Amboary ny làlan’i Jehovah (Lio 3 :1-6)

Ny Filazantsara amin’ity Alahady ity dia manomboka amin’ny anarana misesisesy : ny emperora Tiberio, Pilato, Heroda, Filipo ary ireo sasany hafa. Olona mendri-kaja izay nanamarika ny tantara tamin’ny fotoanany izy ireo, fa adino  taty aoriana. Saingy zava-dehibe ireo anarana ireo satria mamela antsika hahatakatra ny zava-misy tany Palestine tamin’ny fotoan’andron’izy ireo. Palestine dia firenena nipetrahanà tafika vahiny. Voan’ny tsindry hazo lena vokatr’izany, ireo vahoaka madinika, nesorina tamin’ny fananany. Ireo izay niezaka nanohitra dia nogadrain’ny miaramila romana. Fahadisoam-panantenana tanteraka izany no niainan’ity firenena ity.

Eo anatrehan’ireo olona fanta-daza izay mipetraka tao an-dapa ireo, dia manana an’i Jaona Mpanao batisa isika. Nivantana taminy tany an’efitra ny Tenin’Andriamanitra. Satria tany an’efitra no voalamina tsara handraisana izany. Rehefa nandray izany teny izany izy, dia maika ny hanambara izany manerana ny faritr’i Jordana. Ny hafany dia tsy misy ifandraisany aminà-fikomiana hanoherana ireo mpanjanaka vahiny dia ny romana. Manana zavatra vitsivitsy tena manan-danja hangatahina i Jaona Mpanao batisa : manasa ny olona mba hiova fo na hibebaka izy, manasa ny olona hanomana ny làlan’ny Tompo izy, manasa ny olona handravona (mampitovirano) ny làlana izy, manasa ny olona hanototra ny lavadavaka izy. Izany dia fandraisan’ny olona rehetra ny « famonjen’Andriamanitra », izany hoe ny fitiavany mpamonjy.

Miantefa amintsika amin’ny fotoan-tsarotra sy mampahory lalovantsika matetika ity hafatr’i Jaona Mpanao batisa ity. Tsy mangataka antsika handray fiadiana na handeha hanao fihetsiketsehana hanohitra ny tsy fahamarinana/tsy rariny izy (na dia ilaina aza izany indraindray). Izay tiany holazaina amintsika dia tena zava-dehibe :  maniraka antsika fotsiny ny hitodihantsika/hijerentsika ny fiainatsika izy. Ireo tendrombohitra izay tsy maintsy haetrintsika/aravontsika dia ireo hadalana maha-olombelona, ireo herisetra, ny lolompo miraikitra izay maharitra amam-bolana sy aman-taona, ny avonavona izay mamoritra antsika amintsika ihany. Ireo lavadavaka izay tsy maintsy totofantsika dia ny tsy firaharahiantsika, ny fandavantsika tsy handray andraikitra na ny fialangalanana. Ny làlana tokony harenina dia ny fahatsiarovan-tenatsika izay matetika miolakolaka (feno fihatsaram-belatsihy). Tena ilaina tokoa io fiovam-pontsika/fibebahantsika io raha te-handray ny famonjen’Andriamanitra isika.

« Amboary ny làlan’i Jehovah… ». Ny asa fanamboaran-dàlana dia asa goavana. Mba hanatontosana izany tetikasa izany (chantier), dia ilaina ny fampiasana fitaovana vaventy (gros engins) toy ny « tractopelles, bulldozers, camions… ». Ny fahavitan’izany làlana izany no ahafahan’ny mponina mivezivezy mora kokoa avy amin’ny tanàna irey mankany amin’ny tanàna hafa. Isika Kristiana ankehitriny dia mila manamboatra ny làlan’i Jehovah ao amin’ny fiainantsika, eo amin’ny Fiangonantsika isika, eo amin’ny tontolontsika isika. Mba hahatongavana amin’izany dia ilaina ny fanesorana izay misakantsakana (grand déblayage). Ny bulldozer ampiasaintsika entina manatanteraka izany dia ny vavaka. Ny vavaka no mampisokatra antsika  amin’Andriamanitra sy amin’ny hafa. Amin’ny alàlan’ny vavaka no ahafahantsika mampifanitsy ny tenantsika amin’io Andriamanitra izay fitiavana io.

