« Aiza Ilay teraka ho Mpanjakan’ny Jiosy ? » (Mat 2 :1-12)

Tsy hita afa-tsy ao amin’ny Filazantsaran’i Matio irery ihany ny tantaran’ny « famangian’ny magy ». Manome antsika fampahalalana kely momba ireo magy malaza sy saro-pantarina izany,  izay namoronana tantara malaza fantatry ny olona momba ireo magy kanefa mihataka tanteraka amin’ny teksa fototra ara-baiboly. Satria ny Baiboly dia tsy miresaka momba ny isan’izy ireo na ny toerana misy azy eo amin’ny fiaraha-monina na eo amin’ny lafiy ara-pivavahana, na ny anarany, na ny firenena nihaviany, na ny volon-kodiny, na ny lokony. Andao hadinoina ny « tantara malazan’ny magy » (araka izay namoronan’ny olona azy) mba hifantohana amin’ny fitantaran’ny Baiboly. Andao isika hanaraka ireo magy ireo, izay eo am-pikatsahana an’Andriamanitra, fitadiavana fisiana izay fintinin’izy ireo amin’ny fametrahana fanontaniana hoe : « aiza Ilay teraka ho Mpanjakan’ny Jiosy ? »

 

Azo antoka, ary azontsika an-tsaina fa olona manam-pahaizana (savants) ireto magy ireto, amin’ny fahaizany mandinika ny lanitra sy ny kintana, sy ny fahaizany manazava ny famantarana ny zava-mitranga izay hiseho eto an-tany sy eo anivon’ny olombelona. Ary tamin’ity tranga ity, dia nahita kintana hafahafa teny atsinanana, avy any amin’ny fiposahan’ny masoandro ny magy. Ho azy ireo dia manana endrika miavaka tsy mitovy amin’ny hafa ity kintana ity : nadikan’izy ireo ho famantarana ny fahatongavan’ny mpanjakan’ny Jiosy eto ambonin’ny tany izany, dia ny fihavian’ny Mesia eo anivon’ny olombelona. Ankoatry ny maha-famantarana azy, dia fanambarana avy amin’Andriamanitra ho azy ireo io.

Izany no nahatonga azy ireo nandeha sy nivahiny nankany amin’ny renivohitry ny firenea Jiosy, dia Jerosalema, izay noheverin’izy ireo fa mety hahitana ity mpanjaka vaovao ity, dia ny Mesia. Fa ny mahagaga dia ao amin’ity tanàna misy ny Tempolin’Andriamanitra ity, dia ny tranon’i Jehovah, dia  tsy misy mahalala na inona na inona ilay zava-miseho mahasambatra ny mponina, indrindra ireo manam-pahefana ara-politika sy ara-pivavahana. Toa ny magy ihany no hany mahalala. Mariho tsara fa fantatr’izy ireo tsara ny fotoana, fa tsy fantany kosa ny toerana.

Fa na dia fantatr’ireo magy ireo tsara aza ny fomba fandinihana ny kintana eny amin’ny lanitra, dia tsy mahafantatra ny Soratra Masin izy ireo ka tsy afaka hahalala hoe « aiza ilay teraka ho Mpanjakan’ny Jiosy ? » Ny mpisoronabe sy ny mpanora-dalàna dia mahita ny valiny ao amin’ny bokin’ny mpaminany Mika (Mika 5 :1-3) : any amin’ny tanàna kelin’i Betlehema any Jodia, fa tsy any amin’ny renivohitra lehibe any Jerosalema. Amin’ny lafiny iray, ny magy izay mandinika ny kintana dia mahalala ny fotoana. Fa amin’ny lafiny hafa, ireo mpitondra fivavahana izay mandinika na mamaky ny Soratra Masina, dia mahalala ny toerana. Ary ny mahagaga, dia i Heroda mpanjaka lozabe no  nampifandray ireo roa ireo ka naniraka ny magy ho any Betlehema.

Ary teny an-dalana ho any Betlehema,  dia nahita indray ilay kintana hafahafa tamin-kafaliana, izay hitarika azy ireo any amin’ilay mpanjaka vao teraka, ny magy…Tamin’ny alàlan’ny dia efa vitan’izy ireo, dia nampiseho finoana tsy voahozongozona ireo magy ireo. Azo antoka fa azo vakiana ho toy ny fiantsoana mivantana amintsika tsirairay ny tantaran’izy ireo.

