tsara mankany Aminy Izy. Manam-pitiavana manokana ny manetry tena sy izay tena marefo Izy. Miahy azy ireo manokana Izy. Tanteraka manokana ao amin’i Jesosy ity vaovao mahafaly ity. Ny fiarahana aminy dia midika hoe ao amin’ ny Fanjakan’Andriamanitra satria ao amin’izay misy Azy ny fanjakan’Andriamanitra.

Ny vakiteny hafa dia milaza amintsika ny fihavian’i Jesosy fanindroany. Raha niteny tamin’ireo Tesaloniana i Paoly, dia nanasa azy ireo mba hiomana ho amin’izany fihaviany izany. (« Ary ny Tompo anie…..mba hampiorina ny fonareo tsy hanan-tsiny….amin’ny fihavian’i Jesosy Tompo… (and 12,13)». Hiverina ny Tompo amin’io andro io, miaraka amin’ny anjely rehetra sy ny olo-masina rehetra mba hampiseho amin’ny olona rehetra ny fiavian’ny tontolo vaovaon’Andriamanitra. Asaina isika rehetra mba hiomana am-pahavitrihana amin’izany. Miangavy antsika ny Apostoly Paoly mba hitondrantsika tena araka izany. Manafatrafatra antsika izy mba hikatsaka « fahamasinana tsy misy tsiny eo anatrehan’Andriamanitra Ray ». Tamin’ny andron’ny batisantsika, dia nanolo-tena tamin’ny làlan’ny finoana isika. Tsy hajanona intsony izany fanoloran-tena izany. Mila « mitombo sy miavosa amin’ny fitiavana » tsy an-kitsahatra isika.

Noho izany dia tokony tsy ho afa-po aminà « programa faran’izay kely » isika. Ny filazantsara dia miantso antsika ho amin’ny fiovam-po marina. Tokony hikatsaka isan’andro isan’andro ny amin’izay fitakiana/fangatahana vaovao tadiavin’i Kristy amintsika isika . Eo anoloantsika mandrakariva Izy mba hanasa antsika handresy na hanao mihoatra noho ny vitantsika teo aloha, eo amin’ny sehatry ny fifankatiavan’ny mpiray tam-po : « Manaova ezaka vaovao», hoy i Paoly amintsika. Toa azy ihany koa isika, mila manadino ny lalana izay efa nodiavintsika isika ary hihazakazaka hanatratra ny tanjona » (Fil 3. 14). Io tanjona io dia i Kristy, ny Fanjakany feno fahamarinana, fiadanana ary fitiavana.

Ao amin’ny Filazantsara, milaza amintsika Lioka fa « niresaka tamin’ny mpianany ny amin’ny fiaviany Jesosy ». Aminy dia tsy fiaviana na fiverenana toy ny teo aloha izany. Avy amin’ny fitsanganany amin’ny maty no hihaviany sy mbola hihaviany. Tamin’ny fahafatesany sy nitsanganany tamin’ny maty dia nosokafany ho antsika ny tontolon’Andriamanitra (monde divine) na izao tontolo izao nihavao niaraka tamin’ny nitsanganany, ary natolony ho antsika ny fiainan’Andriamanitra. Ho avy Izy hampiditra antsika ao amin’ny Fanjakan’Andrialmanitra. Tsy ho avy hanorina Fanjakana vaovao eto an-tany Izy. Efa nampitandrina antsika aza Izy hoe : « Ny Fanjakako dia tsy avy amin’izao tontolo izao ». Mampatsiahy antsika ny fetin’i Kristy Mpanjakan’izao rehetra izao, izay vao nankalazaintsika tamin’ny Alahady lasa teo izany. Mpanjaka Jesosy, « Mpiandry ny olombelona rehetra ». Mijery ny tsirairay amin’ny fijery malefaka sy feno fitiavana Izy.

