NY FOTOTRY NY FAHASAMBARANA KRISTIANA (Sal 84/12 )

 

Efa programan’Andriamanitra hatrany am-piandohana ny hahasambatra ny olona ka nametrahany azy tao amin’ny saha Edena. Napetrany teo anoloan’I Adama sy Eva ny tsara sy ratsy, na ny fiainana sy ny fahafatesana tamin’ny alàlan’ilay hazo fahalalana ny tsara sy ny ratsy izay naniry teo afovoan’ny saha. Satria tian’Andriamanitra ny hahasambatra ny olona  dia nanaja ny safidin’ny olombelona Izy, ka na dia nampitandremany aza ny olombelona tsy hikasika ilay hazo fahalalana ny tsara sy ny ratsy dia tsy nankato izany fa nikasika ihany ary nihinana mihitsy. Izany hoe aleon’ny olombelona nifidy ny fahafatesana noho ny fiainana, ka dia tafasaraka tamin’Andriamanitra izy.

Tsy nijanona tamin’izao anefa Andriamanitra fa nitady ny làlana rehetra hiverenan’ny fahasambaran’ny olombelona. Ary izany no mitondra antsika hibanjina ity lohahevitra ity hoe: ny fototry ny fahasambarana Kristiana! Hevitra 2 no andeha ho tsoahina amin’ny alalan’izany lohahevitra izany!

I – Ny fahatokiana an’Andriamanitra!

Ny fanontanina mipetraka, ry Havana, dia ny hoe: ahoana moa izany hoe matoky an’Andriamanitra izany? Alohan’ny hamaliana izany fanontaniana izany dia handeha aloha ho jerena vetivety ireo fahasambarana asehon’ny Salamo 84, manomboka eo amin’ny and.4:

Vao manomboka any amin’ny and.4 dia efa ambaran’ny mpanao Salamo fa “sambatra izay mitoetra ao an-tranonao”. Handray fitahiana avy amin’Andriamanitra ireo izay mankany an-tranony mitady ny fanatrehany. Anisan’izany fitahiana raisina avy aminy izany, ankoatra ny fanatrehany, ny fahazoana herim-panahy vaovao avy Aminy (and 5-7), ny valim-bavaka omeny (and 8) ary ny fahasoavana sy ny voninahitra omeny amin’ny alalan’ny tsodranony. Ary ny tena zava-dehibe dia ny and 11 manao hoe: “tsy hiaro zava-tsoa amin’izay mandeha amin’ny fahitsiana Izy”. Izany hoe: voatokana ho an’ireo mpino izay miezaka amin’ny fony rehetra hiaina am-pahitsiana araka an’Andriamanitra ity teny fampanantenana ity. Ary dia tamàna mankao amin’ny tranon’I Jehovah izy ireo satria matoky Azy. Izany no mahatonga ny mpanao Salamo mamarana  hoe: “Jehovah Tompon’ny maro ô, sambatra izay olona matoky Anao”. Ny fahatokina an’I Jehovah no tena fahasambarana!

Fa “izay matoky an’I Jehovah dia tahaka ny tendrombohitra Ziona, izay tsy mihetsika fa mitoetra mandrakizay” (Sal 125:1). Izany hoe na hatsiaka mamanala, na hain’andro mahamay dia tsy mihetsika ny tendrombohitra fa eo mandrakariva. Toy izany ny olona matoky an’I Jehovah, na inona na inona zava-miseho eo amin’ny fiainany dia matoky mandrakariva an’I Jehovah izy.  Voalazan’I Jeremia rahateo fa “ho voaozona izay olona matoky olona, ary ho tahiana kosa izay olona matoky an’I Jehovah dia izay manana an’I Jehovah ho tokiny. Fa ho toy ny hazo ambolena eo amoron-drano izy, izay mamaka eo anilan’ny rano mandeha. Ka tsy hatahotra, na dia avy aza ny hainandro, sady ho maitso ny raviny. Ka tsy hanahy izy, na dia mihantona aza ny andro. Fa tsy hitsahatra ny famoniny (Jer 17:5-8).

II – Ny fanafoanana ny maha-izy ahy ka mamela an’I Kristy ho velona ao amiko (Gal 2:20).