Ny manamboatra ny lalan’i Jehovah, dia ny mba hivononantsika amin’ny fihaviany. Ny manamboatra ny làlan’i Jehovah dia ny fandraisantsika andraikitra mavitrika ao amin’ny komitin’ny Fiangonana mba hahatonga azy ho velona kokoa, misokatra kokoa ary mahay mandray olona kokoa. Amin’izany koa, isika rehetra dia manana havoana haetry sy lavadavaka hototofana. Ity asa fanamboarana sy fanoloran-tena manokan’ny tsirairay ity dia tena ilaina tokoa. Tena manan-danja lehibe amin’izany ny fandraisana anjara. Ny anjarantsika dia ny mandray ny Tompo izay ho avy sy manao izay hahitan’ny olona rehetra ny famonjen’Andriamanitra.

Miaina ao amin’ny tontolo izay ahitana vaovao ratsy isan’andro isika. Indraindray isika dia mahatsapa amin’ny fotoana sasany fa mamotika antsika ny ratsy. Ao anatin’izany toe-javatra izany dia tsara ho antsika ny mandre sy mandray ny vaovao mahafaly amin’ity Alahady ity : « Tonga Jesosy ». Eto Izy, eto afovoantsika. Rehefa miaraka Aminy, dia tsy ny ratsy no tompon’ny teny farany. Ao amin’i Jesosy no tonga ho an’ny olona rehetra ny famonjen’Andriamanitra. Ny Filazantsaran’i Jaona dia miteny amintsika fa : « tian’Andriamanitra loatra izao tontolo izao izay nomeny ny Zanany lahitokana ». Ny fitiavany dia ho tonga hatrany amin’ny fandatsahany ny ràny ho an’ny maro. Tiany haverina amin’ny olona rehetra sy ny tsirairay ny fahamendrehany amin’ny maha-zanak’Andriamanitra azy. Tena ilaina tokoa ny hameno ny tany ny fitiavana izay ao amin’Andriamanitra.

Tamin’ny alàlan’i Jaona Mpanao batisa, dia tian’ny Tompo hosokafana ho amin’ny fahazavany ny masontsika. Ao amin’i Jesosy dia omena antsika maimaimpoana ny famonjen’Andriamanitra, ary tsy miankina amin’ny fahamendrehantsika izany. Hivavaka Aminy isika ho an’izao tontolo izao izay matetika feno aizina sy herisetra. Aoka tsy ho hadinontsika ny hevitry ny anarana hoe Jesosy : « Jehovah no Mpamonjy ». Izy no fahazavana mandrakizay izay manazava ny alintsika/aizintsika. Tsy mitsahatra mandondona eo am-baravarantsika Izy mba hilaza amintsika fa tia antsika ary miandry antsika.

Maro ireo olona manerana izao tontolo izao no manomana ny hankalaza ny Krismasy. Saingy maro no miaina io andro io, no manadino ilay tokony ho ivon’io fankalazana io. Ny hoe manomana ny Krismasy dia midika aloha hoe mandray an’i Jesosy izay tonga, mihaino ny Fanahiny Masina, ary mandeha mankany an’efitra mba handre tsara kokoa ny antsony. Amin’ny alalan’ny Fanasan’ny Tompo izay mampiray antsika indroa Alahady isam-bolana, dia tonga Izy hanazava antsika sy hanome antsika ny fiainana. Hivavaka Aminy isika mba ahafahany mampitombo ao amintsika ny fiainany feno fahamasinana. Amena !


Préparez le chemin du Seigneur (Luc 3 :1-6)

L’évangile de ce dimanche commence par une série de noms : L’empereur Tibère, Pilate, Hérode, Philippe et quelques autres. Ce sont des hauts dignitaires qui ont marqué l’histoire de leur époque, puis on les a oubliés. Mais ces noms sont importants car ils nous permettent de comprendre la situation de la Palestine à leur époque. C’était un pays occupé par une armée étrangère. Le petit peuple était opprimé, dépouillé de ses biens. Ceux qui tentaient de s’opposer étaient violemment réprimés par les soldats romains. Pour ce pays, c’était la désespérance complète.