Androany, Jesosy dia manasa antsika « hampitraka ny lohantsika ». Tsy mangataka antsika hijery fara-vodilanitra, izany hoe hitady famantarana Izy. Ny tena zava-dehibe dia ny hiambenantsika mandrakariva mba tsy tratran’ny tampoka. Ny andro ny Zanak’olona  dia hilatsaka « tampoka toy ny harato ». Raha te-hihaona amin’ny Tompo isika dia misy fepetra tsy maintsy atao : ny fiambenana sy ny vavaka. Raha manaraka izany torolalana izany isika dia tsy variana na hatoritory. Ny mpino ihany koa dia tokony « hanantena ». Tokony hijoro ho vavolombelona eo imason’ny olona rehetra izy fa ny fiavian’ny Tompo dia mety ho vaovao tsara. Ny fihavian’ny Tompo irery ihany no afaka manavao antsika tanteraka.

Raha tonga eto amin’ity Fiangonana ity isika dia nisafidy ny hanalavitra ny fihetsiketsehana ara-barotra rehefa akaiky ny Krismasy. Hitantsika tsara izany : manolotra antsika isan’andro « Krismasin’ny nofinofy » (Noel de rêve) ny dokam-barotra. Amin’izao vanim-potoanan’ny Advento izao dia miantso antsika ny Tenin’Andriamanitra : « Mitandrema, fandrao ny fonareo hovesaran’ny vokatry ny fisotroan-toaka sy ny fahamamoana ary ny fiahiahian’izao fiainana izao ». Miantso antsika hiaina isan’andro amin’ny fomba malala-tànana ao amin’ny fitiavana  ny Filazantsara. Tsy ho tanteraka izany raha tsy miombom-po amin’i Kristy isika, Izy izay feno ny fitiavana an’ izao rehetra izao. Izany no mahatonga ny Krismasy mampiditra antsika ao anaty fifaliana lehibe.

Amin’izao làlan’ny advento izao dia eo ny Tompo. Tonga mpiara-dàlana amintsika sy ho sakafontsika Izy. Izy Ilay manambara amintsika ny fanafahana antsika. Izany no mahatonga Azy manafatrafatra antsika mba hiambina sy hivavaka. Isaky ny maraina no ambohim-pihaonana/fihaonana amin’i Jesosy sy ny Filazantsarany. Hanavao ny fifantohantsika amin’Andriamanitra amin’ny asantsika sy amin’ireo olona izay mety hifanena amintsika isika amin’izany. Ary indrindra, tsy havelantsika mihitsy ny vavaka. Miankina amin’ny vavaka no hitsarana antsika hoe mendrika raha hiseho mitsangana eo anatrehan’ny Zanak’olona isika amin’ny fiafaran’ny fiainantsika sy amin’ny fara-andro. Amena.


La venue du Fils de l’homme et l’appel à veiller (Lc 21 :25-36)

Nous entrons aujourd’hui dans le temps de l’Avent. L’Avent, c’est l’avènement, la venue de Jésus. Cette période nous prépare à bien vivre Noël. Ce jour-là, nous fêterons dans la joie la naissance et la venue du Christ sauveur. Mais les textes de ce dimanche nous orientent plus loin. Ce Jésus dont nous allons fêter la naissance est aussi celui qui reviendra. Ce jour-là, il mènera l’histoire des hommes à son terme. Ce sera un événement heureux. Les lectures de ce dimanche sont un appel à l’espérance. Notre Dieu est un Dieu fidèle « à sa promesse de bonheur ».

Cette bonne nouvelle nous rejoint dans un monde traversé par l’angoisse. Le prophète Jérémie s’adresse à un peuple qui souffre de la défaite et de la misère. Il lui annonce un avenir merveilleux. Notre Dieu est le Dieu sauveur et libérateur. Il est celui qui a vu la misère de son peuple, pas seulement la misère matérielle mais aussi la misère morale. Il invite les pécheurs à retrouver la bonne route vers lui. Il a un faible pour les plus humbles et les plus fragiles. Il veille spécialement sur eux. Cette bonne nouvelle se réalise spécialement en Jésus. Avec lui c’est le Royaume de Dieu qui est là.