Tahaka ireo mpandeha lavitra mafana fo ireo (magy), mbola vonona ve isika ny hamela an’Andriamanitra hiantso antsika, ka hamaly ny antsony isika, hamantatra ny famantarana ny fanatrehany, hitsangana ka handeha any amin’ny tany tsy fantatra, hiverina indray, hiverina hitady an’Andriamanitra ?

Sa aleontsika ny hipetraka tahaka ireo mpisoronabe sy ireo mpanora-dalàna, izay tsy mba nandao akory an’i Jerosalema mba hanome voninahitra ny Mesia vao teraka ? Tahaka azy ireo, dia manana eritreritra hipetraka amin’ny fiainana mampiadana isika, afaka mipetraka soamantsara amin’izay ananantsika, amin’ireo antsointsika hoe soatoavina, araka fombam-pivavahana, afaka mianina amin’ny lovan’ny fianakaviana, ny fahalalantsika, ny faharesen-dahatrantsika, ny hevintsika. Amin’ny alalan’ny tsy firaikantsika, dia mety ho tonga amin’ny tsy fisokafana amin’ny zava-baovao avy any ivelany isika, ary mampiahotra na mampanahy antsika ny zavatra izay mety hanohintohina ny fahazarantsika, mahatonga antsika tsy hiraharaha izay zavatra rehetra manankorontana ny fiainantsika. Raha atao bango tokana dia tsy miraharaha, tsy miraika, ary tsy misokatra amin’izay mahakasika an’Andriamanitra isika.

Mifanohitra amin’izany, ny magy dia tsy nipetraka tamin’izao. Tamin’ny alalan’ny fikatsahany na an’Andriamanitra dia tsy nandeha nitady azy fotsiny izy, fa namela azy ireo ho tarihan’Andriamanitra : nangitakitakitaka izy ireo tamin’ny fisehoan’ilay kintana voalohany, kanefa faly izy ireo tamin’ny fisehoany faharoa, ka niankohoka teo anatrehan’ilay Mesia vao teraka izay napetraka teo amin’ny fihinanam-bilona tsotra tao Betlehema, lavitry ny fepetra napetraky ny mpanjaka tao an-drenivohitra.

Tamin’ny  fanomezana haja an’i Jesoa zazakely dia manaiky Azy ho mpanjaka ambonin’ny mpanjaka rehetra amin’ny firenena rehetra izy ireo. Tamin’ny fitsaohany an’i Jesoa zazakely dia manaiky Azy ho tompony sy Mpamonjy azy izy ireo. Ho marik’izany fiaikena in-droa miantoana izany dia nametraky ny hareny teo am-pototr’ilay fihinanam-bilona ireo magy. Isika koa, isika dia tokony hianatra hametraka, hanome eo anoloan’i Jesosy Kristy izay rehetra ananantsika sy izay rehetra fatantsika. Satria tsy misy dikany izay rehetra ananantsika sy izay rehetra fahalalantsika raha tsy ataontsika ho fanompoana ny fiainana miorina amin’ny fanompoana an’i Jesoa Kristy.

Ho antsika, dia handeha hanao toy izay nataon’ny magy, amin’ity taona vaovao ity : andeha isika hiroso, hanaiky ho tarihan’Andriamanitra, aoka ho feno fifaliana amin’ny fahitana ireo famantarana, hanaiky izay mety ho fiovana tsy ampoizina eo amin’ny fiainantsika, ary aoka isika hanaiky hovan’ny fanatrehan’Andriamanitra. - Amen


« Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? » (Mat 2 :1-12)

Le récit dit de « la visite des mages » n'est présent que dans l'Évangile selon Matthieu. Il nous donne peu de renseignements sur ces célèbres et énigmatiques mages, autour desquels s'est construite une histoire populaire s'écartant sensiblement du texte biblique original. Car la Bible, elle, ne fait aucune mention de leur nombre, ni de leur rang social ou religieux, ni de leurs noms, ni de leur pays d'origine, ni de leur race, ni de leur couleur. Oublions donc la « petite histoire populaire des rois mages » pour mieux nous concentrer sur le récit biblique. Suivons ces mages qui se mettent en quête de Dieu, une quête existentielle qu'ils résument eux-mêmes parfaitement en posant la question : « où est le roi des Juifs qui vient de naître ? ».

