Ilay fanjonoana mahagaga sy ny fiantsoana an’i Petera (Lio 5 :1-11)

Ry havana,

Ny Filazantsaran androany dia mahakasika antsika ! Ny zava-niseho dia tamin’ny fiadohan’ny asa fanompoan’i Jesosy tany Galilia, teo amoron’ny ranomasin’i Genesareta. Taorian’ny batisany sy ny fakan’ny devoly fanahy Azy tany an’efitr’i Jodia, dia lasa nankany amin’ny tanàna nahaterahany aloha Jesosy, dia i Nazareta. Nambarany mazava tsara tany fa tonga ho an’ny mahantra, ny mifatotra, ny jamba ary ny voan’ny tsindry hazo lena Izy ; mba hanasitrana, hanafaka ary hampionona azy ireo. Tao Kapernaomy dia nanasitrana tao amin’ny synagoga sy tao an-tranon’i Simona Petera Izy. Gaga ny olona noho ny herin’ny teniny. Tsy mba niteny toa antsika mantsy Jesosy fa tamin’ny fahefana sy ny hery no nitenenany. Toy ny « avy any an-kafa » izany no niavian’ny teniny. Tsy very maina ny teniny, fa niasa teo amin’ny vatana sy tao am-po. Ny teny nambarany no ilay lazain’i Lioka hoe « tenin’Andriamanitra » (Lio 5 :1),  teny « izay miteny » toy ny an’Ilay Mpahary.

Amin’ity maraina ity no ahitantsika indray voalohany an’i Jesosy eny an-kalamanjana. Maro ireo olona tonga nihaino azy, ary nanery (pressé) Azy teny amoron’ny farihy izy ireo. Noho izany dia niakatra teo amin’ny sambokelin’i Simona Petera Jesosy, ary somary niataka kelin’ny tany, mba hiteny/hampianatra ireo olona ireo. Ary rehefa vitany izany, dia nilaza tamin’i Petera ireto teny tsy nampoizina ireto Izy, saingy tsy ho an’i Petera ihany fa mahakasika antsika rehetra koa : « Mandrosoa ho any amin’ny lalina dia alatsaho ny haratonareo hahazoana hazandrano ». Fa niasa nandritra ny alina Petera fa tsy nahazo na inona na inona. Avy nanasa ny haratony izy, ary niandry tsy tamim-pisalasalana ny fahataperan’ny fampianaran’i Jesosy mba handeha hiala sasatra. Ary indro ny baiko tena adaladala sy tsy voahevitra (araka ny nandraisan’i Petera azy): satria amin’ny alina no manjono(manarato) ahazoana hazandrano, fa tsy amin’ny atoandro. Avy amin’ny tanàna lavitry ny farihy Jesosy ka tsy mahalala n’inona n’inona momba an’izany.

Fa takatr’i Petera tsara ihany koa ny herin’i tenin’i Jesosy, ary hoy izy : « Tompoko, mandritra ny alina no efa nikelezanay aina ; nefa tsy nahazo na inona na inona ; kanefa noho ny teninao, dia halatsako ihany ny harato ». Natoky izy.

Ny vokatra dia aorian’ny fiandrasana, sady tsy nampoizina araka ny niheverana ilay baiko ho tsy voahevitra. Triatra (rovitra) ny haraton’ny olona. Nofenoina hazandrano ny sambo roa. Taitra Petera : Andriamanitra no miasa eto, tsy misy fanazavana hafa ankoatr’izay. Nandohalika teo anatrehan’i Jesosy Patera ary niteny hoe : « Tompoko, mialà amiko, fa olo-meloka aho ».

Fantatsika rehetra fa olo-meloka na mpanota isika. Amin’ny ankapobeny dia tsy hisy handà izany. Saingy misy fotoana eo amin’ny fiainana izay ahatsapantsika manokana bebe kokoa izany, ka manankorontana antsika. Ary arakaraky hiasan’Andriamanitra ao amintsika sy hanehoany ny voninahiny amintsika, no hatsapahantsika azy, ka vao mainka mampitroatra antsika. Matetika koa izany fotoanan’ny fiovam-po, fiovana fototra, fahiratana : tampoka teo dia takantsika izay tadiavin’Andriamanitra amintsika. Tsy niezaka nandresy lahatra an’i Petera tamin’ny heviny Jesosy, tsy nanazava taminy Izy hoe nahoana no tsy maintsy miverina indray amin’ny fanaratoana izy. Tsy nino Azy Petera.