Na dia nambara aza  fa ny fahatokiana an’Andriamanitra dia anisan’ny fototry ny fahasambaran’ny Kristiana, dia tsy ampy izany fa dingana voalohany ihany iny, fa misy dingana lalindalina kokoa hitondran’Andriamanitra antsika, na ny marimarina kokoa hirosoantsika rehefa tena matoky azy isika. Izany dingana izany dia ny fiovantsika tanteraka amin’ny alalan’ny fibebahana dia ny fandraisana an’I Kristy ho Tompontsika. Taloha dia ny tenantsika ihany no tompontsika sy mibaiko antsika. Fa rehefa an’I Kristy kosa isika dia miara-miombom-peo amin’I Paoly hoe: “tsy izaho intsony no velona, fa Kristy no velona ato anatiko” (Ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi). Noho izany, ny famelàna an’I Kristy hanapaka sy hitondra ny fiainantsika dia tsy inona fa fandàvana ny maha-isika antsika, fandavana ilay “moi” na ilay “ego” ao anatintsika ao. Fa hoy ny Tompo: “Raha misy olona ta-hanaraka Ahy, aoka izy handà ny tenany sy hitondra ny hazo fijaliany ka hanaraka Ahy” (Mat 16:24). Izany mandà ny tena izany, anie ry Havana, tsy inona fa fandàvana ilay “moi” ao anaty ao ka mamela an’I Kristy hanjaka tokana eo amin’ny fiainantsika. Fa raha mbola ilay “moi” no manjaka dia tsy hahita fahasambarana isika, tsy hahita fifaliana satria ny “moi” n any “ego” ao amintsika no rangitin’I Satana ho lasa égoïsme, ary io égoïsme io no fototry ny fahantrana  satria tiantsika ho antsika daholo ny zavatra rehetra, te-hanana maha-izy azy eto amin’izao tontolo izao isika, te-hivoky hanangona ny zavatra rehetra isika nefa tsy mety afa-po…. Fa toa misy tsy ampy foana eo amintsika. Izany hoe tsy mahita fahasambarana. Ary ny égoïsme no loharanon’ny faharatsiana rehetra eto amin’izao tontolo izao.

Ny olona manana an’I Kristy velona ao aminy kosa dia tsy toy izany; marina fa mafy ny asa fijoroany vavolombelona ataony, na eo amin’ny fianakaviana izany, na eo amin’ny mpiara-monina. Mafy ny asa fanompoana ao amin’ny Fiangonana ary matetika hahazoana fanejehana sy fanaratsiana. Kanefa tsy mampitsoaka azy izany fa ahitany fifaliana sy fahasambarana mandrakariva ny fanaovana azy. “Mahalala ny hevitra iheverana ny mpanompony rahateo Andriamanitra dia hevitra hahatonga fiadanana fa tsy loza. Tia antsika foana Izy na dia eo aza ny tsy fahatokiantsika Azy, “fa na dia tsy matoky Azy aza isika dia mahatoky ihany Izy, fa tsy mamazo mandàny tenany” (II Tim 2:13).  

Koa raha te-hahatsapa sy hiaina amin’ny fahasambarana ianao dia avelao Jesoa Kristy hitondra ny fiainanao fa tonga Izy mba hananantsika fiainana be dia be (Jao 10/10) sy namela ny fadanany ho lovantsika. Ary ny fiadanany dia tsy tahaka ny fanomen’ izao tontolo fa fiadanana mandrakizay.

Raha fintinina izay voalaza izay, dia izao no azo ambara: tsy misy na olona iray aza tsy mitady fahasambarana! Saingy ny fitadiavana izay fahasambarana izay no samy hafa. Misy mitady fahasambarana amin’ny fananana vola aman-karena, misy mitady fahasambarana amin’ny fitadiavana fahafinaretana (dihy, fisotroana, filokàna…), misy mitady fahasambarana amin’ny asa fanaovan-tsoa, misy mitady fahasambarana amin’ny famonjena fanompoam-pivavahana, sns… Fa ny nambara taminao androany dia zavatra roa loha no fototry ny fahasambarana Kristiana dia: “ny fahatokiana an’Andriamanitra” sy “ny fanafoanana ny maha-izy azy ka mamela an’I Kristy ho velona ao anaty”. Mifameno ireo ary tsy azo sarahina. Te-ho sambatra ve ianao? Hoy ny mpanao Salamo: “Jehovah, Tompon’ny maro ô, sambatra izay olona matoky Anao”. Amena!


LES FONDEMENTS DU BONHEUR CHRETIEN (Ps 84 :13)

Dès le commencement, le but initial de Dieu était de rendre l’homme heureux, c’est pourquoi il l’a installé dans le jardin d’Eden. Il a mis devant Adam et Eve le bien et le mal, ou la vie et la mort à travers de l’arbre de la connaissance du bien et du mal qui poussait au milieu du jardin. Puisque Dieu préfère de rendre heureux l’homme, il a obéit le choix humains, même qu’il a déjà averti l’homme de ne pas toucher l’arbre de la connaissance du bien et du mal,  ce dernier l’a malheureusement désobéi et touchait l’arbre et mangeait ses fruits. Ce qui veut dire que l’homme a choisit la mort au lieu de la vie, par conséquent, il est donc éloigné de Dieu, il est séparé de Dieu.

Dieu ne s’est pas arrêté là mais il a recherché tous les moyens pour ramener le bonheur de l’humanité. Et cela nous amène à méditer ce thème : Les fondements du bonheur chrétien ! Nous allons tirer de ce thème les deux sujets suivants :

I – La confiance en Dieu !