Les autres lectures nous parlent bien plus de la seconde venue de Jésus. S’adressant aux Thessaloniciens, Paul les invite à s’y préparer. Ce jour-là, le Seigneur reviendra, accompagné de tous les anges et de tous les saints pour manifester à tous la venue du monde nouveau de Dieu. Nous sommes tous invités à nous y préparer activement. L’apôtre Paul nous supplie de nous conduire en conséquence. Il nous recommande de rechercher « une sainteté sans reproche devant Dieu le Père ». Au jour de notre baptême, nous nous sommes engagés sur les sentiers de la foi. Il n’est plus question de s’arrêter. Il nous faut sans cesse « croître et abonder dans l’amour ».

Nous n’avons donc pas à nous contenter d’un « programme minimum ». L’évangile nous appelle à une vraie conversion du cœur. Il nous faut repartir chaque jour à la découverte des nouvelles exigences du Christ. Il est toujours devant nous pour nous inviter à vaincre les records de la veille dans le domaine de l’amour fraternel : « Faites de nouveaux progrès » nous dit  Paul. Comme lui, il nous faut « oublier le chemin déjà parcouru et courir vers le but » (Phil 3. 14). Ce but, c’est le Christ, c’est son Royaume de justice, de paix et d’amour.

Dans l’évangile, Luc nous dit que « Jésus parlait à ses disciples de sa venue ». Il ne s’agit pas pour lui de revenir comme avant. C’est en ressuscité qu’il va venir et qu’il continue à venir. Par sa mort et sa résurrection, il nous ouvre le monde divin ; il nous offre la vie divine. Il va venir pour nous faire entrer dans le Royaume de Dieu. Il ne vient pas établir un nouveau Royaume terrestre. Lui-même nous a prévenus : « Mon Royaume n’est pas de ce monde ». C’est ce que nous rappelait la fête du Christ Roi de l’univers dimanche dernier. Jésus est un roi « Berger de toute humanité ». Il porte sur chacun un regard rempli de sa tendresse et de son amour.

 

Aujourd’hui, Jésus nous invite à « lever la tête ». Il ne nous demande pas de surveiller l’horizon. Le plus important c’est que nous restions sur nos gardes pour ne pas être surpris. Le jour du Fils de l’Homme s’abattra « soudain comme un filet ». Si nous voulons aller à la rencontre du Seigneur, des précautions s’imposent : la vigilance et la prière. Si nous suivons cette consigne, nous ne seront pas trouvés distraits ou endormis. Le croyant doit aussi être un « espérant ». Il doit témoigner aux yeux de tous que la venue du Seigneur ne peut être qu’une bonne nouvelle. Elle seule est capable de nous renouveler radicalement.

 

En venant ici dans cette église, nous avons choisi de nous retrouver loin de l’agitation commerciale qui se manifeste à l’approche de Noël. Nous le voyons bien : les publicités nous proposent chaque jour « un Noël de rêve ». En ce temps de l’Avent, la Parole de Dieu nous interpelle : « Ne laissez pas vos cœurs s’appesantir dans la débauche, l’ivrognerie et les soucis de la vie ». L’Evangile nous appelle à vivre chaque jour de manière généreuse dans l’amour. Cela ne sera possible que si nous sommes unis au cœur de Jésus, lui qui est rempli d’un amour universel. C’est ainsi que Noël nous fera entrer dans une grande joie. 

 

Sur ce chemin de l’Avent, le Seigneur est là. Il se fait notre compagnon de route et notre nourriture. Il est Celui qui nous annonce notre délivrance. C’est pour cette raison qu’il nous recommande de rester éveillés et de prier. Chaque matin est une retrouvaille de Jésus Christ et de son Evangile. On reprend la résolution d’être attentifs à Dieu, à notre tâche et aux personnes que nous allons rencontrer. Et surtout, ne lâchons jamais la prière. Grâce à elle, à la fin de notre vie et à la fin des temps, nous serons jugés dignes de paraître debout devant le Fils de l’homme.