Mba hisehoana amintsika sy hiantsoana antsika hanatanteraka ny iraka ampanaoviny dia tsy manaitra mivantana ny saintsika Andriamanitra. Manorotoro ny fontsika aloha Izy. Manaraka avy eo ny saintsika, angamba avy lavitra…

Tian’i Petera ny hialan’i Jesosy, ny hanalaviran’i Jesosy azy, kanefa ny mifanohitra amin’izany no niseho : niantso azy ho amin’ny iraka lehibe Jesosy, iraka ambonin’ny fahafa-manaon’ny maha-olona, iraka izay manambara fa ny fanaratoana androany dia tandindona ihany, an’ohatra ihany, asa  faminaniana.

Izany no misterin’ny fahombiazantsika, dia ny fahombiazantsika araka an’Andriamanitra : tsy maintsy miaina ny tsi-fahombiazana aloha isika. Tokony hikely aina, toy ny nataon’i Petera nandritra ny alina, « nefa tsy nahazo na inona na inona », tsy nahita vokatra, nanasa ny harato rovitra  « tamin’ny tsy dikany ». Avy eo dia afaka matoky an’Andriamanitra isika satria tsy misy zavatra azo avela. Tsy afaka manao na inona na inona afa-tsy miasa « amin’ny teniny » isika, izany hoe : miasa amin’ny tanjany, amin’ny heriny, fa tsy amin’ny antsika. Ary rehefa miseho toy izany amintsika sy amin’ny alalantsika Andriamanitra, dia afaka miaiky ny maha-mpanota antsika isika, « tena mpanota », izany hoe : manaiky fa milan y  famonjena antsika isika.

Nantsoina i Petera, ilay lohan’ny Apostoly, satria mpanota izy, satria fantany fa mpanota izy. Mpanota, nijanona ho mpanota hatramin’ny fiafaran’ny filazantsara izy, hatramin’ny famadihany in-telo tamin’ny herinandro Masina (« tsy mahalala an’io lehilahy io aho »), ary hatramin’ny fanehoam-pitiavany in-telo misesy taorian’ny Paska (Fantatrao Tompo fa tia anao aho). Fa izany no antony nangatahan’i Jesosy azy koa mba hiandry ny ondriny. Tsy tonga ho an’ny olo-marina Jesosy fa tonga ho an’ny mpanota. Mila antsika mpanota Izy mba hamonjena antsika, mila antsika, mila antsika mba hanome fiainana Izy. Raha tsy misy antsika dia tsy afaka manao na inona na inona ho antsika Izy, tahaka antsika, raha tsy misy Azy, dia tsy afaka manao na inona na inona isika. Isika tsirairay avy dia afaka mamerina miaraka amin’ny mpanao Salamo ; « Nalemy aho (nanetry tena), fa ianao no namonjy ahy » (Sal 114 :6). Ambarao io teny io, amin’ny fotoana hanatonanao Azy amin’ ny Fanasan’ny Tompo, dia ny handray Azy ao am-pontsika. Ny mandray Azy, Izy no mpamonjy antsika. Satria Izy no mamonjy antsika, Izy no manome antsika ny fiainana, mihoatra ny herintsika, mihoatra noho izay antenaintsika. Amena !


La pêche miraculeuse et la vocation de Pierre (Luc 5, 1-11)

Chers amis,

L’évangile de ce matin nous concerne ! L’événement se situe tout au début du ministère de Jésus en Galilée, au bord du Lac de Génésareth. Après son baptême et les tentations dans le désert de Judée, Jésus s’était rendu d’abord dans son village natal, Nazareth. Il y avait proclamé clairement qu’il était venu pour les pauvres, les prisonniers, les aveugles et les opprimés ; pour guérir, libérer et consoler. À Capharnaüm il opère ensuite des guérisons, dans une synagogue et dans la maison de Simon-Pierre. Les gens sont impressionnés par la force de sa parole. Jésus ne parlait pas comme nous, mais avec autorité et puissance. Sa parole venait, en quelque sorte, « d’ailleurs ». Elle ne tombait pas dans le vide, mais elle agissait sur les corps et dans les cœurs. Elle était, nous dit Luc, « la parole de Dieu » (Lc 5,1), une parole « qui parle, et cela est », comme celle du Créateur.