Certainement, nous pouvons supposer que ces mages sont des savants, dans le sens où ils savent observer le ciel et les astres, et y interpréter les signes avant-coureurs d'évènements qui se produiront sur terre et au sein de l'humanité. Et dans le cas présent, les mages ont aperçu une mystérieuse étoile en Orient, dans la direction où le soleil se lève. Pour eux, l'apparition de cette étoile revêt un caractère extraordinaire : ils l'ont interprété comme un signe de la venue du roi des Juifs sur terre, de la venue du Messie au sein de l'humanité. Plus qu'un signe, cette apparition est pour eux une véritable révélation divine.

C'est pourquoi ils se sont mis en route et ont entrepris un voyage vers la capitale du pays des juifs, Jérusalem, où ils pensaient pouvoir trouver ce nouveau roi, ce Messie. Paradoxalement, dans cette ville où se trouve le Temple de Dieu, la maison de l'Éternel, les habitants ainsi que les autorités politiques et religieuses ignorent tout de l'heureux événement. Les mages semblent bien les seuls à être au courant. A noter qu'ils en connaissent le moment, mais pas le lieu. 

Car ces mages ont beau savoir observer les étoiles dans le ciel, ils ne connaissent pas les Saintes Écritures et ne peuvent donc pas savoir « où est le roi des Juifs qui vient de naître ». Les grands prêtes et les scribes, eux, trouvent la réponse dans le livre du prophète Michée (Michée 5, 1 à 3) : c'est dans la petite ville de Bethléem en Judée, et non dans la grande capitale Jérusalem. D'un côté, les mages qui lisent dans les étoiles, connaissent le moment. De l'autre côté, les religieux qui lisent dans les Écritures, connaissent le lieu. Et curieusement, c'est le cruel roi Hérode qui fait le lien entre les deux et envoie les mages à Bethléem.

Et sur le chemin vers Bethléem, les mages aperçoivent de nouveau la mystérieuse étoile, pour leur plus grande joie, qui les mènera jusqu'au roi nouveau-né... A travers le périple qu'ils ont accompli, ces mages ont fait preuve d'une foi inébranlable. Sûrement, leur histoire peut être lue comme une interpellation adressée à chacun d'entre nous

A l'image de ces fervents voyageurs, sommes-nous encore prêts à nous laisser interpeller par Dieu, à répondre à ses appels, à discerner les signes de sa présence, à nous lever pour aller vers l'inconnu, à nous remettre en marche, à nous remettre en quête de Dieu?

Ou préférons-nous rester assis, à l'image de ces grands prêtes et de ces scribes, qui eux n'ont pas quitté Jérusalem pour rendre hommage au Messie qui vient de naître. Comme eux, nous pouvons avoir tendance à rester confortablement assis sur nos acquis, nos soi-disant valeurs, nos traditions religieuses, nos héritages familiaux, nos connaissances, nos convictions, nos opinions. Par notre immobilité latente, nous risquons de devenir hermétiques à toute nouveauté venue d'ailleurs, réticents à tout ce qui pourrait bousculer nos habitudes, indifférents à tout ce qui pourrait bouleverser notre vie. En somme, nous tendons à être fermés à l'inattendu de Dieu.

Au contraire, les mages ne sont pas restés assis. A travers leur quête de Dieu, ils se sont non seulement déplacés pour aller à sa recherche, mais ils se sont surtout laissé déplacer par Dieu : ils ont été bouleversés par la première apparition de son étoile, ils ont éprouvé une grande joie à la seconde apparition de celle-ci, ils se sont prosternés devant ce Messie nouveau-né placé dans une simple mangeoire à Bethléem, bien loin de la condition d'un roi dans sa capitale.

 En rendant hommage à l'enfant Jésus, ils le reconnaissent comme le roi qui est au-dessus de tous les rois de toutes les nations. En adorant l'enfant Jésus, ils le reconnaissent comme leur Seigneur et Sauveur. Et les mages marquent cette double reconnaissance en déposant leurs richesses aux pieds de la mangeoire. Nous aussi, nous devons apprendre à déposer devant Jésus-Christ, tout ce que nous avons et tout ce que nous savons. Car tous nos avoirs et tous nos savoirs n'ont véritablement de sens que si nous les mettons au service d'une vie placée dans la foi en Jésus-Christ.

A notre tour, pour cette nouvelle année, faisons comme les mages : mettons-nous en marche, laissons-nous déplacés par Dieu, soyons joyeux à la vue de ces signes, laissons-nous bouleverser par son inattendu, laissons-nous changer par sa présence.

Amen.