La question qui se pose, chers amis, est la suivante : que signifie « avoir confiance en Dieu » ? Avant de répondre à cette question, jetons un œil au bonheur présenté par le Psaume 84 à partir du verset 5. A partir de ce verset, le psalmiste a déjà proclamé que « heureux ceux qui habitent ta maison ». Ceux qui vont dans sa maison et cherche sa présence recevront la bénédiction de Dieu. Ces bénédictions reçues, en plus de sa présence, comprennent une bénédiction lui permettant de gagner une nouvelle force spirituelle de sa part (v.6-8), la réponse à la prière (v.9) et la grâce et la gloire qu’il a données à travers sa bénédiction. Et le plus important, c’est le verset 12 : « il ne refuse aucun bien à ceux qui marchent dans l’intégrité ». Cela veut dire que cette promesse est dédiée aux croyants qui s’efforcent de vivre avec la droiture divine. Et ils sont fréquemment venus à la maison du Seigneur, parce qu’ils se sont fiés à lui. C’est pourquoi le psalmiste conclut : « O ! Eternel des armées ! Heureux l’homme qui se confie en toi » ! Alors, le vrai bonheur est la confiance en l’Eternel !

Mais « ceux qui se confient en l’Eternel sont comme la montagne de Sion : elle ne chancelle point, elle  est affermie pour toujours » (Ps 125 :1). C’est-à-dire que ni la neige froide, ni les bouffées de chaleur, la montagne ne bouge pas mais elle est toujours là. Telle est la personne qui fait confiance à l’Eternel, quelque soit la situation qui se manifeste dans sa vie, elle fait toujours confiance à Dieu. Jérémie a déjà prédit que « Maudit soit l’homme qui se confie dans l’homme, et béni soit l’homme qui se confie dans l’Eternel, et dont l’Eternel est l’espérance. Il est comme un arbre planté près des eaux, et qui étend ses racines vers le courant. Il n’aperçoit point la chaleur quand elle vient, et son feuillage reste vert. Dans l’année de la sécheresse, il n’a point de crainte, et il ne cesse de porter du fruit » (Je 17 :5-8).

II – L’abolition de mon identité et de laisser Christ vivra en moi (Ga 2 :20).

Bien qu’il ait été affirmé que la confiance en Dieu est l’un des fondements du bonheur chrétien, cela ne suffit pas, c’est un premier pas ; mais il existe un processus plus profond pour que Dieu nous guide, ou agisse quand nous lui faisons vraiment confiance. Ce processus est notre conversion complète par la repentance qui consiste à accepter Christ comme notre Seigneur. Dans le passé, nous sommes nous-mêmes nos maîtres et nos commandants. Mais quand on est en Christ, quand nous appartenons à Christ, nous sommes d’accord avec Paul en disant : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi ». Par conséquent,  l’action de laisser Christ à gouverner et à mener nos vies n’est qu’un refus de notre identité, le rejet du « moi » ou de l’ « ego » en nous. Mais le Seigneur dit : « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive » (Mt 16 :24). « Renoncer à lui-même », chers amis, c’est ne que de « nier » le « moi » intérieur et laisser le Christ régner uniquement dans nos vies. Mais si le « moi » reste encore régner en nous, nous ne trouverons pas le bonheur, nous ne trouverons pas la joie parce que le « moi » de l’  « ego » en nous excité par Satan sera devenu « égoïsme », et c’est cet égoïsme qui est à la base de la pauvreté ; parce nous aimons avoir tout pour nous-mêmes, nous voulons être une personne renommée dans ce monde, nous voulons être rassasiés et voulons amasser toutes choses mais n’arrivons pas à être satisfaits…Mais il semble encore y avoir quelque chose qui manque en nous. C’est-à-dire, on n’a pas trouvé du bonheur. Et l’égoïsme est la source de tous les maux du monde.

Cependant, la personne qui a le Christ vivant en lui, est différente à tout cela ; il est vrai que l’action de rendre témoignage dans la famille ou dans la société, n’est pas facile, elle est très dure.  De même pour le service religieux qui est souvent suivi des persécutions et des insultes. Mais tout cela ne la décourage pas, elle n’a pas envie de se retirer ou de se reculer mais elle a toujours trouvé de la joie et du bonheur en réalisant sa mission. « Dieu connaît des projets qu’il a formés à l’avance pour ses serviteurs, projets de paix et non de malheur. Il nous aime toujours malgré notre infidélité, « si nous sommes infidèles, il demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même » (II Ti 2 :13).

Donc, si tu veux ressentir et jouir du bonheur, laisse Jésus-Christ apporter ta vie car il est venu afin que nous ayons une vie dans l’abondance (Jn 10 :10), et a laissé sa paix à notre héritage ! Et sa paix, il ne nous la donne pas comme le monde la donne, mais une paix éternelle.

En résumé, il est possible de dire qu’aucune personne ne cherche le bonheur ! Mais la façon de le chercher est différente. Il y a ceux qui le cherchent dans l’action d’amasser des biens matériels, dans la distraction et le plaisir (danse, l’action de boire, l’action de parier…), dans l’action sociale de bienfaisante, dans la fréquentation de culte, etc... Mais pour ce qui t’a été révélé aujourd’hui,  le bonheur chrétien s’est fondé sur deux choses : « la confiance en Dieu » et « l’abolition de l’identité et de laisser Christ vivre en soi ». Ils sont complémentaires et indissociables. Veux-tu être heureux ? Le Psalmiste dit : « Eternel des armées ! Heureux l’homme qui se confie en toi ! » Aie confiance en Dieu seul ! - Amen !