Face à ces gens prestigieux qui vivent dans les palais, nous avons Jean Baptiste. C’est à lui que la Parole de Dieu est adressée dans le désert. C’est en effet dans le désert que l’on est le mieux disposé pour l’accueillir. Ayant reçu cette parole, il s’empresse de la proclamer dans toute la région du Jourdain. Son message n’a rien à voir avec une révolte contre l’occupant étranger. Jean Baptiste a quelque chose de bien plus important à demander : il invite les gens à se convertir, à préparer les chemins de Seigneur, aplanir les routes, combler les ravins. Il s’agit pour tous d’accueillir le « salut de Dieu » c’est à dire son amour sauveur.

Ce message de Jean Baptiste nous rejoint dans l’époque troublée et souvent douloureuse qui est la nôtre. Il ne nous demande pas de prendre les armes ni d’aller manifester contre les injustices (même si c’est parfois nécessaire). Ce qu’il a à nous dire est bien plus important : il nous renvoie tout simplement à notre vie. Ces montagnes qu’il nous faut aplanir, ce sont celles de la bêtise humaine, celles de la violence, de la rancune tenace qui dure des mois et des années, c’est l’orgueil qui nous replie sur nous-mêmes. Les fossés qu’il nous faut combler ce sont ceux de notre indifférence, notre refus de nous engager. Les routes à redresser, ce sont celles de notre conscience souvent tordue. Cette conversion de nous-mêmes est absolument nécessaire si nous voulons accueillir le Salut de Dieu.


« Préparez les chemins du Seigneur… ». Construire une route cela représente des travaux importants. Pour mener à bien ce chantier, on utilise de gros engins, des tractopelles, des bulldozers, des camions…. C’est à ce prix que les populations pourront circuler plus facilement d’une ville à l’autre. Nous chrétiens d’aujourd’hui, nous avons à préparer les chemins du Seigneur dans notre vie, notre Eglise, notre monde. Pour y parvenir, un grand déblayage s’impose. Et notre bulldozer ce sera la prière. C’est elle qui nous ouvre à Dieu et aux autres. C’est par la prière que nous parviendrons à nous ajuster à ce Dieu qui est amour.

Préparer les chemins du Seigneur c’est nous rendre disponibles à sa venue. C’est nous engager activement au sein de la communauté paroissiale pour qu’elle devienne plus vivante, plus ouverte et plus accueillante. Là aussi, nous avons tous des collines à rabaisser et des fossés à combler. Ce travail de préparation et cet engagement personnel de chacun sont absolument indispensables. L’enjeu est de la plus haute importance. Il s’agit pour nous d’accueillir le Seigneur qui vient et de faire en sorte que tout homme voie le salut de Dieu.

Nous vivons dans un monde où les mauvaises nouvelles arrivent chaque jour. Parfois, nous avons l’impression que le mal nous écrase, au moins à certaines heures. C’est dans ce contexte qu’il nous est bon d’entendre et d’accueillir la bonne nouvelle de ce dimanche : « Jésus vient. » Il est là au milieu de nous. Avec lui, le mal n’aura pas le dernier mot. En Jésus, c’est le Salut de Dieu qui arrive pour tous les hommes. L’évangile de Jean nous dit que « Dieu a tellement aimé le monde qu’il lui a donné son Fils unique. » Son amour ira jusqu’à verser son sang pour la multitude. Il veut redonner à tous et à chacun sa dignité d’enfant de Dieu. Il est absolument essentiel que la terre soit remplie de l’amour qui est en Dieu.

Par l’intermédiaire de Jean Baptiste, le Seigneur veut ouvrir nos yeux à sa lumière. En Jésus, c’est le Salut de Dieu qui nous est offert gratuitement et sans mérite de notre part. Prions-le pour ce monde trop souvent rempli de ténèbres et de violence. N’oublions pas que le nom de Jésus signifie « le Seigneur sauve. » Il est la Lumière éternelle qui vient illuminer notre nuit. Il ne cesse de frapper à notre porte pour nous dire qu’il nous aime et qu’il nous attend.

Ils sont nombreux dans le monde ceux et celles qui se préparent à fêter Noël. Mais beaucoup vont vivre ce jour en oubliant celui qui devrait être au centre de cette fête. Préparer Noël, c’est d’abord accueillir Jésus qui vient, c’est se mettre à l’écoute de son Esprit Saint, c’est aller au désert pour mieux entendre son appel. Par la Sainte Cène qui nous rassemble deux dimanches par mois, il vient nous éclairer et nous rendre la vie. Prions-le afin qu’il fasse grandir en nous sa vie divine.