Ce matin nous retrouvons Jésus pour la première fois en plein air. Beaucoup de gens sont venus pour l’écouter, ils le pressent au bord du Lac. Jésus monte dans la barque de Simon-Pierre, à quelque distance du rivage, pour leur parler. Et quand il a fini, il dit à Pierre ces mots inattendus, mais qui nous concernent tous : « Avance en eau profonde, et lâchez vos filets pour la pêche ». Pierre a travaillé toute la nuit pour rien. Il vient de laver ses filets et a attendu, sans doute, la fin du discours de Jésus pour aller se reposer. Et voilà un ordre bien déraisonnable, insensé : car on pêche la nuit et non en plein jour. Jésus vient d’un village loin du Lac et n’y connaît rien ! 

Mais Pierre a aussi compris la force de la parole de Jésus, et il dit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre, mais sur ta parole, je vais lâcher les filets ». Il fait confiance.

Le résultat est au-delà de toute attente, aussi inattendu que l’ordre semblait insensé. Les filets des hommes se déchirent. On remplit deux bateaux jusqu’au bord. Pierre est bouleversé : ici, c’est Dieu qui est à l’œuvre, il n’y a pas d’autre explication. Pierre tombe à genoux devant Jésus et dit : « Seigneur, sors d’auprès de moi, parce que je suis un homme pécheur ! ».

Nous savons tous que nous sommes pécheurs. Personne ne le niera, en général. Mais il y a des moments dans la vie où nous le sentons plus particulièrement, où cela nous bouleverse. Et plus Dieu agit en nous et se manifeste à nos yeux, plus nous le sentons, plus cela nous bouleverse. C’est souvent aussi un moment de conversion, de changement radical, d’une illumination : tout d’un coup nous comprenons ce que Dieu veut de nous. Jésus n’a pas essayé de convaincre Pierre par des arguments, il ne lui a pas expliqué pourquoi il fallait retourner à la pêche. Pierre ne l’aurait pas cru.

Pour se révéler à nous et nous appeler à sa mission, Dieu n’essaie pas d’éblouir directement notre intelligence. Il brise d’abord notre cœur. L’intelligence suivra ensuite, peut-être, et en quelque sorte de loin…

Pierre veut que Jésus s’éloigne de lui, or c’est juste le contraire qui arrive : Jésus l’appelle à une grande mission, une mission au-delà de ses capacités humaines, une mission dont cette pêche d’aujourd’hui n’est que le symbole, un acte prophétique.

C’est cela le mystère de notre réussite, de notre réussite « selon Dieu » : nous devons d’abord avoir fait l’expérience de notre échec. Nous devons avoir peiné, comme Pierre, toute la nuit « pour rien », sans résultat, laver nos filets déchirés « pour rien ». Ensuite nous pouvons faire confiance à Dieu, car nous n’avons plus rien à perdre. Nous ne pouvons plus qu’agir « sur sa parole », c’est à dire : par sa force, par sa puissance, et non par la nôtre. Et quand Dieu se manifeste ainsi en nous et par nous, nous pouvons nous reconnaître pécheur, « vraiment pécheur », c’est à dire : reconnaître d’avoir besoin de son salut.

Pierre, le prince des apôtres, a été appelé parce qu’il était pécheur, parce qu’il se savait pécheur. Pécheur, il l’est resté jusqu’à la fin de l’évangile, jusqu’à son triple reniement au moment de la Passion (« Je ne connais pas cet homme »), et jusqu’à sa triple déclaration d’amour après Pâques (« Seigneur, tu sais que je t’aime »). Mais c’est pour cela que Jésus lui a demandé aussi de paître ses brebis. Jésus n’est pas venu pour les justes, mais pour les pécheurs. Il a besoin de nous, pécheurs, pour nous sauver, il a besoin de nous pour nous donner la vie. Sans nous il ne peut rien pour nous, comme nous, sans Lui, nous ne pouvons rien. Chacun de nous peut donc répéter avec le psalmiste : « J’étais faible (humilié), et tu m’as sauvé » (psaume 114,6). Dire ces paroles, au moment de nous approcher de Lui dans la Sainte Cène, c’est déjà le recevoir dans notre cœur. C’est le recevoir, Lui notre sauveur. Car c’est Lui qui nous sauve, c’est Lui qui nous donne la vie, au-delà de nos forces, au-delà de nos attentes. Amen.